En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêt.     En savoir plus     Fermer

PSS

Nantes Métropole - discussion générale

#1 14-01-2005 20:11:50

Stickyesman
Modère-à-tort
Lieu: Paris
Date d'inscription: 25-12-2004
Messages: 10446
Immeubles: 558
Photos: 15
Site web

Nantes Métropole - discussion générale

Nantes Métropole prend de la hauteur

La communauté urbaine de Nantes a fait appel à l’agence d’architecture Dusapin-Leclercq pour regrouper dans un même lieu les 400 agents de ses services centraux. Sous une partie des bureaux, montés sur pilotis, un hall d’exposition de projets urbains ouvert au public.

Ultime construction du site LU, le nouveau siège de Nantes Métropole constitue la pierre angulaire qui finalise le cadrage d’un paysage marqué par l’empreinte d’un environnement remarquable : le Canal de l’Erdre, la rotonde de la Cité des Congrès, les vues lointaines.

Tout en respectant les règles urbaines propre au site (implantation en L ouverte sur le canal), les architectes ont proposé un bâtiment additionnel dont les pilotis affirment une appartenance à l’espace plutôt qu’au sol, et dont l’écriture des façades, couleurs comprises, se réfèrent à une certaine mémoire industrielle et maritime de la ville.

[...]

source: http://www.batiactu.com/data/12012005/1 … 65738.html

Deux photos :
http://www.batiactu.com/special/image.p … 65738.html
http://www.batiactu.com/special/image.p … 65738.html


PSS - Architecture, Urbanisme, Aménagement du territoire
City Forum - Ville 3D

~ Ah tu Voi c pour sa ke Seul les pti bonhomme du Baby on ldroi dShooT - Chandler Friends s06-ep06 ~

Hors ligne

 

#2 14-01-2005 21:05:56

Boris_F
Hermitage plaza
Lieu: Boulogne-Billancourt
Date d'inscription: 28-12-2004
Messages: 14742
Immeubles: 219
Photos: 280
Site web

Re: Nantes Métropole - discussion générale

Merci Sticky !
Bonne idée un thread sur Nantes, c'est une ville que je connais bien et que j'aime beaucoup, je vais essayer de dégoter quelques petites choses.  A7


Visitez mon blog et mon album photos

Hors ligne

 

#3 14-01-2005 23:14:21

Boris_F
Hermitage plaza
Lieu: Boulogne-Billancourt
Date d'inscription: 28-12-2004
Messages: 14742
Immeubles: 219
Photos: 280
Site web

Re: Nantes Métropole - discussion générale

DESCRIPTION DE L’IMMEUBLE ET DES LOGEMENTS

Sur de formidables pilotis de 7 mètres de haut en béton brut de décoffrage, et derrière une façade de loggias et brise-soleil en éléments de béton préfabriqué, l’unité d’habitation de Marseille dresse ses 18 étages de 56 mètres de hauteur, 320 appartements destinés à recevoir 1800 habitants.

L’immeuble est décrit par ses habitants comme « extraordinaire, impressionnant, génial ». Ce dont ils se souviennent le plus ce sont les immenses jardins, les arbres, la clarté (pas de vis à vis et du soleil pour tous) et les grands couloirs intérieurs, qu’ils appelaient des « rues », où ils pouvaient faire du vélo, laisser les enfants jouer seuls. Ils revendiquent un cadre de vie agréable, facilité par tous les services collectifs : boutiques et commerces, et, sur le toit, une crèche, une école maternelle, un gymnase. Il est prévue ainsi d’offrir aux familles le maximum de confort fonctionnel et tout une série de services communs : c’est une véritable ville dans la ville.

Les appartements sont sur deux niveaux (duplex) et avec double orientation. Ils sont décrits par les habitants comme des « appartements à l’américaine », où il y avait tout ce qu’il fallait. L’appartement comportait des chambres d’enfant éloignées de celle des parents avec un salle de bain propre. Les habitants voyait dans le coin cuisine, une facilité pour les femmes de parler avec leurs maris et leurs enfants, mais cette cuisine sans fenêtre apparaît aussi comme le principal inconvénient.

Synthèse du phalanstère de Fourier et de l’interprétation qu’en a donné l’architecte soviétique Guinzeburg en Union soviétique dans les années 1930, elle symbolise la conception corbusienne de l’habitat collectif.

Esthétiquement, rien de moins rationaliste que cet édifice fonctionnel.

Le traitement du béton brut de décoffrage y relève de la provocation et pourrait faire figure de manifeste anti-fonctionnaliste. Le matériau n’est pas toujours de bonne qualité, abondant en malfaçons. La masse des pilotis n’a pas été calculée en fonction de l’effort mais de l’effet à exercer beaucoup plus volumineux que les lois de la résistance de matériaux ne l’auraient demandé, leur forme n’exprime que la volonté poétique du sculpteur.

Car c’est bien d’une sculpture qu’il s’agit : la partie supérieure de l’édifice avec son jeu d’évidements et de saillies modulés, est à l’échelle de son socle. Son statut d’objet esthétique est confirmé par un usage strident de la couleur pure analogue à celui des peintures de Le Corbusier, non prévue initialement et destiné à nier, les malfaçons du béton.

source : http://www.sciences-sociales.ens.fr/for … ieuse.html


Edifices mondialement connues, les Cités radieuses sont une référence par leur conception et leurs innovations d'alors: maternelle sur le toit, appartements en duplex, brise-soleil...La cité de Rezé a pris le nom de Maison radieuse à la demande des habitants avec l'accord de l'architecte.

L'Express du 30/11/2000
Le jeu du judas inversé

par Marie Huret

A la Maison radieuse de Le Corbusier, près de Nantes, les habitants s'offrent au regard des voisins

Qui n'a jamais rêvé de jeter un ½il chez son voisin sans être vu? De savoir ce qu'il mange, ce qu'il lit, ce qu'il fait? A la Maison radieuse, un immeuble Le Corbusier situé à Rezé, près de Nantes, une dizaine d'habitants se prêtent à ce jeu étrange: être observés, chez eux, par des inconnus. Il leur suffit d'inverser le judas de leur porte: collez votre ½il et vous voilà voyeur. Depuis le début du mois de novembre, les cobayes de ce Big Brother rudimentaire livrent leur intimité aux passants, deux fois par semaine, de 17 à 20 heures. «On les voit marcher, discuter ou ne rien faire. Les appartements sont tous identiques, mais pas un ne ressemble à l'autre», explique Thierry Frer, plasticien nantais à l'origine de cette expérience inédite qui se termine le 23 décembre.

[...]

source : http://www.lexpress.fr/info/societe/dos … ida=416706

Nantes - La maison radieuse fait peau neuve
29-07-2004

A Rezé, les boiseries extérieures du Corbusier remises en état pour 2005.

