En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêt.     En savoir plus     Fermer

PSS

Marseille Métropole - Infrastructures et politique de transport

#1 18-09-2006 22:53:58

RV'Salon17èm
Arc de Triomphe
Date d'inscription: 24-05-2006
Messages: 72

Marseille Métropole - Infrastructures et politique de transport

RER, réseau routier, voies nouvelles... à l'échelle métropolitaine

_____________________________________________________

D'un projet de RER encore embryonaire aux nouveaux pôles de connexion rail-route-vélo-tram-métro... toutes les infos question transports intra- et interurbains...

http://img243.imageshack.us/img243/1778/dsc01268bf6.jpg
http://img124.imageshack.us/img124/7325/800pxparcmontsouris111dd129rv3.jpg

Dernière modification par pastis (28-06-2011 15:20:43)

Hors ligne

 

#2 21-09-2006 09:42:07

RV'Salon17èm
Arc de Triomphe
Date d'inscription: 24-05-2006
Messages: 72

Re: Marseille Métropole - Infrastructures et politique de transport

http://img133.imageshack.us/img133/866/a7nordmarseille1lr1.jpg

Hors ligne

 

#3 23-09-2006 13:03:50

RV'Salon17èm
Arc de Triomphe
Date d'inscription: 24-05-2006
Messages: 72

Re: Marseille Métropole - Infrastructures et politique de transport

Le noeud ferré de Miramas, site stratégique pour la desserte de Mars, après les marchandises, un esprit RER métropolitain atteindra t-il un jour cette zone ?
http://img86.imageshack.us/img86/9605/garemiramas1lgendcx4.jpg
http://img86.imageshack.us/img86/2343/clsud1ty3.jpg

Hors ligne

 

#4 23-09-2006 20:16:25

jack de mars
Hermitage plaza
Date d'inscription: 21-09-2005
Messages: 6480

Re: Marseille Métropole - Infrastructures et politique de transport

L'Etat et la région à la course aux millions

Dégainons les calculettes. Les négociations se sont ouvertes hier entre l'Etat, le conseil régional, les départements et les agglomérations de Paca pour définir les investissements du contrat de projet Etat-région (CPER) 2007-2013. A la clé : 692 millions d'euros de l'Etat, un milliard de la région, plus les participations des départements, dont déjà 500 millions mis sur la table par les Bouches-du-Rhône. Christian Frémont, préfet de Paca, est sorti très satisfait de la réunion : « On n'est pas d'accord sur tout, loin s'en faut, mais tout le monde a présenté une liste de projets resserrée, avec un consensus sur les grandes orientations : modernisation du réseau TER, gestion de l'eau, soutien à l'agriculture. »

Le son de cloche est totalement différent au conseil régional, principal signataire du contrat. « Les politiques de santé, d'aide sociale, d'aide à la justice de proximité ne figurent plus au CPER, dénonce Michel Vauzelle, président (PS) de la région. Nous allons continuer à négocier et nous resterons très aimables jusqu'au bout de la négociation. Mais si l'Etat ne fait pas un effort financier, nous ne signerons pas le CPER. » Alors que l'Etat assure qu'il investit 30 % de plus en Paca qu'avec le précédent CPER, la région dénonce « un bonneteau financier ». « A périmètre constant, l'Etat a réduit ses investissements de moitié », assure Christophe Castaner, vice-président (PS) de la région. Selon le calendrier fixé par le gouvernement, le CPER doit être impérativement bouclé avant la fin de l'année.


F. L.


Entre 2007-2013, Paca devrait bénéficier de plus de 600 millions d'euros de fonds européen. Selon la préfecture, cette dotation est en baisse de 15 % « seulement », contre 50 % dans la plupart des régions françaises.


https://farm8.staticflickr.com/7159/6634546543_c7fef52602_m.jpg

Hors ligne

 

#5 30-09-2006 10:06:33

Fabemariclem
Tour Montparnasse
Lieu: Marseille
Date d'inscription: 28-09-2006
Messages: 1163
Immeubles: 1

Re: Marseille Métropole - Infrastructures et politique de transport

Pour le conseil général 13, TROIS GRANDES PRIORITÉS D'INFRASTRUCTURES
Indispensables pour éviter l'asphyxie du département,trois grandes priorités d'infrastructures ont été définies pour un montant de 250 millions d’euros .
1- 100 millions d’euros pour le Réseau de transport rapide :réseau ferroviaire avec la 3evoie Marseille-Aubagne,la poursuite de la 2evoie entre Aix et Marseille,la desserte ferroviaire de l'aéroport,les aménagements et la réouverture de lignes (Aix-Rognac,voies du port),les pôles d'échanges.
2- 20 à 30 millions d’euros  sur la LGV,sous réserve de son passage par Marseille,et destinés à financer les études jusqu'à la Déclaration d'utilité publique.
3- 130 à 150 millions d’euros  sur la L2 et sur l'amélioration des transports marseillais.


