En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêt.     En savoir plus     Fermer

PSS
PSSImmeubles & VillesImmeuble : Établisseme…

Établissements Balsan - Cheminée principale

Carte d'identité
Identifiant PSS#24760
NomÉtablissements Balsan - Cheminée principale
Noms alternatifsAncienne usine Biderman
PaysFrance
RégionCentre
DépartementIndre
Aire urbaineChâteauroux
CommuneChâteauroux (36000)
QuartierLes Marins - Balsan
Adresse(s)avenue François Mitterrand ; boulevard Jean Macé
Coordonnées46° 48’ 45” N 1° 40’ 36” E
Année1869
Fonction(s)Cheminée, Industrie
Statut Détruit
Architecte(s) / Maître(s) d'œuvre
Maître(s) d'ouvrage
  • Pierre, Charles, Auguste, Henri, Robert et Louis Balsan
Données techniques
Hauteur totaleenv. 40.00 m

L'histoire de Châteauroux est indissociable de celle des établissements Balsan. Leur lente reconversion à l'image de l'autre fleuron de la ville - la Manufacture des Tabacs (1) - illustre sa désindustrialisation progressive et la restructuration urbaine qu'elle entraine.

" Par arrêt du conseil du 17 août 1751, le feu roi (Louis XV) permit au sieur Jean Vaillé, fabricant de draps de la ville de Lodève, d'établir à Châteauroux, au château du Parc, une manufacture de draps, tant en blanc qu'en couleur, une teinturerie, une savonnerie et tout ce qui peut être nécessaire pour l'apprêt des draps, le tout sous le titre de "Manufacture royale et privilégiée"... (2). Réellement effective en 1787, la manufacture vivotera quelques décennies au gré des soubresaults politiques que connait le pays. Léonard Muret de Bort, qui reprend la manufacture en 1816, la laisse 40 ans plus tard au premier plan des industries du secteur, mais occupant des locaux devenus obsolètes.


Le véritable essor n'interviendra qu'à partir de 1856 lorsque que Pierre Balsan, épaulé par ses fils Charles et Auguste, reprend l'établissement et engage un vaste plan pour construire un outil moderne de production (3). Réalisé entre 1862 et 1869 par l'architecte Henri Dauvergne, le projet est pour le moins ambitieux : 60 000 m² d'ateliers et d'entrepôts pour 1200 ouvriers, mais aussi des bâtiments administratifs, une usine de production de gaz, des châteaux d'eaux, une cité ouvrière de 100 maisons, un dispensaire, et intègre également un parc, deux châteaux et un hôtel particulier...

Une vrai ville dans la ville où patrons et ouvriers se croisent sans se mêler. A noter cependant que Charles Balsan, devenu député, fait partie de cette veine du capitalisme social et paternaliste : on trouve sa marque dans des lois concernant l'emploi des femmes, le secours mutuel ou les accidents du travail. Sa femme, Thérèse Dupuytrem, sera d'ailleurs présidente de la Croix-Rouge et développera deux sociétés de secours mutuel, une école et une fanfare liée à la manufacture.


L'histoire de la "Société Anonyme des Établissements Balsan" - nom qu'elle prend en 1912 - est également liée à celle de la Grande Guerre, puisque elle produit entre 1914 et 1918 près de 150 000 mètres linéaires de draps par mois pour les fameux uniformes bleu horizon des poilus (4). Le souvenir de cette réquisition poussera Henri Balsan à orienter la production lors de la Deuxième Guerre Mondiale vers la filière de l'effilochage de manière à ne pouvoir participer à l'effort de guerre des nazis.

Son fils Louis, déporté en 1943 à Mauthausen, prendra les commandes de l'entreprise familliale en 1954 et la transformera en conglomérat industriel s'intéressant notamment à la fabrication de tapis et de moquette ; il ouvrira deux nouvelles usines dans les années 70 implantées dans la campagne environnante (5). Peu de temps après, la crise pétrolière sonnera le glas de la manufacture castelroussine qui, rachetée par Biderman, fermera ses portes en 1982 (6).


Depuis 1988 le site est propriété de la ville et a été partiellement démoli - partiellement protégé également (7). Sujet du concours Europan 2 en 1991 (8), il subit depuis une vaste reconversion dépassant le périmètre de l'usine et devient progressivement le campus de la ville (9). Par ailleurs le Musée des Arts et Traditions Populaires a pris place dans le Château du Parc.

La cheminée principale de la deuxième manufacture, construite en 1869 par Henry Dauvergne pour la famille Balsan s'élevait à près de 40m. Détruite en 2003, elle crachait la fumée produite par les deux turbines, huit machines et treize générateurs totalisant une puissance cumulée de 700 chevaux-vapeurs.


______

(1) A découvrir sur PSS.

(2) Fait au conseil du roi tenu à Versailles, le 12 juin 1787.

(3) Pour plus d'informations, lire le très riche article publié sur le site Châteauroux et son partrimoine.

(4) A voir, de nombreuses photos de l'usine entre 1914 et 1918.

(5) Plus précisément à Arthon et à la Malterie.

(6) Plus de détails sur le site Châteauroux 45-2000 : un demi-siècle de développement urbain.

(7) Le détails des éléments inscrits MH est disponible ici.

(8) Plus de précision sur le site d'Europan et sur le topic de PSS.

(9) l'Institut Universitaire Technologique de l'Indre et le Centre d'Etudes Supérieures de Châteauroux entre autres.

Fiche ajoutée par Chéricutz (4194)   |  Modifiée par Débranché (1) et tertiaire (8315)  |  Voir l'historique

Pied de page du site

Copyright © 2006-2018 PSS
Mentions légalesÀ propos de PSSContact