En juin 2005, la Maison radieuse Le Corbusier, à Rezé, fêtera ses 50 ans. Pour cette occasion, l'organisme HLM Loire-Atlantique habitations vient d'engager la rénovation des boiseries extérieures pour les 161 logements dont il est propriéraire. Avant que cela ne soit étendu aux autres appartements.

[...]

Joachim CORMIER

source : Ouest France - jeudi 29 juillet 2004


Visitez mon blog et mon album photos

Hors ligne

 

#4 15-01-2005 00:42:08

Boris_F
Hermitage plaza
Lieu: Boulogne-Billancourt
Date d'inscription: 28-12-2004
Messages: 14742
Immeubles: 219
Photos: 280
Site web

Re: Nantes Métropole - discussion générale

Il est très difficile de trouver des infos à propos de ce sujet sur internet.

Le Sillon de Bretagne :
Lieu : Saint-Herblain
Années de construction : 1972-1974
Maître d'oeuvre : Home Atlantique
Etages : 30
Logements : 900

http://www.saint-herblain.fr/pix/mg44p13.jpg

(Trouvé grâce à Jason Bourne sur le site de l'académie de Nantes)
http://www.ac-nantes.fr/peda/disc/histgeo/banq-img/nantes/peripher/sillon.jpg




Voici in extenso les actes d'un colloque organisé par la délégation interministerielle à la ville qui s'est tenu le 11 juin 2002. L'orientation du débat était de comprendre la genèse des grands ensembles, et de savoir comment corriger le tir.