Pace e Salute

Hors ligne

 

#6 03-10-2006 09:39:20

Fabemariclem
Tour Montparnasse
Lieu: Marseille
Date d'inscription: 28-09-2006
Messages: 1163
Immeubles: 1

Re: Marseille Métropole - Infrastructures et politique de transport

Au niveau du RER Marseille-Aix, je suis passé au niveau de la N8 lieu dit pin porte rouge sur la commune de Bouc bel air. il y avait un panneau annonçant la modernisation de la voie et un chantier en cours sur une surface importante et notament la création d'un pont sur la ligne permettant à mon avis de créee une nouvelle route entre cette N8 et la D6 qui va vers plan de campagne.
Enfin c'est bon, cela signifie que le RER est lancé, ce qui est extrement important.
D'autre part entre le RER, la L2, le tramway et le rallongement du métro, le visage des TC de la métropole va être complétement différent d'ici à 5 ans.


Pace e Salute

Hors ligne

 

#7 04-10-2006 18:41:45

Fabemariclem
Tour Montparnasse
Lieu: Marseille
Date d'inscription: 28-09-2006
Messages: 1163
Immeubles: 1

Re: Marseille Métropole - Infrastructures et politique de transport

Infos trouvées sur le site mise à jour du CG 13
Protection acoustique de l’avenue Fleming : 818 000 €.
si ça pouvait être vrai

quoique il aurai mieux valu un tunnel


Pace e Salute

Hors ligne

 

#8 05-10-2006 18:40:01

Mistral
Grande Arche
Date d'inscription: 10-06-2006
Messages: 389

Re: Marseille Métropole - Infrastructures et politique de transport

C'est quand même osé d'appeler ça un RER  A10

Cette ligne Marseille-Aix sera une blague. Surtout quand on sait qu'on aura attendu 30 ans pour ça: en dehors de Marseille intra-muros et des gares, la ligne restera à voie unique. Ce qui empêchera un trafic des trains à cadences élevées.
Si encore c'était une première phase... mais même pas. Il faudra certainement attendre des dizaines d'années avant que les politiques se posent la question d'un doublement complet de la ligne.

Pour la ligne Marseille-Aubagne c'est déjà mieux. Il y aura 3 voies. Sauf que 2 d'entre elles resteront embouteillées par les TGV et Corails. Ca limitera donc les fréquences des TER là aussi.

Je crois qu'il est prévu un train toutes les 20 minutes en heures de pointe sur les 2 lignes. C'est très moyen.
Pour convaincre les gens de lacher leur voiture, il aurait au moins fallu un train toutes les 10 minutes avec des trains directs Marseille-Aix et Marseille Aubagne.

Hors ligne

 

#9 05-10-2006 19:11:35

RV'Salon17èm
Arc de Triomphe
Date d'inscription: 24-05-2006
Messages: 72

Re: Marseille Métropole - Infrastructures et politique de transport

Je partage tout à fait ton point de vue Mistral... on parle de RER histoire de donner le ton... là où je diffère de ta formulation, c'est sur le long terme : on peut éviter de raisonner en terme de décennies à partir du moment où on tente de faire pression sur le politique à court terme.

EN + bref, faut mettre le thème des transports collectifs au coeur des échéances électorales, il FAUT un système type RER dans les prochaines années (c'est pas tant qu'on risque l'asphyxie selon moi, la menace vient plutôt de la décrédibilisation de notre zone de vie).

Hors Marseille, Vitrolles, Salon, Istres, Aubagne, Aix, Pertuis, Cadarache devraient pouvoir devenir des liaison haut débit de voyageurs d'ici 10-15 ans maxi...
Intra Marseille, St Antoine, La Pomme, L'estaque, St Louis... doivent disposer d'accès multimodaux...

Bon, je sais que je verse dans l'utopie mais ça me semble dingue de ne pas envisager un coup de fouet, une révolution des transport com de notre aire urbaine...

http://img124.imageshack.us/img124/7325/800pxparcmontsouris111dd129rv3.jpg

Hors ligne

 

#10 05-10-2006 20:39:10

Fabemariclem
Tour Montparnasse
Lieu: Marseille
Date d'inscription: 28-09-2006
Messages: 1163
Immeubles: 1

Re: Marseille Métropole - Infrastructures et politique de transport

Je vous trouve dur avec le projet de RER marseillais.
1- je n'arrive plus à trouver les pages web, mais quand on regarde de près on s'aperçoit que le doublement est assezimportant sur l'ensemble de la ligne marseille-aix. Le projet ne prévoit pas de nouvelles emprises foncières, avantage de ne pas perturber les zones deja urbanisées sur le trajet et de diminuer les couts évidemment. Et par exemple il me parait logique de ne pas doubler au niveau du magnifique viaduc des arnavaux. En pratique, le dooublement partiel de la ligne permettra 5 départs par heure au niveau de St Charles, un ou 2 en direct sur Aix, un ou 2 s'arretant dans toutes les gares, un ne faisant que les gares de Marseille intra-muros. Cela fait un train toutes les 12 minutes.
2- la création de nouvelles gares est une bonne chose et complète intelligement le réseau de TC (insuffisant malgré tout) et donne aux quartiers nord un moyen de connexion direct avec le centre, élément important de la cohérence urbaine.
3- je connais moins le probleme de la ligne d'aubagne, ayant habité 16 ans à Bouc Bel Air. toutefois la aussi il est prévu de créer une nouvelle gare dans marseille intramuros et je crois que la cadence sera un train toutes les 12 minutes (je reconnais que comme ils ne s'arretent pas dans toutes les gares en pratique cela diminue la fréquence en fonction de sa gare d'arrivée)
4- je pense par contre qu'il est necessaire de développer d'autres lignes:
         RER A: marseille-aix
         RER B: marseille aubagne (ou toulon)
         RER C: marseille-martigues
         RER D: marseille- marigane
5- je suis content comme je vous l'ai dit de voir que les travaux ont commencé et que ce projet de "ligne A" verra bien le jour. En esperant que les gens le prennent (gare aux mauvaises habitudes), que cela décongestionne l'autoroute nord et que la pollution diminue.
PS: j'essairai de vous mettre les photos des horaires prévus des que j'aurai retrouvé les pages web

