En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêt.     En savoir plus     Fermer

PSS
PSSImmeubles & VillesImmeuble : La Ruche - …

La Ruche - Rotonde1

Aucune photo n'a encore été ajoutée sur cette fiche.

Ajouter une photo

Identifiant PSS #21840
Nom La Ruche - Rotonde
Noms alternatifs Cité des Artistes ; ancienne Rotonde des Vins de Bordeaux de l'expositon Universelle de 1900
Adresse(s)
  • 2, passage de Dantzig
Statut

Construit

Construction 1900
Fonction(s) Logements, Musée, Autre

Données techniques

Niveaux R+3
Hauteur totale estimée

≈15,00 m

Surface du terrain 5 000 m²

Liens associés

Site officiel la-ruche.fr Lien externe

À propos de cette fiche

Ajoutée par Chéricutz le 06/11/2009
Dernière mise à jour par Chéricutz le 17/10/2010
Nombre de vues : 792
Architecte(s) / Maître(s) d'œuvre
Maître(s) d'ouvrage
  • Alfred Boucher
  • Fondation du Patrimoine
  • Fondation La Ruche-Seydoux
  • Fondation Total

Alfred Boucher (1), sculpteur mondain, décide de mettre à profit sa fortune pour fonder une cité dédiée à de jeunes artistes auquel il souhaite apporter un lieux "propice à la méditation et à la création dans un climat de sécurité".

Il acquiert en 1900 un terrain de 5000 m² passage de Dantzig et achète lors d'une vente aux enchères en 1902 l'un des anciens pavillons de l'Exposition Universelle de 1900, cette fameuse "Rotonde des Vins" dont la structure métallique est due à Gustave Eiffel. Remontée sur le site, agrandie et surélevée, elle accueillera désormais des alcôves dans lesquels des artistes pourront s'installer. Elle se verra adjoindre deux ailes d'ateliers d'artistes la même année (2).

C'est l'heure de gloire de ce phalanstère culturel, où séjourneront, outre Boucher lui-même, des plasticiens tels que Léger, Chagall, Zadkine, Modigliani ou Brancusi, mais aussi les écrivains Max Jacob et Blaise Cendrars. A cette époque la cité est ouverte sur la ville et est l'une des plus importantes de Paris (3). On y trouve même une galerie d'exposition et un théâtre de 300 places où Louis Jouvet débuta. Mais petit à petit la Ruche tombe dans l'oubli tout comme son fondateur, Alfred Boucher qui meurt en 1934 alors que la Ruche vivote et se décrépie ; elle continue d'être occupée par des artistes dont certains ne reviendront pas des camps de la morts .

Après avoir été un lieu de Résistance (des armes en surgissent comme par enchantement lors de la Libération de Paris), elle connait dans l'immédiate Après-Guerre un sursaut, notamment autour de Paul Rebeyrolle. Mais devenue "un bidonville englué dans un terrain boueux" (4), elle est menacée par un projet immobilier dans les années 60. Sous l'impulsion de Marc Chagall, elle trouvera de nouveaux appuis avec M. et Mme Seydoux, aidés du ministre de la culture de l'époque Jacques Duhamel. Une nouvelle génération d'artistes s'approprient les lieux au début des années 70, mêlant essentiellement peintres et metteurs en scène.

Aujourd'hui classée Monuments Historiques, la Ruche jouit notamment du soutien de la Fondation du Patrimoine et de la Fondation Total, partenaire des travaux de rénovation qui s'y est déroulé du printemps 2009 au 13 octobre 2010 (5). La Ruche accueille désormais 60 artistes de 12 nationalités différentes, dans un lieu toujours aussi vivant mais dorénavant (malheureusement ?) fermé au public.



______

(1) Sa biographie est à lire sur Wikipédia.

(2) Voir la fiche sur PSS.

(3) Lire à ce propos ce chronique sensible retraçant l'ambiance qui régnait dans La Ruche à cette époque.

(4) Retrouvez l'Histoire détaillée du lieu et toute son actualité sur le site officiel de La Ruche.

(5). Description du projet de rénovation sur le site de la Fondation du Patrimoine et article d'actualité sur Le Moniteur.


Pied de page du site

Copyright © 2006-2019 PSS
Mentions légalesÀ propos de PSSContact