En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêt.     En savoir plus     Fermer

PSS
PSSImmeubles & VillesImmeuble : Village d'H…

Village d'Hennemont - Bât. 5

Carte d'identité
Identifiant PSS#28837
NomVillage d'Hennemont - Bât. 5
Noms alternatifsVillage SHAPE - Bât. 5
PaysFrance
RégionÎle-de-France
DépartementYvelines
Aire urbaineParis
CommuneSaint-Germain-en-Laye (78100)
Adresse(s)place Jean Monnet
Coordonnées48° 53’ 57” N 2° 3’ 35” E
Année1952
Fonction(s)Logements
Statut Construit
Architecte(s) / Maître(s) d'œuvre
Maître(s) d'ouvrage
  • MRU (Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme)
Données techniques
NiveauxR+3
Hauteur totaleenv. 12.00 m
Hauteur du toitenv. 12.00 m

La construction en 1951 du Village SHAPE (ou SHAPE-Village) a pour but de loger les familles des officiers et sous-officiers du quartier général des forces alliées en Europe (en anglais : Supreme Headquarters of the Allied Powers in Europe) dont l’un des état-major est alors basé à Rocquencourt. L’ensemble va prendre place au sein d’un parc verdoyant, le domaine du château d'Hennemont, en application des principes de la Charte d’Athènes.

Dans le contexte difficile d’après-guerre, le Ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, maître d’ouvrage, veut faire de cette opération exemplaire un laboratoire d’essai des nouvelles techniques de construction. Jean Dubuisson, l’un des deux architectes retenus, se voit ainsi confier la réalisation de huit bâtiments (bâtiments 2 à 9 : 163 logements) selon la méthode Camus, procédé de préfabrication intégrale mise en œuvre au Havre par Auguste Perret. Ce cahier des charges pour le moins restrictif aurait pu avoir pour conséquence de dépersonnaliser le travail de l’architecte, mais avec audace Dubuisson va contourner l’obstacle : les murs porteurs préfabriqués ne seront pas disposés en façades comme au Havre mais en perpendiculaire comme murs de refend, ce qui lui laisse une entière liberté dans l’ordonnancement des façades composées de grandes baies vitrées, de balcons ou de loggias. La seconde gageure réside dans la durée extrêmement réduite du chantier : les fondations sont entreprises le 15 juillet 1951, la totalité des logements est livré le 15 janvier 1952.

De son côté et à des fins de comparaison, Félix Dumail, le second architecte retenu, est chargé de la réalisation, selon des méthodes traditionnelles de construction améliorées, de deux bâtiments accolés formant un serpentin de 347 mètres de long (bâtiments 1 et 10 : 100 logements). L’usage de la standardisation et de la préfabrication sur place de différents éléments, ainsi qu’une bonne coordination du chantier vont permettre d’achever la construction en cinq mois et demi, un temps record.

Cette réussite architecturale va conforter l’État dans son choix d’une préfabrication poussée afin de répondre aux enjeux de la reconstruction et de la crise du logement à venir. Hélas, de cette magistrale leçon de construction, on ne retiendra bien souvent que les gains de productivité obtenus grâce à ces nouvelles méthodes, et non pas les préoccupations esthétiques et le soin apporté à chaque détail qui animaient le travail des architectes.

Aujourd’hui encore, cette réalisation renommée Village d'Hennemont et labellisée patrimoine du XXe siècle reste une résidence très appréciée de ses habitants, preuve de sa grande qualité près de soixante ans après son achèvement.

Pour davantage de précision, consulter le fonds Dumail sur Archiwebture.

Fiche ajoutée par Dernière Volonté (1860)  |  Voir l'historique

Pied de page du site

Copyright © 2006-2019 PSS
Mentions légalesÀ propos de PSSContact