En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêt.     En savoir plus     Fermer

PSS
PSSImmeubles & VillesImmeuble : Cité Michel…

Cité Michelet - Bât. H

Carte d'identité
Identifiant PSS#2775
NomCité Michelet - Bât. H
Noms alternatifsCité Curial - Tour H
PaysFrance
RégionÎle-de-France
DépartementParis
Aire urbaineParis
CommuneParis (75000)
Quartier19e arrondissement
Adresse(s)83, rue Curial
Coordonnées48° 53’ 45” N 2° 22’ 34” E
Statut Construit
Construction1968
Fonction(s)Logements
Style architecturalMouvement moderne
Architecte(s) / Maître(s) d'œuvre
Maître(s) d'ouvrage
  • OPH Paris Habitat
Données techniques
NiveauxR+18
Hauteur du toitenv. 57.00 m
Liens associés
Discussion sur le forum#28504

La cité Michelet (également connue sous le nom de cité Curial) a été construite à la fin des années 1960 dans le 19e arrondissement de Paris par les architectes Roger Anger, Mario Heymann et Pierre Puccinelli pour le compte de l'OPH Paris Habitat. Avec ses 1789 logements répartis à travers 17 bâtiments (16 tours de 18 étages et 1 barre de 9 étages), cette cité HLM, située entre les portes de la Villette et d'Aubervilliers et au sud des voies ferrées menant à la gare de l'Est, constitue le plus grand ensemble de logements sociaux de Paris. On y dénombre plus de 45 000 personnes vivant dans cet ensemble résidentiel construit à l'emplacement d'une ancienne usine à gaz.

La cité est marquée par une forte vocation résidentielle, ainsi que par un important enclavement généré par des coupures dues aux grandes infrastructures de transport ou à l'organisation urbaine héritée du passé industriel du 19e arrondissement parisien, ce qui a pour effet de renforcer les mécanismes d'exclusion et de ségrégation socio-spatiale comme :
- l'important maillage des voies ferrées et du Boulevard Périphérique au nord ;
- l'ensemble résidentiel des Eiders qui renforce son isolement du pôle de centralité constitué par l'avenue de Flandre à l'est ;
- enfin, ses rapports avec la ville traditionnelle qui se situent sur une partie de la rue de Crimée, au sud.

Avec les difficultés sociales que rencontre la cité Michelet (notamment le vieillissement de la population), cette dernière s'est retrouvée classée en site "Politique de la Ville" en 1995. Et c'est ainsi qu'en 2002, un GPRU (Grand Projet de Renouvellement Urbain) a été mis en place. Celui-ci a pour objectif d'améliorer le bâti, d'assurer le renouvellement urbain du quartier et de venir en aide à la population. Il est réalisé en concertation avec les habitants et en coopération avec les services de la Mairie de Paris. Trois grands axes d'intervention ont été définis :
- désenclavement de la cité afin de l'intégrer au quartier ;
- restructuration et implantation d'équipements publics ;
- enfin, réhabilitation des immeubles tout en incluant les facilités d'accès.
Avec un coût total de 152 millions d'euros, l'ensemble du projet a débuté en 2002 et s'est terminé en 2015.

Le renouvellement de la cité Michelet s'est caractérisé notamment par l'amélioration de l'identification et de l'accessibilité aux 19 immeubles, aux équipements publics, aux commerces, aux locaux d'activités, de services et associatifs, dont certains d'entre eux sont situés au rez-de-chaussée des immeubles d'habitation. La cité a dû être entièrement repensée en collaboration avec la Ville de Paris, en matière de circulation interne, d'accessibilité, de sécurité et d'entretien. L'accessibilité pour les PMR (Personnes à Mobilité Réduite) a été particulièrement soignée.

L'espace du site a été transformé dans le but de faciliter l'identification des différents bâtiments de la cité. Il a donc fallu restructurer les équipements municipaux, créer des voies ou même conforter les artères existantes qui furent des voies de desserte interne. En accompagnement de la réhabilitation totale des immeubles de la cité (résidentialisation intérieure et extérieure, réhabilitation des façades, des logements et des parties communes), des travaux ont été réalisés à l'intérieur des bâtiments, notamment pour faciliter l'accès aux PMR. Comme tous les rez-de-chaussée des immeubles sont initialement à 110 cm au-dessus de la surface du terrain, une surélévation du sol a été réalisée et des chemins en pente douce ont doublé les petits escaliers d'accès aux immeubles. Les entrées des locataires et des locaux collectifs ont été dissociés. Les sorties des ordures ménagères ont été retraitées, elles sont maintenant de niveau ou en légère pente douce. Afin d'offrir une bonne sécurité aux habitants, les accès aux locaux associatifs situés dans les immeubles ont été également dissociés des accès aux logements.

Chaque bâtiment dispose de la présence d'un gardien. Le traitement des accès et les choix des entrées des immeubles ont été réalisés pour permettre une identification aisée de chacune des résidences. Cela s'est réalisé en associant des matériaux de qualité, en réalisant un éclairage par candélabres et en créant entre les circulations des petits jardins à voir et non-praticables. Les cheminements piétons en dur étant légèrement surélevés au-dessus des pelouses, le nouveau niveau du terrain, 50 cm au-dessus du sol initial, a nécessité un apport important de terre végétale inerte.

Un décaissé préalable à cette opération a permis d'évacuer des terres encore polluées de l'ancien site sur lequel fut implantée l'usine à gaz. Certains espaces verts accessible à une tondeuse sont plantés de gazon. Une partie plus importante est plantée de sédum et de plantes nécessitant peu d'arrosage.

À la demande du projet urbain, le maillage des voies de circulation a été redéfini. Des voies privées sont devenues publiques et l'adressage des logements a été également redéfini. Deux allées intérieures ont été améliorées en voies piétonnes publiques traversant la cité, tout en améliorant les accès pour les pompiers. Ces voies publiques desservent tous les bâtiments de l'ensemble HLM, et parallèlement, leur dessin organise également les accès aux parties privées. La libération des emprises des anciennes écoles a permis la création de deux jardins publics accessibles depuis les rues Curial et de Cambrai, ainsi que l'aménagement d'espaces privatifs végétalisés depuis les immeubles.

Il faut ajouter à tout cela que chaque immeuble a reçu un adressage spécifique en collaboration avec La Poste. La création d'une gare Eole à proximité de la cité (l'actuelle gare Rosa Parks, inaugurée en décembre 2015) permettra à ses habitants de se rendre rapidement au centre de Paris. En résumé, toutes ces rénovations répondent à l'objectif de réintroduction d'une mixité sociale et sociétale dans la résidence1.

Le bâtiment H est une des 16 tours de 18 étages que compte la cité Michelet. Il occupe le numéro 83 de la rue Curial.



Notes et références

  1. Consulter cet article publié dans Le Moniteur du 24 septembre 2013 : Cité Edmond-Michelet : un aménagement aux personnes à mobilité réduite.
Fiche ajoutée par Sinha (1211)   |  Modifiée par Chéricutz (4180), Nekobasu (1957) et nyc971 (1117)  |  Voir l'historique

Pied de page du site

Copyright © 2006-2019 PSS
Mentions légalesÀ propos de PSSContact