En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêt.     En savoir plus     Fermer

PSS
Des modifications proposées sur cette fiche n'ont pas encore été validées. Voir la fiche non modifiée.

Stade de France

Carte d'identité
Identifiant PSS#8263
NomStade de France
Noms alternatifsGrand Stade
PaysFrance
RégionÎle-de-France
DépartementSeine-Saint-Denis
Aire urbaineParis
CommuneSaint-Denis (93200)
Quartierla Plaine Stade de France
Adresse(s)rue Henri Delaunay ; mail des Aiguilles
rue Jules Rimet ; mail de l'Ellipse
Coordonnées48° 55’ 28” N 2° 21’ 36” E
Année1998
Fonction(s)Sports, Culture
Statut Construit
Style architecturalArchitecture contemporaine
Architecte(s) / Maître(s) d'œuvreJules Benarrous
Claude Costantini
Michel Macary
Michel Régembal
Aymeric Zublena
Maître(s) d'ouvrageConsortium Grand Stade
Données techniques
NiveauxR+1
Hauteur du toit42.00 m
SHON36 000 m²


Introduction



Le Stade de France est le plus grand stade français, avec une capacité de 81 338 places en configuration football/rugby. Il a été construit par les architectes Jules Benarrous, Michel Macary, Aymeric Zublena, Michel Regembal et Claude Constantini. Son architecture s'inspire du Worldport de la défunte compagnie aérienne américaine Pan Am (Pan American Airways), situé à l'aéroport international John-F.-Kennedy de New York.

Origines du projet



Le 2 juillet 1992, la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) a choisi la France pour organiser la Coupe du monde de football de 1998. En contrepartie, le pays s'est engagé à construire un stade d'une capacité de 80 000 places, assises et couvertes. Cela faisait plus de 70 ans que l'État n'avait plus construit de stade, le dernier étant le Stade Olympique Yves-du-Manoir construit à Colombes (92) pour les Jeux Olympiques de 1924 à Paris, ce qui a eu pour effet de laisser les villes opérer seules dans ce domaine.

Il faut toutefois noter que seul l'État avait la responsabilité de mener un investissement de très grande envergure. Par ailleurs, la concession est la meilleure réponse à l'importance du coût, puisqu'elle consiste à faire en sorte que le concessionnaire prend à sa charge la construction et l'exploitation du stade, et obtient un échanger de l'État une concession de 30 ans ainsi qu'une participation financière à son investissement. Ce principe, envisagé à partir de 1988, a sans doute généré d'importantes conséquences sur le choix du site (qui doit être proche de Paris et bien desservi par les autoroutes et les transports en commun), mais aussi sur la polyvalence du programme (compétitions de haut niveau en football, rugby et athlétisme, spectacles et manifestations de grande envergure). Après le choix des constructeurs et la signature du permis de construire (qui s'est effectuée le 30 avril 1995), il ne restait plus que 31 mois pour construire le stade.

Construction du stade et appellation



Le chantier débuta le 2 mai 1995, mais la pose de la première pierre ne s'effectua que le 6 septembre de cette même année. La construction du Stade de France a fait appel à la fois à des techniques de travaux publics (structures des gradins, haubans et ancrage du toit) et de bâtiment (locaux intérieurs, surfaces habitables sous les gradins, façades vitrées).

Une des caractéristiques de ce chantier fut sa rapidité d'exécution. Les 800 000 m² de terrassement ont été effectués en 5 mois et les 180 000 m³ de béton en seulement 1 an, tout comme les aménagements techniques, la pose du toit, ainsi que l'installation de la tribune mobile de 25 000 places. 40 000 plans ont été nécessaires à la réalisation du stade.

Longtemps nommée "Grand Stade", l'enceinte sportive fut rebaptisée "Stade de France" le 4 décembre 1995 par un jury réuni autour du ministre des Sports de l'époque, Guy Drut. Un concours d'idées avait justement été lancé par le Ministère des Sports, et le nom de Michel Platini fut le plus souvent cité. Mais le jury écarta néanmoins les noms de personnes et préféra, sur une proposition du comédien Francis Huster, le nom actuel de l'enceinte sportive.

