En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêt.     En savoir plus     Fermer

PSS

Bruxelles - Urbanisme et architecture

#1 30-01-2005 16:57:23

Grumpy
Tour First
Lieu: Oostende
Date d'inscription: 16-01-2005
Messages: 2370

Bruxelles - Urbanisme et architecture

Vous voulez connaître mieux Bruxelles ?

Allez-y

http://www.eurobru.com/visit85.htm

  D2

Hors ligne

 

#2 01-02-2005 16:17:32

La Frite
Membre
Lieu: Liège
Date d'inscription: 29-01-2005
Messages: 4

Re: Bruxelles - Urbanisme et architecture

Un site bien détaillé, merci De Snor  B6

Hors ligne

 

#3 18-02-2005 18:36:09

Grumpy
Tour First
Lieu: Oostende
Date d'inscription: 16-01-2005
Messages: 2370

Re: Bruxelles - Urbanisme et architecture

une lesson d'histoire :

Le nom de Bruxelles (Brucsella >  broek = marais + sali = habitation) apparaît pour la première fois dans un document du XIe siècle désignant un événement qui remontait à 695.  La ville se serait établie autour de deux centres, l'un, à l'époque mérovingienne, sur la colline à côté de la chapelle dédiée à St-Michel et près du chemin qui gagne, à la hauteur d'Evere, la chaussée romaine unissant la côte à la vallée de la Meuse; l'autre, vers 970, dans la vallée de la Senne, à l'abri du chàteau des comtes.

La ville ne commença à se développer qu'au XIe siècle : elle s'étendit sur la rive droite de la Senne et les comtes de Louvain, qui dominaient la contrée et devinrent bientôt ducs de Brabant, se firent bâtir sur le Coudenberg, occupé actuellement par la place Royale et les rues environnantes, une maison et un oratoire (vers 1070).  On pense que les premiers remparts remontent à 1100.  Au XIIe siècle, la ville, devenue l'une des étapes de la route qui reliait Bruges, le plus grand port de la mer du Nord, à Cologne, la plus grande ville de commerce de l'Allemagne, continua de s'accroître si bien qu'au XIIIe siècle elle dépassa sa première enceinte dont il reste quelques vestiges parmi lesquels la tour Noire, la tour Anneessens et des fragments de remparts.  Les artisans habitaient en grande partie dans les faubourgs, englobés dans la ville lors de la construction de la nouvelle enceinte (1357-1379) qui subsista jusqu'au XIXe siècle; les boulevards actuels en marquent l'étendue et la porte de Hal en est le seul reste.  Ce n'est qu'en 1421, sous le duc Jean IV, que Bruxelles réussit à conquérir une constitution municipale dont les bases se maintinrent, d'ailleurs, jusqu'au XVIIIe siècle.

En 1430,  à la mort du duc Philippe de Saint-Pol, le duché de Brabant passa à Philippe le Bon.  La prospérité de la ville fut grande sous les ducs de Bourgogne et Philippe le Bon en fit sa résidence.  Les métiers de luxe, tapissiers, orfèvres, fabricants de cuir, y prédominaient.  Sous les Habsbourg, elle ne perdit point son importance.  Le siège du gouvernement central des Pays-Bas, qui fut rétabli à Malines pendant un certain temps, fut transféré définitivement à Bruxelles sous Philippe II.  Les gouverneurs espagnols qui y furent envoyés ne tardèrent pas à soulever le plus vif mécontentement dans la population : des révoltes éclatèrent.  Sous le duc d'Albe, les comtes d'Egmont et de Hornes furent exécutés, en 1568, sur la Grand-Place. L'oppression espagnole amena la décadence.

En 1695, lors des guerres de Louis XIV, sous le prétexte du bombardement par la flotte anglo-hollandaise des ports de la Manche, mais en réalité pour attirer les troupes assiégeant les Français dans Namur, Bruxelles fut bombardée par le maréchal de Villeroi : tout le centre de la ville, la Grand-Place, l'hôtel de ville et plus de 4 000 maisons furent incendiées.

En 1719 fut décapité François Anneessens, doyen des corporations de Bruxelles, coupable d'avoir défendu les franchises de la ville contre les empiétements du gouvernement autrichien que la paix d'Utrecht avait installé en Belgique.

