En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêt.     En savoir plus     Fermer

PSS

Maison François Ier

Aucune photo n'a encore été ajoutée sur cette fiche.

Identifiant PSS #9098
Nom Maison François Ier
Quartier Centre-Ville
Adresse(s)
  • 5-7, place Boivin
Statut

En rénovation

Construction ≈1547
Fonction(s) Autre
Label(s)
  • Classé monument historique

Données techniques

Niveaux R+3
Hauteur totale estimée

≈12,00 m

Hauteur du toit estimée

≈12,00 m

À propos de cette fiche

Ajoutée par Dernière Volonté le 30/05/2009

Située dans le plus ancien quartier de la ville, la maison dite de "François Ier" est l'unique monument historique classé de Saint-Étienne. L'origine de sa dénomination reste obscure tant il n'est pas certain que le roi y ait séjourné un jour. Elle fait plus vraisemblablement écho à la popularité qui était la sienne dans la cité, lui qui était descendant d'un comte du Forez et qui, par ses commandes en armes blanches et arquebuses, a fait de Saint-Étienne l'arsenal du royaume de France et un bastion industriel pour plusieurs siècles. D’ailleurs, la date de 1547 gravée au plafond de l’une des pièces du premier étage, si elle peut indiquer la date de construction de l’ouvrage, est aussi celle de la mort du souverain et résonne alors comme un hommage.

Construite en grès houiller et composée de deux bâtiments accolés, la maison témoigne par ses multiples détails architecturaux (médaillons de cheminées, poutres torsadées, larges fenêtres à meneaux et à moulures prismatiques...) du Gothique forézien de l'époque de la Renaissance. Autre particularité remarquable, la demeure présente des plafonds dits « à la fougère », une singularité essentiellement régionale très répandue dans le Forez au XVIème et XVIIème siècle. Ils sont le résultat de deux techniques combinées : le plafond à caissons de la Renaissance italienne et le plafond à la française. Mais au lieu que les solives ne soient disposées perpendiculairement aux poutres maîtresses et secondaires, elles le sont en diagonale et forment des caissons.

En piteux état, l'édifice est racheté en 1994 par la ville qui y pose des étais et une bâche pour éviter que la façade ne s'effondre. Il fait l'objet depuis 2006 de lourds travaux de consolidation et de restauration, actuellement interrompus pour raisons financières, mais qui, bénéficiant du plan de relance, devraient reprendre à l'été 2009. A terme, la municipalité envisage d'y installer le Centre d'Interprétation de l'Architecture et du Patrimoine (CIAP).


Pied de page du site

Copyright © 2006-2020 PSS
Mentions légalesÀ propos de PSSContact