D7 pace e salute


Pace e Salute

Hors ligne

 

#11 05-10-2006 21:19:48

Mistral
Grande Arche
Date d'inscription: 10-06-2006
Messages: 389

Re: Marseille Métropole - Infrastructures et politique de transport

@Fabemariclem: un train toutes les 12 minutes sur la ligne Marseille-Aix c'est peu probable, du moins au départ des terminus. Surtout s'il y a des trains directs d'intercalés...
Et je maintiens que ces tronçons de voies uniques sont vraiment du foutage de gueule. Outre le problème des cadences, il suffira d'un train en retard ou étant victime d'un incident pour tout paralyser.
Il est bien beau le viaduc des Arnavaux, mais un "RER" ça doit surtout être efficace.

@RV'Salon17èm: tu fais bien de terminer ton message en parlant d'utopie  A10
Ce que je dis n'est pas un avis personnel mais la triste réalité des choses. Les politiques ont attendu 30 ans pour faire ce doublement partiel. Et la Région s'en targue aujourd'hui. Une fois les voies achevées et le sentiment du devoir accompli, ils ne risqueront pas de se repencher sur une nouvelle modernisation...
Surtout qu'il n'y a même pas de vrai projet RER avec la vision d'un grand réseau à long terme. Même le si critiqué tramway a son grand réseau divisé de prévu et de divisé en plusieurs phases, même l'ensemble met 20 ans à se faire... Pour ce pseudo RER, le but de la Région est de faire une voie par ci, une autre par là, 3 gares et puis basta. Et il leur aura fallu 30 ans et 5 ans de travaux pour ce maigre résultat  F8

On ne peut pas en vouloir complètement à la Région puisqu'elle n'a pas les crédits de Paris. D'où l'abandon du doublement complet qui était prévu à la base. Mais la Région aurait pu faire un effort pour cette petite ligne tant attendue, quitte à se serrer la ceinture. Et surtout, rien ne l'empêchait de proposer un schéma directeur de vrai réseau RER, même si ce n'était pas pour tout de suite.

En espérant que la fréquentation de ces futures lignes dépasse les espérances, incitant la SNCF a impulser un vrai projet.

Hors ligne

 

#12 05-10-2006 21:34:32

RV'Salon17èm
Arc de Triomphe
Date d'inscription: 24-05-2006
Messages: 72

Re: Marseille Métropole - Infrastructures et politique de transport

@Mistral : j'aime bien aussi la fin de ton message.
Je ne sais pas qui des passagers potentiels ou du problème environnemental/de risque d'enclavement économique servira de déclic.
En tout cas, pour ma part, je n'ai jamais autant perçu d'attente sur cette région en matière de transport en commun. Et pas seulement sur Paris Skyscraps ou ssc voire mrs111...

A ce stade, l'engouement argumenté de fabemariclem me rassurre à 10%... j'espère que les ville de mrs, aix, cum, cg13 et cr.paca et quand même l'état vont prendre la mesure de la situation. C'est un ambitieux plan d'urgence qu'il faut lancer, le sigle RER prendra alors + de sens.

Comparativement à d'autres régions urbanisées, notre réseau évoque l'aube du moyen âge...

Le pire est que pour l'heure nos bouchons locaux sont "tranquilles" en rapport à l'engorgement d'autres métropoles régionales ; qu'en sera t-il si l'aire marseillaise décolle un peu plus (+ de résidants, d'actifs, de déplacements).
En ce sens l'idée du conseil général de créer une voie spécifique bus interurbains sur les autoroutes me fait frémir si elle s'avère être LA solution d'avenir... à suivre.
Don't give up!

Hors ligne

 

#13 05-10-2006 21:54:58

Fabemariclem
Tour Montparnasse
Lieu: Marseille
Date d'inscription: 28-09-2006
Messages: 1163
Immeubles: 1

Re: Marseille Métropole - Infrastructures et politique de transport

Ecoutez RV'Salon et Mistral, l'engoument il en faut toujours et encore plus à Marseille.
La situation marseillaise était ou est catastrophique en terme de transport.
MAIS, je vois venir:
1- un RER, certes imparfait, mais en amélioration
2- 3 lignes de tramway, dont d'aileurs je rouve le tracé discutables
3- 4 nouvelles stations de tramway
4- une nouvelle gare routière à st-charles
5- un nouveau pole d'échange à st barnabé
6- une rocade L2 (je sais elle est longue à arriver, mais elle va arriver)
7- une nouvelle aérogare low cost
8- un boulevard urbain sud
9- le reste (bd urbainde l'étoile, etc...