De la construction du Sillon de Bretagne à la genèse
d’une opération HVS (1972-1977)
Daniel ASSERAY
Directeur de l’ALFA (CDC)
Ancien directeur de la SA HLM “ Home Atlantique ” à Saint-Herblain
Si j’ai été directeur d’une société HLM, j’aimerais vous donner autre chose que le regard d’un directeur, d’autant que j’ai
été nommé à ce poste en 1972 davantage comme militant que comme professionnel. En effet, j’étais auparavant travailleur
social dans un grand ensemble, habitant un grand ensemble. J’ai été séduit par le projet politique de la société d’HLM
“ Home Atlantique ” qui s’appuyait sur un collectif de militants. Je vais essayer de présenter un récit aussi factuel que
possible.
I. La construction du Sillon de Bretagne
En 1971, le chantier de construction d’un grand ensemble a démarré dans la commune de Saint-Herblain, en périphérie de
Nantes. Ce chantier, qui portait sur la construction de 895 logements et d’un “ foyer d’hébergement pour personnes
isolées ” - terme qui a disparu des textes, était assuré par la société d’HLM “ Home Atlantique ”. Le projet avait été
conçu au cours des années 1967-69, selon le modèle d’une zone d’aménagement spécialisée, ce qui constituait une
nouveauté pour l’époque.
Inaudible
Cette procédure avait été utilisée par la mairie et le promoteur de manière à s’assurer de la réalisation des équipements
collectifs en même temps que le logement des habitants. La commune et le promoteur s’étaient partagé la réalisation des
équipements collectifs, notamment les écoles, tandis que la société d’HLM assurait la réalisation d’un centre
socioculturel, d’une halte-garderie, d’un restaurant associatif, et louait un terrain à un groupement de commerçants, de
façon à réaliser une grande avenue marchande. Tous les logements et les équipements, à l’exception des écoles, se
trouvaient rassemblés dans une pyramide de 30 étages qui se prolongeait par une barre plus classique. Cette pyramide
était structurée avec des places tous les quatre niveaux, qui desservaient des rues intérieures, qui elles-mêmes
permettaient d’accéder aux cages d’escalier.
Inaudible
Un hall commun permettait d’accéder à la pyramide et au centre commercial. Furent ainsi libérés 6 hectares d’espaces
verts, ce qui est considérable pour 900 logements. Le programme de l’ouvrage prévoyait de “ développer la vie sociale ”
en faisant en sorte que les gens puissent se voir et se rencontrer, créant ainsi une dynamique.
De plus, cette société d’HLM, qui avait décidé qu’elle devait être proche de cet ensemble, a installé ses locaux au 30 ième
étage de la pyramide.
A l’époque du chantier, les articles de presse étaient dithyrambiques, en particulier à propos du parc paysager de 6
hectares, traversé par un ruisseau, et de la possibilité de voir la mer en haut de l’immeuble. Le schéma mis en place,
favorisant le centre social, l’accueil des habitants, le développement des équipements collectifs, est à l’opposé de celui
des ZUP. La société d’HLM avait monté une association de préfiguration, embauché un animateur, lequel avait installé
son premier bureau dans une caravane au coeur du chantier pour accueillir les futurs habitants et nouer des contacts très
rapidement. Cette société était vue comme “ un ensemble de citoyens ”.
II. Du consensus des différents acteurs aux premiers conflits
Il faut également souligner que le système d’acteurs était assez consensuel. La société d’HLM était portée par des
militants associatifs, issus d’une coopérative, qui souhaitaient conserver un esprit coopératif et autogestionnaire. Les locataires étaient associés à la gestion de l’ensemble. Les comités de locataires participaient au conseil d’administration
de la société d’HLM. Enfin, il fallait que la structure du bâti intègre un certain nombre de discours de l’époque, comme
celui de Le Corbusier.
La municipalité, à la droite modérée, a souhaité contrôler une urbanisation dont elle avait subi les conséquences les
années précédentes au travers des ZUP. L’organisation du Sillon de Bretagne lui convenait bien du point de vue de
l’harmonisation des équipements. La mairie avait même encouragé la création de l’association de préfiguration, en
participant à son financement.
L’Etat, de son côté, qui assurait le financement, appréciait le projet mais a souhaité modifier le plan-masse pour faire
passer le nombre d’étages de la pyramide de 16 à 30.
Inaudible
Ce n’est qu’à partir de 1974, avec la livraison de l’immeuble que le consensus commence à s’effriter.
Les problèmes apparaissent d’abord autour de la gestion du centre socioculturel. Alors que la société d’HLM et le
comité de locataires souhaitaient que cette gestion revienne aux habitants, la commune a affiché une opinion différente.
Les locataires ont demandé le soutien de la société d’HLM, qui leur était idéologiquement acquis, et, cas unique, une
assemblée générale de locataires a décidé une hausse de loyer pour que la société d’HLM compense la carence de
financement de la commune et subventionne l’association gestionnaire du centre socioculturel.
En outre, un certain nombre de dysfonctionnements apparaissent, lors de la livraison de l’ensemble, sur le bâti lui-même.
Ces problèmes tiennent avant tout à la taille du bâtiment et à la difficulté de le gérer. La petite taille de la société d’HLM
devenait également un handicap même si un esprit de concertation y régnait encore.
A partir de 1975-76, on assiste à un bouleversement des rapports sociaux, d’une part, entre les locataires et la société
d’HLM, les réponses de cette dernière étant systématiquement jugées insuffisantes. La société d’HLM est confrontée à
des difficultés qui la dépassent. En outre, des problèmes financiers se posent sachant que les moyens financiers des
HLM sont toujours à la hauteur des moyens financiers des locataires. D’autre part, un problème commence à apparaître
autour des familles d’immigrés. La société d’HLM a annoncé publiquement que les logements sont construits par des
travailleurs immigrés qui ont le droit de faire venir leur famille et de disposer d’un logement. Les immigrés se sont dès
lors précipités et ont été répartis en bonne intelligence au sein de l’ensemble. Mais, très vite, les membres du comité de
locataires ont relayé les craintes de certains, tandis que les militants de la société d’HLM ont été incapables de réagir et
d’apporter une réponse efficace. De fait, d’une concertation, on est passé à une situation conflictuelle qui se traduit par
une grève de charges et par l’apparition d’une division, entre locataires, y compris dans la gestion du centre
socioculturel. La vie associative commence alors à s’étioler et l’ensemble de la vie sociale se détériore.
III. La nécessité de revoir le modèle originel
L’étape suivante est marquée par les premiers départs des habitants, à partir de 1976. La société d’HLM décide alors de
mettre en place une politique d’attribution qui s’est en fait traduite par une politique de non-attribution. La vacance
d’appartements a augmenté. La société d’HLM était face à un problème lié à l’immeuble mais aussi à un contexte. A une
époque marquée par l’augmentation annoncée du pouvoir d’achat des salariés, les sociétés d’HLM commençaient à
s’interroger.
Avec le départ des locataires, la société d’HLM se retrouve seule, l’Etat n’intervenant pas dans la gestion des HLM et la
commune rejetant ces problèmes sur la mauvaise gestion de la société d’HLM. En outre, les personnes qui restent, le
font soit par militantisme, soit par manque de choix. Progressivement, l’ensemble se place “ hors marché ”.
Inaudible
En 1977, la liste d’union de la Gauche qui s’est présentée contre la municipalité sortante, a fait du Sillon de Bretagne le
symbole de ce qu’il ne fallait pas faire en matière d’urbanisation. Le Sillon de Bretagne est donc devenu un thème
politique.
Inaudible
Au lendemain des élections, les responsables politiques locaux ont été contraints de dire à la population qu’ils allaient
prendre en main cette affaire. A cette époque, la procédure HVS venait de démarrer. Or l’ensemble n’était pas adapté à ce
dispositif dans la mesure où il était récent, où il disposait d’équipements collectifs, où les appartements étaient
satisfaisants et où les espaces verts ne manquaient pas. Néanmoins, l’inscription dans la procédure HVS a été sollicitée.
Et celle-ci a été obtenue. L’Etat a en effet compris qu’un refus aurait conduit à vider l’immeuble aux trois -quarts, à la
faillite de la société d’HLM et à la dégradation rapide du bâti. Un processus de transformation de l’ensemble a donc été
possible.
Discussion avec la salle
Philippe MEJEAN, Maître de conférence, IAR, Université d’Aix-Marseille III
Je suis en désaccord avec Danièle Voldman sur un point. Elle affirme qu’en 1973, les grands ensembles ont fait le pari
d’héberger le plus gros des nouveaux urbains, et qu’on y trouvait alors des populations pauvres et immigrées. Je crois
que c’est faux. Les grands ensembles, en 1973, sont pleins des nouveaux salariés urbains, bien sous tous rapports. Les
étrangers n’occupent pas encore les grands ensembles et ils ne les rejoindront que plus tard. Je trouve que l’on a trop
passé sous silence au cours de cette journée le phénomène de vacance qui est apparu dans le parc HLM à compter de
1973, déclenché par le premier choc pétrolier. Les primo occupants ont massivement quitté les HLM à partir de cette
période et des milliers de logements sont restés vacants. La très forte mutation des populations des grands ensembles
est intervenue par la suite, notamment avec la réforme de 1977. Le parc a dès lors accueilli, pour cause de
conventionnement et d’éligibilité à l’APL, les populations les plus pauvres. En 1973, les pauvres n’étaient pas encore là.
C’est simplement à partir de cette date que le parc s’est vidé. La procédure HVS visait à faire revenir dans le parc des
éléments des classes populaires salariés. Or dès le milieu des années 1980 le peuplement des grands ensembles avait
connu une mutation irréversible.
La France, sans le vouloir, a fabriqué avec l’APL un parc susceptible d’accueillir des familles pauvres voire très pauvres.
L’APL a permis à certaines familles bénéficiaires de voir leur coût de location diminuer après les rénovations, alors que
les classes moyennes, qui n’avaient pas accès à ces aides, ont subi de plein fouet l’augmentation des loyers et ont
souvent préféré partir.
Danièle VOLDMAN
1973 marque le début de la crise, nous sommes d’accord. Toutefois, je maintiens que le parc HLM a, dès l’année 1973,
commencé à accueillir des populations de plus en plus pauvres.
Philippe MEJEAN
Le regroupement familial des populations immigrées date des années 1975/1976.
Maurice BERNARD
Dès 1970, on trouve des immigrés dans le parc HLM. Mais cela ne pose aucun problème d’équilibre social dans la
mesure où tout le monde a un emploi. Les jeunes ne traînent pas dans la rue puisqu’ils ont du travail.
Personnellement, je ne crois pas à la naïveté du gouvernement. Je pense que les grands ensembles ont été créés dans un
but bien précis, tout comme les mesures HVS et l’APL. Il fallait que les ressortissants des couches moyennes partent en
accession à la propriété. L’APL, quant à elle, a eu des conséquences extrêmement négatives pour les familles les plus
pauvres qui en bénéficiaient, car dès que les enfants n’étaient plus scolarisés, son montant chutait. Dans le même temps,
le chômage augmentait de façon permanente. Aujourd’hui, je suis persuadé que l’on cherche à maintenir un taux de
chômage minimum compatible avec la stabilité de l’inflation, afin de structurer le dialogue entre gouvernants, autorités
monétaires et partenaires sociaux. Je pense donc qu’en 2020, nous connaîtrons toujours le chômage, car c’est une
menace brandie en permanence pour limiter les revendications de la population modeste.
Antoine PROST
Je signale que durant les 4 années qui entourent 1973, plus de 500 000 logements ont été achevés chaque année. Cela
signifie que 2 millions de logements ont été mis sur le marché en 4 ans. Les possibilités pour une famille de quitter son
logement HLM n’ont donc jamais été aussi fortes qu’à cette époque.
Jacques REY, architecte
J’ai habité la Duchère à Lyon, j’y ai été élu local et j’ai même combattu le fascisme dans ce quartier. Je tiens à rappeler
que la relance de l’habitat individuel dans les années 1970 répondait à une volonté politique clairement affichée par le
président de la République de l’époque. Il n’est pas possible d’avoir une vision univoque. Il faut prendre en compte le
développement des mobilités, notamment grâce aux automobiles. Il ne faut pas sous-estimer cette évolution. Je tiens à
évoquer également la mobilité des entreprises, notamment en région lyonnaise. La Duchère représentait 8 000 emplois à
Vaise. Mais de grandes mutations sont intervenues à ce niveau. En outre, la question de l’architecture mérite également
d’être posée, car on fait trop souvent l’amalgame entre la forme architecturale des bâtiments et ce que représentent ces
bâtiments en termes de situation sociale des habitants.
Victor MUHLSTEIN
Il convient de préciser que Vaise n’est plus aujourd’hui un site industriel.
Daniel ASSERAY
Le fait d’adopter une stratégie résidentielle de promotion sociale n’a rien de scandaleux. La hiérarchisation sociale existe
et n’est pas forcément malsaine. Il n’est pas imbécile de penser à améliorer ses conditions d’habitat lorsque sa situation
professionnelle s’améliore. Par ailleurs, j’aimerais attirer l’attention des historiens sur la période 1973/1977 car c’est une
période charnière au niveau du logement social. La crise se fait alors sentir et commence à peser sur l’emploi et en même
temps, une réforme était entreprise à contretemps sur le plan politique pour rénover le logement social. Les pouvoirs
politiques n’ont pas su, à mon sens, anticiper l’évolution de la réalité sociale dans les grands ensembles. Il y a un travail
d’historien intéressant à réaliser à ce sujet.
Maurice CHARRIER
La question des effets pervers de l’APL a été évoquée. Nous avons pour notre part mené un véritable combat contre
l’Etat pour lui faire admettre qu’il fallait accorder le droit à la mobilité sur la commune. L’Etat a longtemps refusé que
nous fassions du logement social sous prétexte que nous avions des logements vacants. Cette position, ajoutée aux
effets de l’APL, a conduit une partie de la population à quitter nos quartiers ou notre commune car ils ne pouvaient y
accomplir leur cursus social, simplement en raison du nombre de logements vacants. Il ne faut pas s’étonner que nous
ayons ainsi perdu près de 4 000 habitants en quelques années.
Jacky BORTOLI
Je constate pour ma part que toutes les dispositions nécessaires ont été prises pour absorber la déréglementation du
travail qui est intervenue à partir de 1982 et qui a fabriqué une armada de chômeurs. Dans le même temps, la politique
HVS ou DSQ permettait de stratifier la misère, avec des familles qui ont dû admettre peu à peu qu’il leur serait possible de
rester au chômage toute une vie durant. Les grands ensembles ont été mis à contribution par les pouvoirs politiques
pour absorber les populations laissées pour compte par le marché du travail. Il faut savoir que sur l’agglomération
d’Evry, tous les moyens sont mobilisés pour la ville nouvelle et rien n’est fait pour aider la commune de Grigny à se
développer et à vivre. La ville de Grigny n’est pas encore faite car elle n’a jamais eu les moyens de son développement.
J’estime que le mouvement HLM a été complice de la déréglementation du travail et de la paupérisation de la population.