Inauguration du stade



Le Stade de France a été inauguré le 28 janvier 1998 lors du match de football opposant l'équipe de France à celle d'Espagne, en présence de Jacques Chirac, alors président de la République. Son inauguration fut à l'époque considérée par les médias comme un évènement historique, puisque selon ces derniers "pour la première fois de son histoire, la France possède un stade digne de son football". On l'a même comparé à "une cathédrale du sport que l'on attendait depuis près d'un siècle", ce qui traduit ici l'attente du football français, mais aussi les conséquences pour l'équipe de France, pour qui il y aura désormais "un avant et un après". Il faut noter que la France avait été sacrée championne d'Europe en 1984, alors que le pays ne disposait pas de grand stade et que toutes les grandes nations disposaient de stades capables d'accueillir près du double de la capacité du Parc des Princes, à Paris. À ce sujet, la finale de la coupe de monde de football de 1982 en Espagne s'était déroulée devant 90 000 personnes à Madrid.

Une volonté politique sous-jacente



L'objectif sous-jacent de la construction du Stade de France était d'accueillir les Jeux Olympiques, en raison de sa particularité : il s'adapte parfaitement aussi bien aux sports collectifs (foot et rugby) qu'à l'athlétisme grâce à ses tribunes rétractables au premier niveau. Il a été effectivement conçu, dès le départ, comme un espace multifonctionnel et pluridisciplinaire. Ceci a été à l'origine d'une réflexion autour des effets bénéfiques de synergie que ce stade pourrait engendrer sur l'environnement local et le tissu urbain, notamment comme locomotive destinée à développer le territoire dans lequel il s'est implanté.

Le Stade de France est situé dans le quartier de La Plaine Saint-Denis sur le territoire de Saint-Denis, à l'emplacement d'anciennes cokeries du Gaz de France (GDF) ayant appartenu à la ville de Paris. Jacques Chirac, ancien maire de Paris et ancien président de la République française (RPR, puis UMP, actuellement Les Républicains, parti de droite), ainsi que tous les maires des communes de Seine-Saint-Denis environnantes, dont Saint-Denis (à l'époque dirigées par des maires communistes) ont fait poids contre le projet opposé du grand sud-est de Paris, à Melun-Sénart (77), défendu par des personnalités politiques proches du Parti Socialiste (PS, parti de gauche). Comme il s'agissait d'un département de la banlieue parisienne marqué par des difficultés socioculturelles, des populations plutôt défavorisées et par la zone de la Plaine Saint-Denis qui était devenue une friche industrielle, il y eut donc une volonté politique d'utiliser le Stade de France comme élément moteur pour redynamiser le territoire.

Ce fut chose faite, puisqu'en marge de la construction du Stade de France, un nouvel espace urbain a été aménagé entre la Porte de la Chapelle et ce dernier, avec la construction de nouvelles infrastructures (A86, couverture de l'A1, métro et lignes B et D du RER d'Île-de-France), d'immeubles de bureaux (KIA, AFNOR, Agences de Santé, plateaux de télévision et sociétés de production), de nouveaux équipements et projets (centre commercial, TV-Cité, Cité du Cinéma, siège SFR et Orange), de centres culturels et universitaires (antenne du CNAM, IUT, CESTI, annexe Arts et Métiers, Multiplex Gaumont), mais aussi de logements privés ou sociaux et d'hôtels (Accor Novotel et Ibis, Adagio, Marriott Courtyard, Campanile).

On peut ajouter que le Stade de France a aussi noué divers accords avec des associations ayant souvent un but éducatif, afin de mieux s'intégrer à son environnement. Il permet ainsi à de jeunes enfants d'avoir accès à la culture, aux loisirs, notamment avec le Secours Populaire français qui, chaque année ou tous les deux ans, invite des enfants de Seine-Saint-Denis à venir partager une expérience au Stade de France, dans le but de favoriser le développement culturel du territoire.

Coûts



Le coût total de la réalisation du Stade de France est de 364 millions d'euros HT dont 290 millions d'euros HT de travaux répartis en :
- 122 millions d'euros en gros œuvre ;
- 45 millions d'euros de toiture ;
- 122 millions d'euros de corps d'états secondaires (équipements, éclairage, ventilation, sonorisation, habillage, sièges, pelouse, etc.)

Bassin de rétention



Le soubassement du Stade de France abrite un bassin de rétention d'eau de 165 000 m³, ce qui représente la plus forte capacité d'Europe. Construit par le Syndicat Interdépartemental pour l'Assainissement de l'Agglomération Parisienne (SIAAP) et géré par le Conseil général de la Seine-Saint-Denis, le bassin de La Plaine se situe à la convergence de 3 ensembles hydrauliques. Ce dernier est alimenté par des prises d'eau situées sur le Collecteur du Nord (CDN), celui de Saint-Denis - La Courneuve (SDLC) et sur celui de Pantin - La Briche (PLB). Il a plusieurs fonctions :
- un délestage des collecteurs saturés par le stockage et la régulation du débit des eaux pluviales ;
- la dépollution des eaux pluviales par effet de décantation avant évacuation par le réseau unitaire vers la station d'épuration Seine Aval à Achères (78).

