En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêt.     En savoir plus     Fermer

PSS
PSSImmeubles & VillesCommune : NanterreImmeuble : Tour Lumièr…

Tour Lumière Cybernétique1

Aucune photo n'a encore été ajoutée sur cette fiche.

Identifiant PSS #41732
Nom Tour Lumière Cybernétique
Noms alternatifs Tour Schöffer
Quartier Université
Adresse(s)
  • boulevard des Provinces Françaises
Statut

Vision

Livraison prévisionnelle 1963
Fonction(s) Culture, Communications
Style architectural Mouvement moderne

Données techniques

Niveaux R+7
Hauteur totale

347,00 m

À propos de cette fiche

Ajoutée par Chéricutz le 20/12/2012
Dernière mise à jour par Chéricutz le 21/12/2012
Architecte(s) / Maître(s) d'œuvre
Maître(s) d'ouvrage
  • Philips

"Une ville, depuis le matin jusqu'au soir, et encore du soir jusqu'à l'aube, cela vit, cela grouille, cela traverse une série d'activités, avec des baisses ou des hausses continues de tension. Les gens marchent, prennent le métro, le train, leur voiture, consomment du gaz, de l'électricité, regardent la télévision, travaillent, mangent, s'équipent, circulent. Il pleut, il y a du soleil. La Bourse monte, descend. Les agences de presse font crépiter les téléscripteurs. Et tout ce potentiel quotidien d'énergies, qui constitue la fièvre variable de la cité, n'avait jusqu'ici été capté par aucun instrument.

[...]

Ma tour sera le tensiomètre, le baromètre, le thermomètre, l'oscillomètre, l'enregistreur permanent du pouls de la ville. Grâce à des circuits de téléscripteurs et d'ordinateurs, nous recevrons jour et nuit dans le socle de la tour et sur les six plates-formes toutes les données utiles, celles qui concernent le mouvement des corps (solides, liquides, gazeux), et celles qui relèvent de l'information. Nous pourrons capter des signaux venant des administrations locales (comme la Préfecture, les P et T, la SNCF, la RATP, l'AFP, l'Aéroport de Paris, l'Office météorologique, la Bourse, l'Observatoire, etc), mais aussi des administrations régionales, nationales, voire de l'Europe entière. Grâce à cette sorte de contrôle permanent des fonctions, nous déterminerons à chaque moment le degré absolu d'excitation (une sorte de résultante) soit à Paris, soit en France, soit en Europe."
1

Voilà comment Nicolas Schöffer, grand artiste Moderne d'origine hongroise et inventeur du Spatiodynamisme2, présentait son projet qu'il couvait pour Paris depuis 1963 : une tour cybernétique, comme il en érigea aussi à Liège (Belgique) en 19613, puis plus tard à Kalocsa (Hongrie) en 1982. Censé refléter la pulsation de la Megalopolis parisienne par divers procédés lumineux, ce gigantesque échafaudage (composé de tubes d'acier de section carrée de 2 m x 2 m encastrés dans des socles en béton) devait s'arrimer à la couche calcaire située à 15 m de profondeur, s'élever de 324 à 347 m de hauteur (selon les versions) et être visible à 30 km à la ronde.

Le projet fut tout d'abord soumis à André Malraux, alors Ministre de la Culture. Viable techniquement et économiquement - l'idée fut portée financièrement pendant plusieurs années par la société Philips qui y voyait un formidable outil de promotion -, le projet fut ballotté de ministères en ministères. Paradoxalement c'est alors que les fondations étaient déjà coulées que la mort de son principal soutien politique, Georges Pompidou, priva la tour de son principal appui. Un temps repoussée à 1990, elle fut finalement abandonnée.

Par la suite d'autres projets de tours cybernétiques4 furent envisagés, notamment pour le Liberty Parc du New Jersey (1986), puis en 2002 à la municipalité de New-York après les attentats du 11 septembre 20015.

Projet typique de l'utopie futuriste des artistes du cœur du XXe siècle, sa poésie en phase avec la frénésie des Trente Glorieuses n'a finalement pas vu le jour comme un certain nombre de projets similaires à la Défense6, et ce malgré un engouement pour le projet dans les médias nationaux7 et internationaux.



Notes et références

  1. Article de Nicolas Schöffer paru dans la revue PREUVES en octobre 1971 que l'on peut retrouver en intégralité notamment sur ce blog.
  2. Le Spatiodynamisme représente "L'intégration constructive et dynamique de l'espace dans l'œuvre plastique", dixit l'artiste. Plus de détails sur Wikipédia.
  3. Voir sa fiche sur PSS.
  4. Nicolas Schöffer y consacra un livre entier, "La Tour lumière cybernétique", Ed. Denoël/Gonthier, 1973, Paris.
  5. Sa veuve Eléonore Schöffer de Lavandeyra présenta ainsi un projet pour Ground Zero au maire de New-York comme le précise cet article de paris-art.com.
  6. Voir notamment sur PSS les projets avortés de la Tour Tourisme TV (725 m, André et Jean Polak, 1962) ainsi que la Tour Sans Fins (425 m, Jean Nouvel, 1991).
  7. Voir notamment cette incroyable illustration en couverture de Paris Match en date du 9 juillet 1967.

Pied de page du site

Copyright © 2006-2021 PSS
Mentions légalesÀ propos de PSSContact