Bruxelles ne jouit d'un peu de repos que sous le prince Charles de Lorraine (1744-1780) beau-frère de Marie-Thérèse et qui, envoyé par elle pour gouverner les Pays-Bas, voulut faire de Bruxelles une capitale de style classique en réalisent des travaux monumentaux.
Devenu, sous la République française, chef-lieu du département de la Dyle, Bruxelles, de 1815 à 1830, fut alternativement avec La Haye la résidence du roi des Pays-Bas.

La Révolution, qui devait amener l'indépendance au pays, commença dans la nuit du 24 au 25 août 1830 et pendant les journées de septembre, du 23 au 26, les Belges y résistèrent courageusement à l'armée hollandaise dont les troupes prirent la poudre d'escampette le 27 septembre !  Le roi Léopold Ier fit son entrée solennelle à Bruxelles, le 21 juillet 1831.

Bruxelles, dont a transformation commença au XVIIIe siècle par la création des quartiers de la ville haute sur les plans de l'architecte Guimard, prit un considérable développement  à la fin du XIXe siècle et au commencement du XXe par la création de nouveaux quartiers, le voûtement de la Senne  et les percées et nivellement au c½ur du vieux Bruxelles (jonction Nord-Midi).

Les troupes allemandes entrèrent à Bruxelles le 20 août 1914. Les Bruxellois opposèrent à l'envahisseur une résistance passive dans laquelle ils furent magnifiquement soutenus par les autorités communales et spécialement par le bourgmestre Adolphe Max.
C'est à Bruxelles que furent fusillées, par ordre du gouvernement allemand, Edith Cavell, le 12 octobre 1915, pour avoir aidé des Belges à rejoindre l'armée nationale, et Gabrielle Petit, le 1er avril 1916.

Le sort de la capitale fut beaucoup plus tragique au cours de la dernière guerre. Dès le 10 mai 1940 la ville fut bombardée et le 18, l'armée allemande entrait à Bruxelles.  Pendant les années d'occupation la ville connut des heures très graves et durant les années 1943-1944 subit de multiples bombardements.
La ville fut libérée par les troupes anglaises le 3 septembre 1944. Pendant les mois suivants, jusqu'en avril 1945, elle connut encore le terrible assaut des bombes volantes V2.

L'exposition internationale et universelle de 1958 marquera le tournant vers la vocation internationale de Bruxelles: c'est l'arrivée de la CEE (devenue l'Union européenne), de l'OTAN en 1967 et la construction du Caprice des Dieux pour héberger le Parlement européen.

Hors ligne

 

#4 18-02-2005 18:39:21

Grumpy
Tour First
Lieu: Oostende
Date d'inscription: 16-01-2005
Messages: 2370

Re: Bruxelles - Urbanisme et architecture

une maquette du Tour Dexia et le Royal Rogier

http://www.eurobru.com/newtrro.jpg

Hors ligne

 

#5 18-02-2005 18:41:51

Grumpy
Tour First
Lieu: Oostende
Date d'inscription: 16-01-2005
Messages: 2370

Re: Bruxelles - Urbanisme et architecture

....En 1930, l'architecte Victor Bourgeois propose une
réoganisation du Quartier Nord... et l'implantation
d'une gare internationale couplée à un aéroport en
plein coeur de la ville Nord...

http://www.eurobru.com/newbruvb.jpg

Hors ligne

 

#6 18-02-2005 18:47:59

Grumpy
Tour First
Lieu: Oostende
Date d'inscription: 16-01-2005
Messages: 2370

Re: Bruxelles - Urbanisme et architecture

info sur La Palais de Justice et ses environs

Place Poelaert. Altitude: 63 m. D'ici, le promeneur jouit d'un superbe coup d'oeil sur le bas de la ville et sur les hauteurs qui se dessinent à l'horizon.
La place était jadis occupée par les jardins ombragés de l'hôtel de Mérode qui s'étendait depuis la rue aux Laines jusqu'au couvent des Minimes.  L'hôtel proprement dit, privé de ses jardins suite à la création de la place, subsiste encore, mais transformé, à l'angle de la rue de la Régence. Après la mort de René de Bréderode en 1556, la propriété passa au comte de Mansfeld qui l'agrandit, en y incorporant plusieurs maisons, un vignoble et une colline de sable, qui  fait partie d'une chaîne de collines ravinées, séparant la vallée de la Senne de la vallée du Maelbeek,  là où se dresse aujourd'hui le Palais de Justice.