Le toit



Auréole flottante de 46 m au-dessus de la pelouse, le toit est l'un des aspects les plus remarquables du Stade de France. Sa surface (6 hectares) et sa masse (13 000 tonnes, soit une fois et demi celle de la Tour Eiffel) constituent une prouesse technique. Il protège en effet les spectateurs sans toutefois couvrir l'aire de jeu. Tous les équipements d'éclairage et de sonorisation (550 projecteurs et 36 blocs de 5 enceintes acoustiques) sont logés à l'intérieur afin de ne pas barrer la visibilité. La verrière teintée au centre atténue les contrastes et répartir la lumière naturelle. Elle filtre les rayonnements rouges et infrarouges mais laisse passer les bleus et les verts nécessaires au parfait état du gazon.

Les tribunes



Le Stade de France est le plus grand stade modulable du monde. Il s'articule autour de 3 tribunes.

La tribune basse est une tribune mobile de 25 000 places. On y accède par le niveau 1. Elle peut reculer de 15 m pour laisser apparaître la totalité de la piste d'athlétisme et les sautoirs. Elle conserve alors 22 000 places. Le déplacement dure 80 heures, mobilise 40 personnes 20H/24H, et s'effectue par 10 éléments distincts de 700 tonnes chacun.

L'accès à la tribune intermédiaire se fait grâce à 22 passerelles et permet de se retrouver au niveau 3 qui concentre les restaurants, les espaces d'animation, les boutiques et le poste central de sécurité.

18 escaliers monumentaux mènent à la tribune supérieure qui est située au niveau 6.

La pelouse



Situé à 11 mètres au-dessus du parvis, le terrain de jeux a une superficie de 9 000 m² (120 m de long pour 75 m de large) pour une surface engazonnée de 11 000 m². Près d'un milliard de graines ont été semées pour engendrer la première pelouse en 1997. Aujourd'hui, la pelouse d'abord cultivée dans la gazonnière d'Orléans, est livrée en rouleaux de 1,20 * 8 m. Le changement de la pelouse requiert 3 jours de préparation et 5 jours de pose. Il s'effectue plusieurs fois par an, selon la programmation du stade. Cette pelouse a été construite sur un terrain de forme bombée pour avoir une meilleure évacuation de l'eau.

Les écrans géants



Dans le cadre de sa politique de renouvellement de ses infrastructures, le Stade de France s'est doté de deux nouveaux écrans géants en septembre 2006. D'une surface de 196 m² chacun (soit l'équivalent de la taille d'un terrain de tennis), ils constituent les plus grands écrans de ce type installés dans un stade en Europe. Les nouveaux écrans ont une surface supérieure de 58% par rapport aux anciens écrans géants installés en 1998 et sont conçus avec une technologie avancée. Ils se composent de 4 423 680 DEL (diodes électroluminescentes).

Évènements organisés au Stade de France



Le Stade de France a accueilli, depuis son inauguration, de nombreux évènements, aussi bien sportifs que culturels. On peut notamment retenir la Coupe du monde de football de 1998, les finales de la Coupe de France et de la Coupe de la Ligue de football, les matchs du Tournoi des Six Nations et la finale du Championnat de France de rugby à XV, les Championnats du monde d'athlétisme en 2003, le Meeting Areva (depuis 1999), ou encore la finale de la Ligue des Champions de football en 2000 et en 2006.
En 2008, le record mondial d'affluence pour un match de championnat de rugby en saison régulière a été battu, avec 79 793 spectateurs pour la rencontre Stade français - Stade toulousain.

Des compétitions automobiles s'y sont également déroulées comme la Race of Champions disputée sur un circuit provisoire en asphalte dessiné et conçu à l'intérieur du stade. Le Trophée Andros a aussi vu sa Super Finale se dérouler sur un circuit ovale contenant des centaines de blocs de glace.

Le Stade de France a accueilli 7 rencontres de l'Euro 2016 organisée en France, dont le match d'ouverture et la finale.

Enfin, il accueille de nombreux concerts.


* Consulter l'article de Wikipédia sur le Stade de France : Stade de France - Wikipédia

Fiche modifiée par nyc971 (1088)  |  Voir l'historique

Pied de page du site

Copyright © 2006-2017 PSS
Mentions légalesÀ propos de PSSContact