Ce que je pense c'est que même si on peut discuter les choix pris, les choses changent. Ce que l'on paie aujourd'hui c'est les erreurs d'hier, alors je ne sais pas demain, mais j'aie envie d'être optimiste


Pace e Salute

Hors ligne

 

#14 05-10-2006 23:18:30

Mistral
Grande Arche
Date d'inscription: 10-06-2006
Messages: 389

Re: Marseille Métropole - Infrastructures et politique de transport

@RV'Salon17èm: tu parles d'une prise de conscience des politques quant aux problèmes environnementaux. J'y ai un temps cru. Notamment à partir de la loi Voynet qui obligeait les grandes villes à monter un PDU et surtout, leur donnait les moyens de réaliser leurs projets de TC.
Mais Raffarin a coupé les vivres du jour au lendemain... et depuis lors, j'ai du mal à croire au bon sens des politiques à ce sujet.
Il faut vraiment qu'il y ait un intérêt autre qu'environnemental pour qu'ils s'y penchent vraiment...

@Fabemarichem: autant je suis très optimiste à propos de tous les projets et chantiers qui touchent Marseille, autant sur le sujet des TC je suis vraiment déçu.
Certes, des choses se font et c'est toujours mieux que le néant des années 90:
- Le tram sera une belle vitrine du renouveau de la ville, les grands boulevards seront requalifiés et rendus au piétons, il y aura une offre de transport légèrement meilleure et l'on peut penser que les phases d'extensions ne tarderont pas trop.
Mais ça restera très insuffisant et même après les 3 lignes de tram et l'extension de la ligne 1 du métro, la ville restera très mal desservie.
- La Mairie semble vouloir développer un système de transport maritime, comme c'est le cas à Toulon. La construction d'un 2ème ferryboat est encourageant. Mais pour l'instant ça reste vague... sans jeu de mot.
- Si le réseau intra-muros est plus qu'insuffisant, alors que dire du réseau à l'échelle de l'agglomération. Il est quasi inexistant. Ces lignes de TER modernisées au rabais seront des gouttes d'eau dans l'océan.
Sachant qu'un réseau ce n'est pas seulement des lignes mais aussi une tarification commune (les politiques l'évoque...) et une efficacité du service (fréquences soutenues, retards limités ect...)
Et ce RER sauce Vauzelle ne remplira pas la plupart de ces conditions.

Comme je le disais, dès qu'il y a intérêt, sous entendu économique, les choses avancent comme par miracle. Par exemple la liaison ferrée Marseille-Aéroport que souhaite la CCI pour parachever MP2 et dont le projet, pourtant très récent, avance à grands pas...

Hors ligne

 

#15 07-10-2006 22:54:59

RV'Salon17èm
Arc de Triomphe
Date d'inscription: 24-05-2006
Messages: 72

Re: Marseille Métropole - Infrastructures et politique de transport

Au dela de marseille intra, se joue bientot iter... question transport, les voies actuelles devront être réaménagées... et des ponts renforcés, notamment certains enjambant des axes clefs comme l'A7 (à hauteur de Pélissanne) :
http://img521.imageshack.us/img521/8423/dsc02924hm3.jpg

Les convois circuleront de nuit pour optimiser la sécurité et minimiser les incidences / trafic/

Il se pose maintenant la question de ces améliorations pour restructurer le réseau routier de l'agglopole.

Hors ligne

 

#16 09-10-2006 11:29:31

Jal de Mars
Tour First
Lieu: Marseille - Joliette
Date d'inscription: 29-07-2006
Messages: 2494
Site web

Re: Marseille Métropole - Infrastructures et politique de transport

Transports et biotech au menu de MPM

20minutes | édition du 09.10.06

Les élus de la communauté urbaine de Marseille Provence Métropole (MPM) se réunissent ce matin pour examiner près de cent dossiers.

Tramway : MPM lance officiellement ce matin l'extension sur 700 m de la ligne de tramway Euroméditerranée-Caillols, depuis la place Gantès (2e) jusqu'à Arenc. Objectif : desservir les futurs bureaux d'Euromed Center, les archives départementales et la future salle de spectacle du silo. Le coût de l'agrandissement est de 17 millions d'euros, pour une ouverture courant 2008. Renaud Muselier, président (UMP) de la commission transports, veut également lancer le débat sur le prolongement de la ligne vers Saint-Antoine (15e). Problème : des deux itinéraires, le plus direct oblige à bloquer la RN 7 pendant deux à trois ans, sans possibilité de contournement. Pour Renaud Muselier, « c'est une décision lourde qu'il faut prendre avant les municipales ».