Cette colline s'appelait le Galgenberg  ( montagne de la potence ) parce qu'au moyen âge les fourches patibulaires s'y trouvaient.  Après la construction de la deuxième enceinte (celle qui correspond aux boulevards extérieurs), ces fourches furent transportées à Forest. Néanmoins, au XVIe siècle, on procédait encore, mais exceptionnellement, à des exécutions judîciaires sur l'ancien Galgenberg.  On rapporte même qu'André Vésale, qui habitait le Bovendael (quartier des Minimes) y venait nuitamment s'emparer des ossements humains et des cadavres pour ses études anatomiques.

Par une curieuse coïncidence, c'est sur cette ancienne colline de justice qu'on a édifié le Palais de Justice, oeuvre de 1"architecte Poelaert dont la  première pierre fut posée le 31 octobre. 1866.
Plus de vingt ans s'écoulèrent avant que le monument fut terminé et son créateur, Poelaert, n'en vit jamais l'achèvement, car il mourut au cours des travaux le 3 novembre 1879. Le Palais fut inauguré le 15 octobre 1883; il est plus grand que Saint-Pierre de Rome !

Le choix de l'emplacement est admirable.  Placé sur une hauteur, le palais domine le panorama de la ville.  Il a la forme d'un parallélogramme, dont les axes mesurent 150 et 160 m.  La superficie totale couvre 26 000 m² y compris huit cours intérieures de 6000 m².

La salle des Pas-Perdus, qui en forme le centre, a une surface de 3 600 m² et c'est le plus grand édifice qu'on ait bâti sur le continent au cours du XIXe siècle.
D'où son surnom: "le Mammouth".

La coupole qui couronne le monument, s'élève à 103 m au dessus de la place, le portail d'entrée à 42 m, le pavillon d'angle 36 m.
Ce monument s'inspire du style classique grec.
La prédominance de la ligne horizontale en constitue la caractéristique principale.
Le portail central, auquel conduit un escalier, est relié aux pavillons d'angle par une colonnade d'ordre dorique, ordre préféré des Grecs, dans lequel s'affirment la solidité et la magnificence de la ligne.
Aux angles du dôme se dressent des griffons.  Aux quatre coins de l'édifice, des statues assises colossales: la justice par Desenfans, la Clémence par de Tombay, la Force par Vinçotte, et le Droit par Detrieux.

A droite et à gauche, derrière les colonnades, des escaliers rnonurnentaux extérieurs, qui donnent accès aux étages.  Au bas de ces escaliers, quatre statues colossales, un orateur et un législateur grec, un orateur et un législateur romain: Démosthène et Lycurgue par Cattier; Cicéron et Ulpien, par A. F. Bouré.
La salle des Pas-Perdus est vraiment grandiose.  L'architecte a abandonné ici les lignes purement horizontales et a introduit les formes courbes.  Le dôme circulaire est supporté par des arcades en plein cintre. On y recrée de temps à l'autre la célèbre expérience de Foucault.  Le projet de l'architecte Poelaert prévoyait la pyramide s'appuyant sur des architraves en plate-bande. On recula devant la réalisation de ce projet et l'architecte Benoît, qui succéda à Poelaert décédé, préféra le dôme.

Ce dernier a été reconstruit, après son incendie, en 1944 par les troupes allemandes évacuant la ville. Il servira de lieu d'antennes pour la télévision et abritera pendant des années la coordination des relais hertzien des émissions de l'Eurovision.

L'oeuvre de Poelaert a été criblée de critiques.  C'est une oeuvre très complexe, d'immenses proportions.  En la jugeant, il serait injuste de s'attacher à des détails défectueux et d'oublier l'harmonie générale, l'aspect décoratif de l'édifice, et surtout sa puissante silhouette monumentale.

http://www.eurobru.com/paljust1.jpg

==>> #2

Depuis le 26 juin 2002, le haut et le bas de la ville sont enfin reliés par un ascenseur (coût: 2 millions d'euros).

Son utilisation est entièrement automatisée et gratuite pour tous les utilisateurs, sept jours sur sept, de 06:00 à 23:00 h.

L'ascenseur possède deux cabines aux larges baies vitrées, d'une capacité maximale de 16 personnes qui sont également accessibles aux vélos et aux personnes à mobilité réduite.

Des caméras de surveillance sont en communication avec le dispatching de la STIB qui assume la gestion de ce "bus vertical".