Le Sillon de Bretagne est en restructuration actuellement :

Site institutionnel de Saint Herblain

Un vaste projet de réhabilitation est en cours de réflexion sur le grand quartier du Sillon de Bretagne. Ce projet réunit plusieurs acteurs autour des thèmes architecturaux, environnementaux et sociaux. On peut citer l’Etat (l’Education nationale, l’Equipement, la Police nationale), la Ville de Saint-Herblain, Nantes-Métropole, le Conseil Général, le bailleur social (le CIF), la Caisse des dépôts et consignations, des sociologues, des ethnologues, des architectes et des économistes. A partir de l’histoire et de l’environnement proche de cet immeuble emblématique, les groupes réfléchissent aux orientations possibles que pourra prendre cette réhabilitation.


Visitez mon blog et mon album photos

Hors ligne

 

#5 16-01-2005 19:47:20

Boris_F
Hermitage plaza
Lieu: Boulogne-Billancourt
Date d'inscription: 28-12-2004
Messages: 14742
Immeubles: 219
Photos: 280
Site web

Re: Nantes Métropole - discussion générale

Année : 1976
Architecte : Devorsine
Surface SHON : 16 000 m²
Hauteur : 144 m
Hauteur du toit : 120,5 m
Etages :
Ascenseurs : 8 + 7 escalators
Rez-de-chaussée : 3 (dont parking)

Pour moi, cette tour a un énorme problème de design : sa réserve d'eau de sécurité de 90 000 mètres cubes d'eau au sommet. Pourquoi diable n'avoir pas conçu des étages techniques qui cacheraient cette laideur qui brise la ligne générale ?...

http://dominique.bousseau.free.fr/photos/nantes/tour%20bretagne02.jpg

http://dominique.bousseau.free.fr/photos/nantes/nantes.jpg

Sur cette photo, on voit bien les différents rez-de-chaussée avec la rampe qui mène aux parkings

http://farm1.static.flickr.com/157/371248336_5669ae332c_b.jpg
agusmotto
http://creativecommons.org/images/public/somerights20.gif

Inutile de préciser que cette tour a eu bien du mal à être entièrement remplie, et que diverses administrations et services publics (France Télécom, DDTE, région entre autres) ont permis de pallier ce problème.


Visitez mon blog et mon album photos

Hors ligne

 

#6 16-01-2005 19:52:04

Boris_F
Hermitage plaza
Lieu: Boulogne-Billancourt
Date d'inscription: 28-12-2004
Messages: 14742
Immeubles: 219
Photos: 280
Site web

Re: Nantes Métropole - discussion générale

Le Tripode

Inoccupé depuis 1994, l'immeuble Le Tripode était un bâtiment administratif de 18 niveaux et 70 mètres de haut. Achevé en 1972, il y accueillait des services de l'Etat, avec près de 1 000 agents appartenant au Ministère des Affaires Etrangères, au Trésor public et à l'INSEE.

Différents rapports officiels menés entre 1983 et 1990, mesurant empoussièrement par fibre d'amiante, ont amené la décision de fermeture administrative de l'immeuble.
L'Etat, propriétaire du bâtiment, au vu de l'état de pollution, avait envisagé en 1999, de procéder au désamiantage, à sa démolition et à sa vente.

Mais les différentes démarches menées par la Préfecture de Loire Atlantique, notamment l'organisation d'un Appel d'Offres lancé auprès d'investisseurs privés, n'ont pu démontrer l'intérêt économique de la réhabilitation après désamiantage de l'immeuble le Tripode.

C'est pourquoi Nantes Métropole a décidé d'acquérir cet ouvrage pour le franc symbolique, de le détruire, puis de valoriser son assise foncière (28 OOO m2) dans le cadre du projet urbain de l'Île de Nantes.