Vélos : A partir de l'été 2007, MPM compte installer mille vélos à louer dans Marseille. Réparti sur 130 stations comportant chacune au moins huit vélos, ce service sera gratuit la première demi-heure de location, puis payant au tarif d'un euro de l'heure. Si tout le monde applaudit le principe, les élus PS, Verts et Radicaux dénoncent le coût de l'opération (49 millions d'euros étalés sur quinze ans), ainsi que l'absence d'un véritable réseau de pistes cyclables à Marseille.


Marseille 2012 ... 2013 ... et 2016.

Hors ligne

 

#17 09-10-2006 13:10:48

jack de mars
Hermitage plaza
Date d'inscription: 21-09-2005
Messages: 6480

Re: Marseille Métropole - Infrastructures et politique de transport

Bonne nouvelle! B6


https://farm8.staticflickr.com/7159/6634546543_c7fef52602_m.jpg

Hors ligne

 

#18 09-10-2006 13:47:53

Fabemariclem
Tour Montparnasse
Lieu: Marseille
Date d'inscription: 28-09-2006
Messages: 1163
Immeubles: 1

Re: Marseille Métropole - Infrastructures et politique de transport

excellent nouvelle ces vélos, je les utiliserai


Pace e Salute

Hors ligne

 

#19 09-10-2006 17:48:56

Mistral
Grande Arche
Date d'inscription: 10-06-2006
Messages: 389

Re: Marseille Métropole - Infrastructures et politique de transport

Oui mais comme l'opposition l'indique, il n'y aura pas de vrai réseau de pistes cyclables. Je n'ai pas remarqué sur le chantier de tram de piste alors que c'était prévu sur une bonne partie du tracé. A moins qu'on doive utiliser les couloirs du tram pour rouler à vélo...

Bref, je trouve que la Maire met un peu la charrue avant les boeufs, histoire de se donner bonne conscience avec le symbole des stations de vélo. Si ça ne marche pas (faute de pistes), les élus raconteront que les Marseillais n'aiment pas le vélo...

Hors ligne

 

#20 09-10-2006 18:07:37

Fabemariclem
Tour Montparnasse
Lieu: Marseille
Date d'inscription: 28-09-2006
Messages: 1163
Immeubles: 1

Re: Marseille Métropole - Infrastructures et politique de transport

C'est vrai que le probleme des pistes cyclables est entier. Mais ne désespéront pas, ils vont en créer louis rège et avenue cantini
http://www.marseilleamenagement.com/index.php?page=11
numéro de juillet:
Une voie piétonne sera, en tout cas, créée spécialement. A deux pas de là et toujours sur l’extension de la rue Vandel, une place paysagère de 2.500 m2 va aussi prendre corps pour proposer un “espace de respiration” et une animation au quartier. Elle surmontera un parking souterrain de 240 places, destiné aux résidants du quartier…
La voirie elle-même va connaître bien des évolutions. A commencer par le prolongement des rues Vandel et Renzo jusqu’à l’avenue Cantini. Et par la création d’une nouvelle voie piétonne, qui partira de la place paysagère
pour rejoindre l’intersection de la rue Rège et de l’avenue Cantini en ouvrant une perspective sur le parc du 26ème Centenaire. Quant à l’élargissement de la rue Louis Rège sous la forme d’une artère à
“deux fois deux voies”, il permettra d’améliorer la liaison des quartiers Sud avec l’autoroute Est tout en fluidifiant le trafic. Et de désenclaver le secteur tout en assurant un alignement du bâti avec les constructions des allées Turcat-Mery qui seront, comme l’avenue Cantini, dotées de pistes cyclables.


Pace e Salute

Hors ligne

 

#21 09-10-2006 18:46:45

Fabemariclem
Tour Montparnasse
Lieu: Marseille
Date d'inscription: 28-09-2006
Messages: 1163
Immeubles: 1

Re: Marseille Métropole - Infrastructures et politique de transport

Toujours concernant les pistes cyclables,

1- rappel sur la loi:
l’article 20 de la loi du 30 décembre 1996, aujourd’hui codifiée à l’article L.228-2 du code de l’environnement, "à compter du 1er janvier 1998, à l'occasion des réalisations ou des rénovations de voirie urbaine, à l'exception des autoroutes et V.R.U (Voies Rapides Urbaines), doivent être mis au point des itinéraires cyclables pourvus d'aménagements sous forme de pistes, marquages au sol ou couloirs indépendants, en fonction des besoins et contraintes de la circulation. L'aménagement de ces itinéraires cyclables doit tenir compte des orientations du Plan de Déplacements Urbains lorsqu'il existe".

Ca c'est bien c'est la loi mais en pratique, voila ce que j'ai trouvé en plus des pistes du précédent post:
2- Projet Boulevard Urbain Sud

De la Pointe Rouge à l'échangeur Florian qui reliera, en 2010, la future Rocade L2 Est à l'autoroute A50, les 8,5 km du Boulevard Urbain Sud permettront de désenclaver les quartiers Sud.

Il sera agrémenté :
    - de dessertes pour transports en commun
    - de larges trottoirs
    - de pistes cyclables
    - d'aménagements paysagers

En 2001, un premier tronçon de 600 mètres, Bd Mireille Jourdan-Barry, a relié le bord de mer à la traverse Parangon.