Le dénivelé de 20 mètres est franchi en 30 secondes.

http://www.eurobru.com/pdjlift1.jpg

D2

Hors ligne

 

Publicité

#7 18-02-2005 18:53:13

Grumpy
Tour First
Lieu: Oostende
Date d'inscription: 16-01-2005
Messages: 2370

Re: Bruxelles - Urbanisme et architecture

Hors ligne

 

#8 18-02-2005 18:57:15

Grumpy
Tour First
Lieu: Oostende
Date d'inscription: 16-01-2005
Messages: 2370

Re: Bruxelles - Urbanisme et architecture

Le Palais Stoclet

http://www.eurobru.com/stocklet.jpg

http://www.eurobru.com/stoclet1.jpg



Les volumes orthogonaux de cet ouvrage ont des arêtes en bronze doré qui délimitent ses surfaces en marbre de Carrare. C'est un exemple parfait de la Sécession Viennoise ajouté d'une délicate maîtrise de l'équilibre général liant l'intérieur et l'extérieur.

    Architecte: Joseph Hoffmann
    Peintures: Gustav Klimt
    Sculpture: Powolny, R. Luksch, F. Metzner
    Construit de 1905 à 1911
     

    Avenue de Tervuren  279

Le Palais Stoclet a été classé en tant
                                      que monument en 1976. A cette époque,
                                      on ignorait l’importance du jardin dans
                                      l’ensemble de cette ½uvre. Aujourd’hui,
                                      plusieurs raisons permettent d'affirmer que
                                      ce jardin est également un véritable
                                      monument marquant un mouvement
                                      esthétique du début du XXe siècle, une
                                      ½uvre née du génie d’un architecte et de
                                      son équipe, ainsi que du goût raffiné d’un
                                      couple de la haute bourgeoisie belge à la
                                      recherche de perfection. C’est pourquoi le
                                      Gouvernement de la Région de
                                      Bruxelles-Capitale se devait d’en assurer
                                      la protection.

Le jardin du palais Stoclet est indissociable du bâtiment qu’il prolonge. Egalement
conçu par Josef Hoffmann au début du XXe siècle, ce jardin d’avant-garde reprend les
lignes de force du palais, caractérisées par deux avancées symétriques, dans un style
Art nouveau géométrique. Jardin et palais sont aussi liés par les toits-terrasses qui
interpénètrent les deux espaces, ainsi que par de nombreux axes et points de vue. La
succession des éléments architecturaux et végétaux est telle qu’elle procure une
impression continue et rythmée.

Pour permettre d’appréhender l’ensemble palais-jardin, l’architecte a créé un
parcours-promenade de la maison au jardin, où le visiteur traverse une série d’espaces
variés et rythmés, traduction moderne de certains principes de la tradition de l’art des
jardins (formes des jardins réguliers, mobilier des jardins vernaculaires et « promenade
pittoresque » des jardins anglais) : axes, perspectives, jeux d’optique, petits espaces
intimes de pergolas éclairées de lampes électriques, cabinets de verdure et de
charmilles, ifs taillés, pièce d’eau et vasques. Tous ces éléments ponctuent une
composition intégrée et cohérente au purisme minimaliste.

La décoration de l’extérieur du bâtiment, composée des sculptures et des bas-reliefs
placés tout autour, faisait écho à la décoration intérieure et à l’importante collection d’art que le palais abritait. Ceci est d’ailleurs tout à fait conforme au concept esthétique du « Gesamtkunstwerk » (½uvre d’art total) qui est l’une des principales caractéristiques du mouvement Art nouveau.

L’authenticité du jardin a été préservée jusqu’à aujourd’hui : les bacs à plantes et les
éléments architecturaux conçus par Hoffmann sont toujours là. Bien que certaines
plantes, arbres et rosiers entre autres, aient été remplacées, toujours dans l’esprit
originel, et que certains topiaires aient été taillés différemment pour accommoder leur
croissance exubérante, la création d’Hoffmann et des époux Stoclet transparaît
toujours aussi nettement. Cet espace permet de tirer des conclusions sur l’esprit ouvert de ses commanditaires qui étaient à la recherche du perfectionnisme artistique, dans un esprit minimaliste très novateur pour l’époque et toujours d’actualité aujourd’hui. Parmi les ½uvres de Josef Hoffmann et de son équipe, elle est la plus innovatrice et la plus
raffinée et surtout la seule qui ait été presque entièrement conservée jusqu’à nos jours !