Dimanche 27 Février 2005 (fin de matinée) : démolition par implosion (avec date de report au 6 mars 2005, si mauvaises conditions climatiques)

Le 27 février 2005, les habitants de l'agglomération pourront assister à l'implosion du Tripode : un périmètre de sécurité de 150 mètres sera établi, les rues et axes environnants seront fermés à la circulation. L'immeuble s'effondrera sur lui-même en une quinzaine de secondes. Les gravats seront ensuite concassés avant d'être valorisés sur des chantiers de l'agglomération nantaise. La démarche de haute qualité environnementale qui a été retenue s'est attachée à réduire les nuisances tout au long du chantier.

Cette opération a été présentée aux habitants du quartier lors de deux réunions publiques et a fait a fait l'objet de réunions d'information régulières sur le déroulement du chantier avec les administrations situées à proximité.
Une troisième réunion publique est programmée fin janvier pour expliquer les préparatifs et les dispositions qui seront prises pour cet évènement .

Les acteurs      
          Nantes Aménagement intervient sur cette opération comme Maître d'Ouvrage Délégué pour le compte de Nantes Métropole, Maître d'Ouvrage. Au cours de l'été 2003, la maîtrise d'ouvrage a désigné un groupement d'entreprises chargé des travaux de démolitions et de désamiantage.

Nantes Métropole a fait appel aux techniques de déconstruction sélective et de traitement et d'élimination de déchets, de vitrification des matériaux contenant de l'amiante, qui répondent à sa priorité de politique environnementale cohérente.

Le groupement a donc été désigné par appel d'offres sur performance,dont la minimisation des nuisances, dans le cadre d'une démarche Haute Qualité Environnementale,fut un des critères majeurs.

Ce groupement est composé des entreprises suivantes :

OCCAMAT : mandataire du groupement - démolition mécanique et valorisation des matériaux
ISOTHERMA : désamiantage
BOPLAN ingénierie :études et coordination
C.D.I.(U.K.) : expertise et implosion
STIPS : préparatifs à l'implosion
SEMEN TP : valorisation des matériaux

Pourquoi le détruire ?      
          Le Tripode n'a jamais trouvé preneur lorsqu'il était en vente,celui-ci présentant plusieurs inconvénients :

C'est un Immeuble de Grande Hauteur (IGH) qui impose des normes de sécurité et de transformation extrêmement coûteuses

Il est impossible d'y faire ni logements ni commerces du fait de l'étroitesse de la configuration

Absence de parkings

Il ne reste,aujourd'hui que la structure et la configuration est telle qu'il ne correspondrait qu'à un immeuble de bureaux, donc à usage unique.

Au total, même sans changer l'usage, le coût de la réhabilitation devenait prohibitif. La démolition est le résultat de cette impasse dans le ré-usage possible.

Réhabiliter ce type d'Immeuble de Grande Hauteur ne reviendrait donc pas moins cher que construire du neuf.

source : Nantes Métropole


Visitez mon blog et mon album photos

Hors ligne

 

Publicité

#7 16-01-2005 19:59:11

Boris_F
Hermitage plaza
Lieu: Boulogne-Billancourt
Date d'inscription: 28-12-2004
Messages: 14742
Immeubles: 219
Photos: 280
Site web

Re: Nantes Métropole - discussion générale

L'Île de Nantes, c'est un territoire de 350 hectares doté d'une situation exceptionnelle, au centre géographique de l'agglomération nantaise (6e agglomération française forte de 570 000 habitants formant, avec Saint-Nazaire, une métropole de plus de 800 000 habitants).

Longue de cinq kilomètres et large d'un kilomètre, enlacée par les bras de la Loire, l'Île de Nantes représente un ensemble urbanisé de longue date, mais disparate, qui accueille environ 13 000 habitants et 9 000 emplois. Marquée - notamment dans sa partie occidentale - par le flux, puis le reflux, des activités industrielles des 19e et 20e siècles, ce territoire possède d'immenses potentialités en terme de développement urbain, en relation directe avec le c½ur historique de Nantes, l'Île de Nantes étant elle-même riche d'un patrimoine significatif.

Le projet de l'Île de Nantes consiste à transformer ce territoire composite en un véritable c½ur d'agglomération en développant toutes les fonctions urbaines de centralité : habitat de qualité, développement économique, commerces, transports collectifs, équipements sociaux, culturels et de loisirs...

Pour cela, un important travail de recomposition urbaine doit être opéré en s'appuyant sur la requalification préalable ou concomitant des espaces publics. Ce travail, dont le pilotage est aujourd'hui assuré par la communauté urbaine de Nantes et la Ville de Nantes, a commencé depuis janvier 2001 avec le concours de l'Atelier de l'Île de Nantes, l'équipe d'urbanistes-paysagistes dirigée par Alexandre Chemetoff et Jean-Louis Berthomieu.

Plusieurs décennies seront nécessaires à l'élaboration de ce grand projet qui doit permettre à Nantes, à son agglomération et à la métropole Nantes - Saint-Nazaire de figurer parmi les centres urbains compétitifs au niveau européen. Mais, déjà, les premiers chantiers de transformations des espaces publics ont débuté en octobre 2002 : le mouvement est désormais lancé et va se poursuivre à court, moyen et long terme.

L'Île de Nantes est entourée par les bras de la Loire mais cette île de Loire est, en fait, un territoire composé, au fil des siècles, par l'action de l'homme à partir de l'archipel de Nantes : un ensemble d'îles ou prairies qui ont longtemps peuplé le fleuve et qui ont laissé des traces encore visibles dans le tissu urbain et dans la toponymie.

Cette diversité d'origine explique donc en partie la variété urbaine actuelle de l'Île de Nantes : un faubourg ancien autour d'un axe historique de traversée nord-sud de la Loire (1ère ligne des ponts : actuelles rues de Grande et de Petite Biesse) ; une zone d'aménagement mixte (logements / tertiaire) des années 70 à l'est (Beaulieu) ; et une zone industrialo-portuaire dans la partie occidentale (Prairie au duc, Île Sainte-Anne).
       

En effet, depuis la deuxième moitié du XIXe siècle, l'île a joué un rôle essentiel dans le développement économique local (accueil du développement industriel qui ne trouvait plus sa place sur la rive Nord de la Loire, puis expansion des fonctions portuaires et ferroviaires avec la gare de l'État et le quai Wilson ou, plus récemment, avec le déploiement des grands établissements tertiaires depuis les années 70).

C'est dans ce secteur industrialo-portuaire en mutation profonde depuis la fin des années 80, au nord-ouest de l'île, face au centre-ville historique de Nantes, que les premiers travaux du projet Île de Nantes ont démarré en octobre 2002.

Trois cent cinquante hectares au centre géographique de l'agglomération, c'est une opportunité rare à l'échelle des villes françaises et européennes. Certes, le territoire de l'Île de Nantes n'est pas vierge d'urbanisation mais il offre d'immenses possibilités pour reconstruire la ville sur elle-même.