Durant l'automne 2006, un deuxième tronçon du B.U.S. sera soumis à enquête publique. Il concerne le secteur compris entre la traverse Parangon et l'avenue Maréchal De Lattre de Tassigny.
Le calendrier évoluera en fonction des acquisitions foncières et des éventuelles expropriations.

La date d'achèvement pourra être précisée ultérieurement après la conduite de l'enquête parcellaire prévue en 2007, à la suite de la déclaration d'utilité publique.

L'objectif étant à terme de relier le Boulevard Urbain Sud à l'échangeur de Florian (L2) et l'autoroute Est via Sainte-Marguerite et Saint-Loup.

3- au niveau de st-barnabé:

Avec cet aménagement, qui vient en prolongement du parc de la Moline, la continuité piétonne et cyclable est assurée depuis l'avenue de Montolivet jusqu'à l'avenue de Saint-Julien. Lorsque la voie navette sera réalisée, la piste cyclable et le cheminement piéton rejoindront l'avenue des Caillols.

4- au niveau de montolivet:
Le site comprend en outre le monument aux morts de Montolivet, reconstruit à proximité de l’ancien monument, et inauguré en mai 2006. Il comprend également une esplanade offrant une vue panoramique sur Marseille, ainsi qu’une cheminement mixte pour les piétons et les cycles permettant de rejoindre Frais-Vallon. Ces deux derniers aménagements sont en cours de finition. Leur livraison est prévue dans le courant de l’été 2006.

5- en général et il ,parle du tram

Michel Escoffier, Président du "Collectif Vélos en Ville" compte ses adhérents en vélos, soit quatre cents actuellement. Bicyclard de la première heure, il assure le relais entre les deux-roues et la mairie qui poursuit ses réflexions sur l’aménagement de pistes réservées. L’occasion de profiler les comportements du Marseillais en plein transport.

Koinaï : Pourquoi, à l’instar de Strasbourg, Marseille ne s’est pas mise au vélo ?
Michel Escoffier : Strasbourg a de tout temps eu une fréquentation de vélos importante, beaucoup plus importante que toutes les autres villes de France : ils représentent entre onze et quinze pour cent des déplacements, ce qui rejoint les taux qu’on observe en Hollande ou en Allemagne-Rhénane. Pourquoi Marseille a vingt ans de retard ? Le vélo, en fait, renvoie à une vision de pauvre : c’était papa ou grand-papa qui allait à l’usine à vélo à cinq heures du matin avec sa gamelle. Et, parce que Marseille est une ville très populaire, il y a beaucoup de gens qui ont intégré cette image "Qu’on a froid dans les miches, c’est pas gai." L’ambition que les uns et les autres nourrissaient dans les années d’après-guerre, c’était d’avoir une pétrolette et puis une voiture. En théorie, il n’y a aucune raison qu’à Marseille on ait cinq à dix fois plus de densité de voitures que dans le centre-ville de Paris ou de Lyon, aucune. Simplement l’un entraînant l’autre...

K : Qu’ en est-il du plan des pistes cyclables ?
Sur le papier, à l’état de projet, les pistes cyclables existent. Mais, en dehors des plans généraux de circulations appliqués aux autobus, et donc aux vélos, il n’y a pas de plan diffusé. Pour l’heure, il n’y aucune continuité, les pistes sont réalisées au fur et à mesure des opportunités, morceau par morceau. Muselier a fait, plus ou moins clairement, passer son ambition, d’ici les prochaines élections, d’en réaliser cent kilomètres dans Marseille. Les services municipaux sont chargés du dossier. Le collectif est consulté régulièrement : par exemple sur le Prado, une piste sur le trottoir était proposée. Soixante pour cent de nos militants ont adhéré au principe d’un aménagement léger de la contre-allée.

K : Qu’est-ce qui freine l’aménagement de ces pistes ?
Le problème de l’aménagement urbain, c’est la rareté de l’espace, et faire quelque chose sur la rue, c’est en piquer à quelqu’un. À Marseille, la demande est énorme, le taux de motorisation atteint deux voitures et demie par ménage contre zéro soixante dix à Paris. Or, les automobilistes sont des électeurs. Piquer de l’espace aux voitures, comme la Ville le fait depuis un an et demi avec le tramway, c’est extrêmement difficile politiquement. On a un retard sociologique d’une trentaine d’années ! Les gens hurlent, parce qu’on leur fait payer le parking, alors que dans tous les centres-villes de France et du monde, on le paye. Pour les Marseillais c’est scandaleux qu’on ose demander un tarif résident pour garer sa bagnole !