Le jardin témoigne aussi de la grande époque de l’avenue de Tervueren et de
l’expansion de la capitale. Il fonctionne aussi comme une articulation entre ville et
campagne. Côté rue, le palais Stoclet est un palais urbain, dans la tradition de la villa
urbana romaine. Côté jardin, l’ensemble correspond à la tradition de la villa suburbana,
la résidence de campagne. Cette conception évoque la tradition humaniste, assez rare
en Belgique.

Hors ligne

 

#9 18-02-2005 19:05:40

Grumpy
Tour First
Lieu: Oostende
Date d'inscription: 16-01-2005
Messages: 2370

Re: Bruxelles - Urbanisme et architecture

Si vous aimez L'Art Nouveau il faut rends visite a cette musée :

http://www.hortamuseum.be/indexfr.htm

ou

http://www.bruxelles-art-nouveau.be/frhome.htm

Hors ligne

 

#10 18-02-2005 19:11:36

Grumpy
Tour First
Lieu: Oostende
Date d'inscription: 16-01-2005
Messages: 2370

Re: Bruxelles - Urbanisme et architecture

Le Cinquantenaire

En 1875, Gédéon Bordiau avait proposé au Roi Léopold II la création d'une esplanade entre le parc royal et le château de Tervuren.  S'inspirant du Victoria and Albert Museum (Londres) et du Palais de Longchamp (Marseille), il dessine un complexe de deux ailes reliées par une colonnade semi-circulaire.

En 1897, pour l'Exposition Universelle, on ajoutera les halles arrière dont la structure métallique se veut le reflet de la technologie de l'époque.

Les arcades (45 m de haut), édifiées aux frais de Léopold II pour le 75ème anniversaire de l'indépendance nationale  seront construites en huit mois (1904-1905); elles sont l'½uvre du français Charles Girault (1851-1932); la triple arcade de 30 m de large en style Louis XVI se distingue de l'arc de triomphe antique par les dimensions égales de ses trois baies surplombées par le quadrige Le Brabant élevant le drapeau national, de Jules Lagae (1862-1931) et Thomas Vinçotte (1850-1925).

Dès 1888, Gédéon Bordiau y avait projeté l'idée d'un grand musée, idée qui séduit les vues ambitieuses d'un souverain soucieux de donner à son pays l'image d'une puissance européenne qu'elle est devenue sous son règne.

Le Cinquantenaire est donc devenu un lieu d'éducation: on y trouve les Musées royaux d'Art et d'Histoire, le Musée de l'Armée, l'Autoworld, l'atelier de moulages, les laboratoires et la bibliothèque de l'Institut royal du Patrimoine artistique.

http://www.eurobru.com/cinquant.jpg

Le parc et le palais du Cinquantenaire furent créés lors de l'exposition nationale du Jubilé de 1880 pour commémorer le cinquantenaire de l'indépendance belge.

En 1897, le site servira de cadre à l'Exposition Universelle.
http://www.eurobru.com/cinquan6.jpg

près du drapeau belge, vous
retrouverez les cinq premiers rois...

http://www.eurobru.com/cinquan5.jpg

la musée de l'armée

le parc :

Conçu également par Gédéon Bordiau, c'est le pendant extra-muros du parc de Bruxelles.  Il se compose d'un jardin français (dans l'axe) et de jardins anglais (sur les côtés), mais ne s'élabore que progressivement.  Certaines parties remontent aux expositions de 1880 et 1897, les plantations datent de 1888 (ormes, lauriers, érables, acacias, marronniers), tandis que le terrain reste à la disposition des foires commerciales jusqu'en 1930, année de l'ouverture des Palais du Centenaire (Heysel).
Depuis 1974, le parc est hélas traversé par une autoroute urbaine !

Le parc accueille divers monuments.  En 1889, Victor Horta y élève un temple, le pavillon des passions humaines, petite construction ouverte assez éloignée de l'Art Nouveau mais où s'affirme déjà la maîtrise de cet architecte qui connaîtra une renommée universelle.  Le pavillon est créé pour l'½uvre du même nom du sculpteur Jef Lambeaux. Passions humaines - parc du Cinquanteanire - Bruxelles Mais il est bientôt muré, d'une part à la demande des autorités qui voient dans ce marbre une oeuvre immorale, d'autre part sur la requête de Lambeaux estimant que son travail est desservi par l'éclairage. Fermé après trois jours, le pavillon n'a jamais été terminé.  Au gré de sa promenade, on croisera quelques sculptures, dont Le Faucheur de Constantin Meunier, Les Bâtisseurs de villes de Charles van der Stappen, et les allégories des saisons de l'entrée Ouest.