Il s'agit de façonner un territoire de centre-ville, non pour remplacer celui qui existe déjà mais pour l'étendre et le développer afin de doter ainsi l'agglomération nantaise d'un c½ur à dimension européenne. Un c½ur de ville qui sera construit suivant un modèle à l'européenne articulant étroitement le c½ur historique de la cité et le nouveau centre, à l'opposé du modèle des villes américaines s'étendant à perte de vue ou d'une mégalopole champignon qui concentre à l'excès les fonctions tertiaires.

Nantes et l'agglomération nantaise ont besoin pour se développer - c'est à dire pour créer des richesses et de l'emploi - d'une attractivité renforcée.
       

La dynamique économique et démographique de la métropole Nantes - Saint-Nazaire observée ces dernières années, constitue un atout dans la concurrence internationale qui se joue quotidiennement entre les territoires et les villes ; Nantes a pu se placer en tête des villes françaises, notamment pour l'évolution positive de sa démographie, grâce à la qualité de ses espaces et de ses services urbains : transports, vie culturelle et artistique, environnement, architecture… Mais cette attractivité n'est jamais acquise, elle a besoin d'être sans cesse renouvelée, et le projet Île de Nantes doit être l'occasion de faire émerger, à l'échelle internationale, l'identité de la métropole.

Offrant, tout à la fois, un "waterfront" et une position centrale, à l'articulation entre un fleuve remarquable et un estuaire maritime, l'Île de Nantes permet de décliner les arguments que proposent les grandes métropoles internationales pour attirer entrepreneurs, investisseurs et nouveaux habitants.

Un territoire composite :
la variété des situations urbaines de l'île

- Au centre : un faubourg ancien
autour de l'axe historique de traversée nord-sud de la Loire.

- À l'ouest : une zone industrialo-portuaire
avec de nombreuses friches industrielles née dans la deuxième moitié du 19e siècle.

- À l'est : une zone d'aménagement mixte
(logements et bureaux) créée dans les années 70.

Plan de l'existant :
http://www.iledenantes.com/images/planexistant.jpg

Un projet phasé     
   
Le projet de l'Île de Nantes est un projet phasé dans le temps. Logiquement, il se développe de la rive nord vers le centre de l'île, en continuité avec le c½ur historique de la cité. Ainsi, les travaux ont démarré en octobre 2002 sur le quai François-Mitterrand. Pour la suite des chantiers, un programme d'actions a été validé par les élus de Nantes Métropole jusqu'en 2007, programme dont l'épine dorsale est un axe d'espaces publics est-ouest qui sera aménagé pour relier les différents quartiers de l'île, de la Prairie au Duc (ouest) à Beaulieu (est), et qui supportera, à terme, une ligne structurante de transport en commun, laquelle desservira, en site propre, le quartier de Chantenay, sur la rive nord-ouest, et la gare SNCF (accès sud).

Simultanément au lancement de ces opérations, la seconde étape du projet - d'une toute autre nature - sera préparée : elle consistera à urbaniser les 30 hectares de l'emprise RFF / SNCF après avoir déménagé les activités logistiques qui n'y auront plus leur place.

source : www.iledenantes.com


Visitez mon blog et mon album photos

Hors ligne

 

#8 19-01-2005 18:55:54

Boris_F
Hermitage plaza
Lieu: Boulogne-Billancourt
Date d'inscription: 28-12-2004
Messages: 14742
Immeubles: 219
Photos: 280
Site web

Re: Nantes Métropole - discussion générale

Batiactu, 19/01/2005

Pas à pas, Nantes redécouvre son île

Le nouveau quai François-Mitterrand de l'Île de Nantes vient d’être inauguré. Il marque le premier pas d'un vaste projet visant à transformer ce site au passé industriel en un pôle d'attraction urbain qui comportera plusieurs surprises architecturales.

[...]

Tout en préservant des bâtiments riches en histoire comme les halles de l'ancien site Alstom, les travaux prévoient aussi bien des réalisations tendant à développer l'économie, comme la construction d'une pépinière biologique, que de structures permettant de renouer avec le caractère maritime de l'île comme la construction d'un bassin sur la partie ouest. Le site accueillera également l’école d’architecture et l’école des Beaux Arts à définir précise le dossier de presse.
Les nombreux programmes immobiliers devraient permettre la création de 6.500 logements supplémentaires, soit un potentiel de 13.000 habitants. Deux nouveaux ponts devraient aussi voir le jour à l'est de l'île pour désenclaver le site où est implanté l'hôtel de région.

Mais le plus remarquable sera certainement la vocation culturelle et touristique de la future île, avec le chantier "Les Machines de l’Ile".

[...]

Jean-Philippe Defawe (avec AFP)

Entreprises ayant participé aux aménagements
Sauvêtre : aménagements des berges, terrassement, assainissement de surface, revêtements de sols
Amec Spie : Electricité, éclairage
Bosher : Mobiliers, accessoires
Nature Environnement : Sols et plantations
Sade et Eurovia : aménagements estacade

Coûts des aménagements
Espaces publics : 3.670.000 ¤
Estacade : 1.340.000 ¤
Berge : 302 000 ¤
Coût total : environ 5.300.000 ¤
( 18/01/2005 )

http://www.batiactu.com/special/image.php3?type=Premier_image&doc=/data/18012005/18012005-105707.html


Visitez mon blog et mon album photos

Hors ligne

 

#9 14-02-2005 13:35:59

Boris_F
Hermitage plaza
Lieu: Boulogne-Billancourt
Date d'inscription: 28-12-2004
Messages: 14742
Immeubles: 219
Photos: 280
Site web

Re: Nantes Métropole - discussion générale

AFP

14 février, 12h22

Démolition fin février par implosion d'un bâtiment de 70 m de haut à Nantes

Le Tripode, un bâtiment situé sur l'île de Nantes qui a abrité pendant 20 ans des services administratifs, sera détruit par implosion le 27 février par une entreprise américaine après onze mois de travaux de désamiantage, a-t-on appris auprès de Nantes Métropole.

[...]


Visitez mon blog et mon album photos

Hors ligne

 

#10 15-02-2005 17:25:04

BadGuYoM
Tour Montparnasse
Lieu: Beauvais
Date d'inscription: 10-01-2005
Messages: 1600
Immeubles: 2

Re: Nantes Métropole - discussion générale

nantes est une ville interessante dommage qu'elle n'est pas continuer sur sa lancée de la tour de bretagne B10


The sky is the limit !!!!!

Hors ligne

 

#11 17-02-2005 15:43:53

donnydarko
Grande Arche
Date d'inscription: 13-02-2005
Messages: 364

Re: Nantes Métropole - discussion générale

A rennes de la fair B5   F10


"Tour vivante" à Rennes: un rêve qui doit devenir réalité!

Hors ligne

 

#12 27-02-2005 19:10:59

halorache
Grande Arche
Lieu: Saint-Malo & Paris
Date d'inscription: 29-12-2004
Messages: 281

Re: Nantes Métropole - discussion générale

En effet je viens de voir ça aux infos, dire que je viens de faire un tour à Nantes (ou je suis d'ailleur tombé nez à nez malgré moi avec quelques IGH  A5
J'avais vu justement le tripode de loin à l'horizon, je ne savais pas qu'ils étaient si pressés de le faire tomber !