K : Peut-on lutter contre la voiture à Marseille ?
La RTM assure un service épouvantable, c’est le pire que je connaisse : il ferme à huit heures du soir, il n’y a aucun horaire de bus ; il a des fréquences infâmes. Sauf obligation, on n’est pas très engagé à prendre le bus ou le métro. Or, comme j’ai ma voiture et que le bus marche pas bien, je ne vois pas pourquoi je vais m’emmerder à prendre le bus, puisque de toute façon, si je n’ai pas de voiture, je suis coincé, je ne pourrais pas aller au cinéma. C’est un enchaînement. À partir du moment où j’ai ma voiture, je la prends jusqu’à ce que, comme ça se passe en ce moment, ça devienne très emmerdant d’être englué dans les embouteillages, de ne pas savoir où la garer avec tous les travaux de la mairie. À ce moment, je re-considére ma position : peut-être qu’il y a moyen de faire autrement ? Tiens, peut-être que le vélo, ce n’est pas idiot ! Le retournement de comportement se joue comme ça. Si les politiques, astucieusement, les précèdent et les accompagnent, ça engrène. S’ils sont complètement en retrait, en arrière de la main, il ne se passe pas grand chose, on reste dans la bouillasse. C’est ce qui s’est un peu passé à Marseille ces dernières années, à cause de politiques pas très perspicaces et pas très courageuses.

K : Comment militez-vous pour le vélo ?
Nous, on ne dit rien. On existe depuis dix ans. De quarante, cinquante adhérents pendant dix ans, on est passé à quatre cents. On est tout petit, on commence à avoir un peu de moyens. Les relais presse réagissent très bien, il ne se passe pas une semaine sans qu’on ait un article dans La Provence, dans Marseille-Hebdo, dans les trucs locaux. On a eu une télé locale. En fait, il y a de plus en plus de cyclistes dans la ville de Marseille, parce qu’il y a pas mal de gens qui arrivent de l’extérieur ; ils avaient déjà leurs vélos, ils continuent d’en faire. D’autres les voient, ils voient aussi les embouteillages, le merdier que c’est pour circuler, et ils se disent : "Tiens, pourquoi pas moi ?" Ils viennent ici, on les aide, on les conseille. Il y a un effet d’entraînement.

K : Y a-t-il un profil du cycliste ?
Non, nos adhérents, hommes, femmes, ont de douze à quatre-vingts ans. On ne peut pas identifier un profil particulier. La caractéristique commune n’est pas sociologique : des gens qui ont un certain courage, qui savent s’affirmer, qui ne prétextent pas le risque de se faire écraser ou voler, ou tremper.

K : Êtes-vous entendus par les instances ?
Oui, on est reçu régulièrement par la Mairie même si elle n’est pas homogène. Pour Gaudin, le vélo c’est de la rigolade le dimanche. Mais Muselier, lui, s’est rendu compte que ces petites réalisations seront des appâts, pas forcément en terme de masse électorale mais d’image. C’est positif de pouvoir dire qu’il s’en est occupé.

K : Quel type d’action est facilement réalisable ?
Nous travaillons avec la Mairie sur l’aménagement des voies existantes dans la mesure du raisonnable. La première action concrète a permis l’élargissement du couloir de bus de la rue de Rome. Maintenant on peut la descendre, tranquille, dans le couloir.

K : Êtes-vous en contact avec les rollers ?
Oui, ils ont très bien assuré le service d’ordre lors de notre journée "Fête du Vélo" en juin dernier. Cinq cent vélos ont suivi le parcours partant du David, descendant le Prado jusqu’à la mairie et revenant par la Corniche. Ça faisait un long cortège !

K : Avez-vous eu voix au chapitre lors des négociations sur le tram ?
C’est une obligation légale pour une ville qui re-qualifie de façon importante les chaussées de prévoir des voies de circulation pour les vélos sur cette chaussée. Nous avons donc suivi de très près la consultation. Le trajet du tram est bordé de A à Z par de la piste cyclable, pas toujours le long de la voie. Elle ouvrira début 2008. Ce trajet est acté dans la déclaration d’utilité publique du tram, c’est tout à fait officiel. Si la Ville ne le réalisait pas, on l’attaquerait au tribunal et on gagnerait à tous les coups. Pour le moment on ne peut pas s’en rendre compte, les trottoirs ne sont pas encore qualifiés, ils en sont à faire des trous !

K : Que faites-vous des réflexions des cyclistes qui interviennent sur votre site ?*
Les remarques de nos adhérents sont reprises dans un cadre plus structuré. Cette année, on a présenté un projet "Plan vélo sur Marseille" prenant en compte les points noirs. Ça re-jaillira sur la programmation des endroits où il faut vraiment intervenir auprès de la Mairie pour qu’elle aménage un noeud sur un passage un peu dur, et pas forcément un linéaire de cinquante kilomètres.

K : Et les aménagements pour réceptionner les vélos, pour se garer en ville ?
On a fait une enquête sur le stationnement en vélo, le type d’arceau, on l’a remise à la Ville. C’est pris en compte.

K : Vous vous êtes intéressés aux autres modèles européens ?
Oui, on est affilé à la Fédération Nationale Fubicy*

K : Quelle est la ville phare en France ?
Il n’y a plus de ville phare, beaucoup sont actives, mais Strasbourg et Grenoble ont toujours beaucoup d’avance. La dernière dont on parle beaucoup, c’est Lyon, avec les aménagements du "Vélov". Chambéry a une activité très forte dans la combinaison du transport bus-vélo : "Mettre le vélo dans le bus". Une ville comme Montpellier, par exemple, a fait un coup : elle a acheté deux mille vélos, les a filés à une assos, pour ne plus en entendre parler. Paris fait un gros effort.