La petite tour, un pastiche médiéval de la fin du siècle dernier, a été réalisée pour magnifier les qualités architectoniques de la pierre de

Hors ligne

 

#11 21-04-2005 23:07:01

Boris_F
Hermitage plaza
Lieu: Boulogne-Billancourt
Date d'inscription: 28-12-2004
Messages: 14742
Immeubles: 219
Photos: 280
Site web

Re: Bruxelles - Urbanisme et architecture

Un sujet en marge :     (Extraits)
Le vif, 21/04/2005

Branchitude
Go to Hell !

Si Paris a les frères Costes et Londres Terence Conran, Bruxelles peut faire confiance à Frédéric Nicolay pour l'aménagement de bars, restos et autres lieux nocturnes. Cet ovni de la restauration passe aujourd'hui à la vitesse supérieure : il vient d'ouvrir Hell, un bar de 600 m2 à Shoreditch, le quartier londonien le plus hype du moment. Découverte exclusive.

(...)

Pour le Hell, on n'a pas lésiné sur les moyens, offrant ainsi à la Belgique une éblouissante vitrine branchée au c½ur de Londres. De l'extérieur, le bâtiment est aussi imposant que stylé et, sur plusieurs étages, raconte aux passants son long passé industriel. Autrefois usine de boutons, ce véritable patrimoine d'architecture est ensuite devenu un gigantesque music-hall accueillant de nombreux concerts, avant de terminer en squat. Le hall – 600 m2 – occupe le rez-de-chaussée. Il se présente comme un grand plateau assez brut de décoffrage au milieu duquel trône un gigantesque bar aux formes conquérantes. Le zinc qui glisse tout le long de ce meuble unique affiche des dimensions hors normes. Au-dessus, d'énormes poutres en bois clair strient le plafond sur toute sa longueur. Au fond de la salle, drapé dans des carrelages utilisés habituellement pour les piscines publiques, l'espace consacré à la préparation de la petite restauration contraste volontairement avec les tonalités plutôt sombres du lieu. L'effet qui en résulte est celui d'une fraîcheur lumineuse qui sied parfaitement aux salades et aux plats inscrits à la carte. Non sans une certaine analogie, on peut deviner le travail du cuisinier et celui du DJ au détour de deux lucarnes intrigantes. Le mobilier, des tables aux tabourets, se démarque des habituels poncifs « design » qui caractérisent les adresses londoniennes. Rien de griffé, tout a été spécialement conçu pour le Hell.

(...)

Personnel et atypique

C'est à la demande de la brasserie Moortgat, en quête de vitrines internationales pour ses produits Duvel et Vedett, que Fred Nicolay a conçu le Hell. Au départ, le projet ne devait pas atteindre cette taille colossale. Proche de Michel Moortgat, l'un des trois frères à la tête de l'entreprise anversoise, le Bruxellois a réussi à le convaincre de se lancer à ses côtés dans ce projet pharaonique. A Londres, le coût de la vie est tellement élevé qu'un endroit de la sorte dépasse en budget le plus cossu des restaurants de Bruxelles.

Si l'on passe le Hell à la loupe, on retrouve tous les éléments qui font la patte Nicolay. D'abord, c'est le côté « populaire » de son style qui séduit. Les sirènes du design n'ont aucune emprise sur lui. Il ½uvre dans son coin avec un entêtement qui témoigne d'une forte personnalité. En revanche, il serait faux de croire qu'il n'est influencé par rien. Le plafond d'un supermarché des années 1950 ou une table du swinging Bruxelles des années 1960 peuvent inspirer ses créations. Pour le Hell, le principe est le même : l'apparente simplicité cache des références savantes. Quelques exemples ? Les banquettes en bois entourant la pièce ont été directement récupérées dans un gymnase de Tokyo aménagé pour les Jeux Olympiques en 1964 par l'architecte Kenzo Tange. La couleur brune des murs est une allusion à peine voilée aux fameux cafés « bruin » d'Amsterdam, ces lieux patinés par les volutes des fumeurs refaisant le monde. Le zinc habillant le bar rappelle, lui, les bistrots parisiens : cette pièce unique – de plus de 60 000 euros – a été assemblée sur place. Certains éléments, les ventilateurs venus d'Egypte, les carrelages des cuisines et l'éclairage quasi clinique des néons aux toilettes font, quant à eux, partie des incontournables de la « Nicolay's touch ».Côté nourriture, avec de savoureuses brochettes grillées au charbon de bois et glissées dans un pain arrosé de citron, le créateur revendique un esprit « street food » pêché dans de petites échoppes à Bilbao.
Le plafond brut peint de couleur aluminium et la forme du bar lui ont été suggérés par les architectes. Il a eu également la sagesse de prendre un partenaire local, Stephen Breen, afin de pouvoir cerner les habitudes de consommation des Londoniens.