Hors ligne

 

#13 04-03-2005 17:04:37

Stickyesman
Modère-à-tort
Lieu: Paris
Date d'inscription: 25-12-2004
Messages: 10446
Immeubles: 558
Photos: 15
Site web

Re: Nantes Métropole - discussion générale

Batiactu avec AFP 04-03-2005 a écrit:

Opération destruction réussie

[...]

L'implosion a été préparée par l'entreprise américaine Controled Demolition Incorporated (CDI) de Phoenix (Maryland), spécialisée dans ce type de démolition. Elle a eu lieu dimanche dernier.
Le déclenchement des explosifs a duré huit secondes et cinq secondes plus tard, les 20.000 tonnes de béton et d'acier restants de l'immeuble se sont effondrées, 10.000 tonnes de la structure ayant déjà été ôtées pour affaiblir l'immeuble et faciliter sa destruction.
En un peu plus de 13 secondes le Tripode, autrefois appelé "tour Beaulieu", a disparu du paysage nantais dans un nuage de fumée devant des milliers de curieux répartis autour d'un périmètre de sécurité de 150 m.
Le bâtiment, achevé en 1972, comprenait 18 niveaux et mesurait 70 m de haut. Il a abrité pendant 20 ans près de 1.000 agents des services de l'Etat avant que l'empoussièrement par fibre d'amiante n'oblige à fermer l'immeuble.

[...]

Le Tripode, propriété de l'Etat qui n'a pas trouvé preneur pour ce bâtiment pollué par l'amiante, avait été racheté par la communauté d'agglomération Nantes Métropole pour un franc symbolique afin de le détruire pour valoriser son assise foncière de 28.000 m2 dans le cadre d'un projet urbain de redynamisation de l'Ile de Nantes.
Le coût total de l'opération s'élève à 7.077.000 euros, financés par Nantes Métropole et le Feder (40%).

http://www.batiactu.com/data/04032005/0 … 40219.html


PSS - Architecture, Urbanisme, Aménagement du territoire
City Forum - Ville 3D

~ Ah tu Voi c pour sa ke Seul les pti bonhomme du Baby on ldroi dShooT - Chandler Friends s06-ep06 ~

Hors ligne

 

#14 30-03-2005 12:19:22

vonvon
Membre
Date d'inscription: 30-03-2005
Messages: 1

Re: Nantes Métropole - discussion générale

Bonjour,
je recherche actuellement des photos récentes ou moins récentes sur le Tripode (ou tout autre document s'y rapportant)
Je cherche particulièrement des photos des étapes de sa construction...
Si jamais vous avez des documents de ce genre, je suis intéressé !!! faites moi signe svp
merci  B5

Hors ligne

 

#15 30-03-2005 17:23:40

Boris_F
Hermitage plaza
Lieu: Boulogne-Billancourt
Date d'inscription: 28-12-2004
Messages: 14742
Immeubles: 219
Photos: 280
Site web

Re: Nantes Métropole - discussion générale

Bienvenue à toi Vonvon.

L'appel est lancé !


Visitez mon blog et mon album photos

Hors ligne

 

#16 25-04-2005 23:20:01

Boris_F
Hermitage plaza
Lieu: Boulogne-Billancourt
Date d'inscription: 28-12-2004
Messages: 14742
Immeubles: 219
Photos: 280
Site web

Re: Nantes Métropole - discussion générale

Batiactu, 25/04/2005

L’Association pour la route Nantes-Poitiers-Limoges a présenté à Limoges un projet d’autoroute à péage entre les deux capitales régionales.

D’une longueur de 130 kilomètres, ce barreau autoroutier relierait Parthenay (Deux-Sèvres) à La Croisère (Haute-Vienne).

[...]

( 25/04/2005 )


Visitez mon blog et mon album photos

Hors ligne

 

#17 27-04-2005 20:09:33

Boris_F
Hermitage plaza
Lieu: Boulogne-Billancourt
Date d'inscription: 28-12-2004
Messages: 14742
Immeubles: 219
Photos: 280
Site web

Re: Nantes Métropole - discussion générale

Batiactu, 27/04/2005

Urbanisme : SCE mise sur le marché indien

Le groupe nantais de conseil et d'ingénierie en aménagement du territoire se porte candidat pour un projet urbain de 10 millions d’euros à New Delhi.

Après avoir décroché, en 2003, un marché de 4,6 millions d’euros à Bangalore (sud de l’Inde) pour l’aménagement du schéma directeur de la ville, SCE est désormais en lice pour un marché d’urbanisme à New-Delhi.

[...]

( 27/04/2005 )


Visitez mon blog et mon album photos

Hors ligne

 

#18 26-05-2005 15:16:14

Boris_F
Hermitage plaza
Lieu: Boulogne-Billancourt
Date d'inscription: 28-12-2004
Messages: 14742
Immeubles: 219
Photos: 280
Site web

Re: Nantes Métropole - discussion générale

Batiactu, 26/05/2005

Nantes emprunte 130 millions d’euros à la BEI

La communauté urbaine Nantes Métropole et la Banque européenne d’investissement (BEI) ont signé lundi deux conventions ouvrant à l’agglomération un crédit de 130 millions d’euros d’ici à l’automne 2007.

La première convention porte notamment sur l’extension de la deuxième ligne de tramway, l’aménagement de la troisième et surtout la création d’une quatrième liaison dite de «busway»

[...]

L’autre convention concerne Neptune III, troisième volet d’un plan d’assainissement des eaux signé avec l’Agence de l’eau Loire-Bretagne

[...]

( 25/05/2005 )


Visitez mon blog et mon album photos

Hors ligne

 

#19 26-05-2005 18:11:00

toons
Tour EDF
Lieu: Pontoise 95
Date d'inscription: 02-03-2005
Messages: 511

Re: Nantes Métropole - discussion générale

Quelqu'un à des nouvelles du futur aéroport internationnal (je crois) de Nantes Atlantiques...?
Concernant "le sillon de Bretagne", cette tour est assez étonante, on voit pas très bien sur la photos mais il y a trois façades, et celle qu'on ne voit pas est la plus longues puisque ses "marches" (sorte d'HLM accolé dont le niveau dessant par pallié) s'étendent beaucoup plus que la façade de gauche (sur la photos) l'effet est assez particulier, un peu desaxée même... de plus ce coin avais quelques pbm avec la sécurité (il y a 4 ans) et petit a petit ce délabrais...