K : Qu’ envisagez-vous pour promouvoir le vélo ?
On a comme action visible "La Corniche à vélo", une fois par an, dans le cadre de la Fête du Vélo, version nationale. Pour la "Semaine de la Mobilité", on a pas fait grand chose. On mène parfois des opérations de tractage (ndlr : signature de tracts), au Vieux Port.

K : Est-ce que le vélo-dans-le-tram est envisagé à Marseille ?
Ici, non, ce ne sera pas retenu. Je l’ai proposé mais la pompe n’est pas suffisamment amorcée pour qu’on aménage le tram. C’est la problématique de la SNCF : "Ça me coûte cher de faire rouler mes wagons alors que j’ai des emplacements vides pour les vélos. Ce n’est pas intéressant. S’il y avait beaucoup de vélos, d’accord, je ferais quelque chose, mais comme il n’y en a pas"... Ça s’enchaîne. Il nous revient donc de nous faire entendre. Et, aux gens de l’autre côté de prévoir que ça vaut le coup.

K : Le vélo idéal pour rouler dans la ville ?
Le vélo de ville qui a simplement des développements suffisamment petits pour rouler tranquillement. Chez Décathlon, il y en a pour cent cinquante euros.

K : Qu’est-ce qui fait râler le cycliste ?
Les bonnes femmes qui vous klaxonnent au cul, parce que vous les empêchez, que vous les ralentissez. Ça c’est très agaçant !

Voila, voila c'est pas lourd, mais c'est deja des petites améliorations, en sachant que comme pour les TC on paye 30 ans d'immobilisme.
En attendant je trouve positif que l'on parle du vélo. Et d'une manière général j'ai l'impression qu'il se passe beaucoup de choses positives sur Mars (rapellez vous la ville il y a 20 ans, c'était la dech!!!!)

Dernière modification par Fabemariclem (09-10-2006 20:42:09)


Pace e Salute

Hors ligne

 

#22 10-10-2006 13:13:02

Fabemariclem
Tour Montparnasse
Lieu: Marseille
Date d'inscription: 28-09-2006
Messages: 1163
Immeubles: 1

Re: Marseille Métropole - Infrastructures et politique de transport

Je viens de voir sur la chaine marseille l'emission de Mr Tresor C l'info consacrée aux vélos marseillais.
le vélo coutera 2500 euros pièces, les stations 25000 euros. Il y aura 2 camions qui navigueront dans la ville en permanence pour réequilibrer le nombre de vélos entre les stations. L'élus verts avait l'air satisfait et ne trouvait pas le prix important. Cela coutera 0,73 euros/ utilisateurs/j (en comptant 10 utilisateurs/j) à la mairie et en annocant cela il a précisé qu'un billet RTM couté 0,80 euros à la CUMPM (cad on le paye 1,70+0,80 (part CUMPM)=2,50 prix d'un déplacement en TC dans notre ville.

voila plus surprenant quand le journaliste a interpellé Mr Chenoz, adjoint chargé des transports, sur la question des pénétrantes autoroutières, ce dernier a annoncé le raccourcissement de l'A7 de près de 1km avec création d'un parking de 800 places à proximité. Or il m'a semblé que l'A7 devait reculé jusqu'à l'avenue du Gal Leclerc, soit 250 mètres. J'ai calculé sur un plan près de 1 km cela nous amène au boulevard national?!?
effet d'annonce? intox? qui a des news?

PS: il a dit le nom de la rue ou s'arreterez l'A7, mais je n'ai pas eu le temps de bien le noter: rue camille bourbey? j'ai pas trouvé sur le plan!


Pace e Salute

Hors ligne

 

#23 10-10-2006 14:41:36

Boris_F
Administrateur
Lieu: Boulogne-Billancourt
Date d'inscription: 28-12-2004
Messages: 14742
Immeubles: 219
Photos: 280
Site web

Re: Marseille Métropole - Infrastructures et politique de transport

2500€ pour un vélo ?   B1


Visitez mon blog et mon album photos

Hors ligne

 

#24 10-10-2006 14:44:16

jack de mars
Hermitage plaza
Date d'inscription: 21-09-2005
Messages: 6480

Re: Marseille Métropole - Infrastructures et politique de transport

Oui ça fait chéros le vélo!! Ils les achèteront sertis d'or avec diamant incorporé?? Ou est-ce simplement une faute de frappe?


https://farm8.staticflickr.com/7159/6634546543_c7fef52602_m.jpg

Hors ligne

 

#25 10-10-2006 15:08:30

Jal de Mars
Tour First
Lieu: Marseille - Joliette
Date d'inscription: 29-07-2006
Messages: 2494
Site web

Re: Marseille Métropole - Infrastructures et politique de transport

Non, 2500 € ça me semble être correct. Il faut tenir compte du fait qu'ils seront entretenus pendant 15 ans pour ce prix ...


Marseille 2012 ... 2013 ... et 2016.

Hors ligne

 


Pied de page du Forum

Powered by FluxBB

Copyright © 2006-2018 PSS
Mentions légalesQui sommes-nous ?Contact