(...)

Lorsque l'on examine de près la situation géographique et sociologique de Shoreditch, le quartier dans lequel le Hell a pris place, on se rend compte à quel point celui-ci constitue un terreau idéal pour faire s'épanouir la créativité de Fred Nicolay. A l'image du « downtown » bruxellois, il s'agit aussi d'un endroit populaire autrefois sinistré. Il relève en effet du Borough of Hackney, soit l'une des zones les plus pauvres de Londres longtemps méprisée à l'ombre des tours arrogantes de la City, le quartier des affaires. Ce, même si aujourd'hui, les choses changent et les cadres supérieurs se ruent dans ce landernau artistique sur lequel la tour de verre Swiss Re - le fameux « cornichon érotique » conçu par l'architecte Norman Foster – semble, elle, lancer des regards concupiscents. Shoreditch s'apparente au Lower East Side new-yorkais ou au SoHo de la grande époque.

Le parallèle avec Bruxelles ne s'arrête pas là. Shoreditch possède aussi sa place Saint-Géry sur Hoxton Square. Le soir tombé, ce périmètre est l'endroit de toutes les fêtes nocturnes. Les bars s'y alignent côte à côte. C'est également là que se trouve le fameux White Cube, la galerie d'art mythique qui accueille les créateurs stars comme Damien Hirst, Tracey Emin, Nan Goldin ou Lucian Freud.
L'ultime séduction pour Fred Nicolay ? La présence d'un canal. A la façon du bout de la rue Antoine Dansaert, à Bruxelles, Shoreditch est bordé par l'antique Regents Canal. On ne peut s'empêcher de penser qu'il soit ce petit supplément d'âme qui fait de Shoreditch un périmètre tant prisé par les créateurs.

Michel Verlinden

21 avril 2005


Visitez mon blog et mon album photos

Hors ligne

 

#12 21-05-2005 13:55:25

Grumpy
Tour First
Lieu: Oostende
Date d'inscription: 16-01-2005
Messages: 2370

Re: Bruxelles - Urbanisme et architecture

http://img.photobucket.com/albums/v465/snot/100_5150.jpg

http://img.photobucket.com/albums/v465/snot/100_5062.jpg

http://img.photobucket.com/albums/v465/snot/100_5066.jpg

http://img.photobucket.com/albums/v465/snot/100_5152.jpg

http://img.photobucket.com/albums/v465/snot/100_5494.jpg

http://img.photobucket.com/albums/v465/snot/100_5485.jpg

http://img.photobucket.com/albums/v465/snot/100_5480.jpg

http://img.photobucket.com/albums/v465/snot/100_5450.jpg

Hors ligne

 

#13 21-05-2005 14:57:06

Kartoff
Tour Montparnasse
Lieu: Hong Kong
Date d'inscription: 26-01-2005
Messages: 1655
Site web

Re: Bruxelles - Urbanisme et architecture

J'adore la photo où l'on voit de loin les buildings, on dirait qu'ils font dans les 170m  A8
Sans parler des grues, on croirait à la construction d'une immense tour !

Merci Grumpy   C10


I A4
HK

Hors ligne

 

#14 21-05-2005 17:57:34

Grumpy
Tour First
Lieu: Oostende
Date d'inscription: 16-01-2005
Messages: 2370

Re: Bruxelles - Urbanisme et architecture

le grue a une hauteur de 210 m D9

Hors ligne

 

#15 21-05-2005 20:52:17

Kartoff
Tour Montparnasse
Lieu: Hong Kong
Date d'inscription: 26-01-2005
Messages: 1655
Site web

Re: Bruxelles - Urbanisme et architecture

Ah oui, je comprends alors l'impression d'immensité !  C6  D6
Elle sert à quoi ?