Je vous recommande chaudement Nantes qui ne paille pas de mine comme çà, mais si vous aimé l'art, la culture, et vous amuser, c'est l'endroit qu'il vous faut... Il y a beaucoup à dire sur cette ville

Hors ligne

 

#20 17-06-2005 20:52:37

Boris_F
Hermitage plaza
Lieu: Boulogne-Billancourt
Date d'inscription: 28-12-2004
Messages: 14742
Immeubles: 219
Photos: 280
Site web

Re: Nantes Métropole - discussion générale

Batiactu, 17/06/2005

Un demi-siècle de rayonnement pour la Maison Radieuse de Rezé

Inaugurée le 2 juillet 1955 en présence de son architecte Le Corbusier, l’unité d’habitation de Rezé fête son cinquantenaire les 25 et 26 juin prochains, au sud de Nantes. Habitants, spécialistes du cadre bâti et artistes animeront ce lieu qui regorge d’aménagements originaux.

[...]

Les unités d’habitation de Briey (Meurthe-et-Moselle), de Berlin (Allemagne) et de Firminy (Loire) fêteront à leur tour leur 50 ans respectivement en 2006, 2007 et 2010.

Pour connaître toute l’histoire de la Maison Radieuse, avoir un aperçu des animations de la fin juin, rendez-vous sur le site Internet :
http://maisonradieuse.org

17/06/2005


Visitez mon blog et mon album photos

Hors ligne

 

#21 17-06-2005 21:56:49

Stickyesman
Modère-à-tort
Lieu: Paris
Date d'inscription: 25-12-2004
Messages: 10446
Immeubles: 558
Photos: 15
Site web

Re: Nantes Métropole - discussion générale

LE Moniteur 17-06-2005 a écrit:

Appel à projets pour le site du Tripode sur l’Ile de Nantes


Nantes Métropole a chargé la Société d’aménagement de la Métropole Ouest Atlantique (Samoa) de lancer une consultation auprès des promoteurs et investisseurs pour la réalisation du premier îlot de ce programme qui comprendra des logements, des bureaux et un hôtel.

Ce programme, l’îlot A, porte sur 44 000 m² SHON, dont 20.000 m2 de bureaux et 9.000 m2 de logements. Un hôtel d’environ 5 000 m² est proposé en bord de Loire, face au centre ville et à la Cité des congrès.
Parallèlement le site devra accueillir 10 000 m² d’activités et commerces, qui seront orientés autour de l’équipement de la maison, le bricolage et le jardinage afin de ne pas concurrencer l’activité du centre ville, et d’être compatible avec celle du centre commercial Beaulieu, tout proche.

Rens. : le dossier de consultation est disponible à la Samoa, 42, rue La Tour d’Auvergne 44263 Nantes Cedex 2

Plus d’informations dans Le Moniteur du 24 juin.

http://www.lemoniteur-expert.com/depech … amp;mode=2


PSS - Architecture, Urbanisme, Aménagement du territoire
City Forum - Ville 3D

~ Ah tu Voi c pour sa ke Seul les pti bonhomme du Baby on ldroi dShooT - Chandler Friends s06-ep06 ~

Hors ligne

 

#22 18-06-2005 00:07:13

Boris_F
Hermitage plaza
Lieu: Boulogne-Billancourt
Date d'inscription: 28-12-2004
Messages: 14742
Immeubles: 219
Photos: 280
Site web

Re: Nantes Métropole - discussion générale

J'espère que tout cela sera réussi - et je n'en doute pas - mais Nantes mériterait sans doute un IGH ou deux  - même modestes, au-delà de 50 mètres selon la réglementation - pour préserver une skyl:ine urbaine digne de ses ambitions. Marre de voir que l'uniformisation vers le bas rattrape les villes qui, à une époque, ont osé même en ayant fait des erreurs. Les erreurs sont corrigibles, mais pas n'importe comment. A l'endroit du Tripode, le PLU devrait permettre un vélum suffisant pour recréer du monumental - comme à Issy... Nantes le mérite, et de plus les numbies là-bas ne sont pas si nombreux qu'on le pense. Pour 44000 m² SHON, il faudrait un architecte qui ait de l'audace...

On verra bien  F8


Visitez mon blog et mon album photos

Hors ligne

 

#23 29-06-2005 19:00:59

Stickyesman
Modère-à-tort
Lieu: Paris
Date d'inscription: 25-12-2004
Messages: 10446
Immeubles: 558
Photos: 15
Site web

Re: Nantes Métropole - discussion générale

BatiActu 28-06-2005 a écrit:

Les riverains de l’Aéroport Grand-Ouest pourront vendre dès cet été

La préfecture de Loire-Atlantique a annoncé lundi que les riverains du futur aéroport Grand-Ouest de Notre-Dame-des-Landes (44) pourront céder leur habitation au Conseil Général dès cet été dans le cadre d’une procédure à l’amiable.

[...]

http://www.batiactu.com/data/28062005/2 … 12251.html


PSS - Architecture, Urbanisme, Aménagement du territoire
City Forum - Ville 3D

~ Ah tu Voi c pour sa ke Seul les pti bonhomme du Baby on ldroi dShooT - Chandler Friends s06-ep06 ~

Hors ligne

 

#24 02-07-2005 21:40:54

Stickyesman
Modère-à-tort
Lieu: Paris
Date d'inscription: 25-12-2004
Messages: 10446
Immeubles: 558
Photos: 15
Site web

Re: Nantes Métropole - discussion générale

Le thread sur l'aéroport Grand-Ouest
http://www.pss-archi.eu/forum/viewtopic.php?id=13645


PSS - Architecture, Urbanisme, Aménagement du territoire
City Forum - Ville 3D

~ Ah tu Voi c pour sa ke Seul les pti bonhomme du Baby on ldroi dShooT - Chandler Friends s06-ep06 ~

Hors ligne

 

#25 08-07-2005 21:04:20

Stickyesman
Modère-à-tort
Lieu: Paris
Date d'inscription: 25-12-2004
Messages: 10446
Immeubles: 558
Photos: 15
Site web

Re: Nantes Métropole - discussion générale

LE MONITEUR 08-07-2005 a écrit:

Une nouvelle prison sera construite à Nantes

Le ministre de la Justice Pascal Clément a annoncé vendredi le déblocage de fonds affectés au programme pénitentiaire de Nantes et s'est engagé pour la construction d'une nouvelle maison d'arrêt réclamée par élus et syndicats.

[...]

L'établissement pour mineurs d'Orvault, en périphérie de Nantes, devrait pour sa part ouvrir en 2007 et le centre de détention sera rénové ultérieurement, selon les deux quotidiens.

[...]

http://www.lemoniteur-expert.com/depech … amp;mode=0


PSS - Architecture, Urbanisme, Aménagement du territoire
City Forum - Ville 3D

~ Ah tu Voi c pour sa ke Seul les pti bonhomme du Baby on ldroi dShooT - Chandler Friends s06-ep06 ~

Hors ligne

 


Pied de page du Forum

Powered by FluxBB

Copyright © 2006-2019 PSS
Mentions légalesQui sommes-nous ?Contact