I A4
HK

Hors ligne

 

#16 21-05-2005 21:56:45

Stickyesman
Modère-à-tort
Lieu: Paris
Date d'inscription: 25-12-2004
Messages: 10446
Immeubles: 558
Photos: 15
Site web

Re: Bruxelles - Urbanisme et architecture

Merci pour les photos Grumpy  B6, vraiment sympa et impressionante cette vue plongeante.


PSS - Architecture, Urbanisme, Aménagement du territoire
City Forum - Ville 3D

~ Ah tu Voi c pour sa ke Seul les pti bonhomme du Baby on ldroi dShooT - Chandler Friends s06-ep06 ~

Hors ligne

 

#17 22-05-2005 10:40:23

Grumpy
Tour First
Lieu: Oostende
Date d'inscription: 16-01-2005
Messages: 2370

Re: Bruxelles - Urbanisme et architecture

Kartoff a écrit:

Ah oui, je comprends alors l'impression d'immensité !  C6  D6
Elle sert à quoi ?

Après la nouvelle façade on va ajouter une antenne (60m) sur le toit.
Le batiment a 140m donc...

Hors ligne

 

#18 22-06-2005 14:16:06

Nekobasu
ねこバス
Date d'inscription: 28-01-2005
Messages: 6501
Immeubles: 2155
Photos: 2996
Site web

Re: Bruxelles - Urbanisme et architecture

Quelques photos de Bruxelles...

1.
http://astrakoop.free.fr/bruxelles/01-bxl-20050618.jpg

2.
http://astrakoop.free.fr/bruxelles/02-bxl-20050619.jpg

3.
http://astrakoop.free.fr/bruxelles/03-bxl-20050619.jpg

4.
http://astrakoop.free.fr/bruxelles/04-bxl-20050424.jpg

5.
http://astrakoop.free.fr/bruxelles/05-bxl-20050424.jpg

6.
http://astrakoop.free.fr/bruxelles/06-bxl-20050423.jpg

7.
http://astrakoop.free.fr/bruxelles/07-bxl-20050423.jpg

8.
http://astrakoop.free.fr/bruxelles/08-bxl-20050423.jpg

En ligne

 

#19 22-06-2005 14:17:58

Grumpy
Tour First
Lieu: Oostende
Date d'inscription: 16-01-2005
Messages: 2370

Re: Bruxelles - Urbanisme et architecture

ça c'est drole

http://astrakoop.free.fr/bruxelles/06-bxl-20050423.jpg

Hors ligne

 

#20 22-06-2005 14:20:13

Nekobasu
ねこバス
Date d'inscription: 28-01-2005
Messages: 6501
Immeubles: 2155
Photos: 2996
Site web

Re: Bruxelles - Urbanisme et architecture

Qu'est-ce qui est drôle Grumpy ?  D6

En ligne

 

#21 22-06-2005 14:33:15

Kartoff
Tour Montparnasse
Lieu: Hong Kong
Date d'inscription: 26-01-2005
Messages: 1655
Site web

Re: Bruxelles - Urbanisme et architecture

C'est pas comode un feu si "amoureux"  A9
Merci pour les photos !  B6


I A4
HK

Hors ligne

 

#22 22-06-2005 14:54:19

Phil
Administrateur
Lieu: Nord
Date d'inscription: 03-12-2004
Messages: 6304
Immeubles: 206
Photos: 49
Site web

Re: Bruxelles - Urbanisme et architecture

Merci pour les photos Miaouss  F10  B6

Bruxelles est décidement très urbaine pour sa taille.


Pff...

Hors ligne

 

#23 22-06-2005 22:07:38

virtual
Grande Arche
Date d'inscription: 05-04-2005
Messages: 250

Re: Bruxelles - Urbanisme et architecture

Ca doit etre le feu rouge.

Hors ligne

 

#24 24-06-2005 00:28:34

redhunter3
Notre Dame
Date d'inscription: 19-06-2005
Messages: 107

Re: Bruxelles - Urbanisme et architecture

En effet, c'est vraiment sympa!!!! B6

Hors ligne

 

#25 03-07-2005 20:08:29

Grumpy
Tour First
Lieu: Oostende
Date d'inscription: 16-01-2005
Messages: 2370

Re: Bruxelles - Urbanisme et architecture

un lien très intéressant sur le métro Bruxellois :

http://www.bsubway.net/n_index.htm

Hors ligne

 


Pied de page du Forum

Powered by FluxBB

Copyright © 2006-2020 PSS
Mentions légalesQui sommes-nous ?Contact