En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêt.     En savoir plus     Fermer

PSS
PSSImmeubles & VillesCommune : GrignyImmeuble : La Grande B…

La Grande Borne1

Aucune photo n'a encore été ajoutée sur cette fiche.

Identifiant PSS #13279
Nom La Grande Borne
Quartier La Grande Borne
Adresse(s)
  • cité limitée par la rue et l'avenue de la Grande Borne ainsi que par l'avenue Emile Aillaud
Statut

Construit

Construction 1967
Fonction(s) Logements, Commerces et activités

Données techniques

Niveaux R+4
Hauteur totale estimée

≈16,00 m

Surface du terrain 900 000 m²

À propos de cette fiche

Ajoutée par Chéricutz le 21/04/2009
Architecte(s) / Maître(s) d'œuvre
Maître(s) d'ouvrage
  • Office Public HLM Interdépartemental de la Région Parisienne

Les premières esquisses de cette vaste cité furent établies par Emile Aillaud à partir de 1965 (1). C'est entre 1967 et 1971 que Bouygues construit les 3685 logements que comptent l'opération. Ceux-ci, regroupant près de 13000 habitants - pour la plupart dans des logements collectifs - s'organisent sur un immense terrain de 90 hectares de forme triangulaire à cheval sur les communes de Grigny et de Viry-Châtillon.

L'origine de cette planification urbaine d'envergure - Grigny, auparavant, n'était qu'un gros village de 300 âmes accroché sur un coteau assez loin de la capitale - réside dans la volonté étatique de résorber les bidonvilles de la région parisienne et en particulier ceux du XIII° arrondissement alors en proie à de vastes travaux (2).



L'ensemble, véritable ville dans la ville, est groupé autour d'une "plaine centrale" et se compose de 7 quartiers divisés en 25 secteurs. L'architecture et l'urbanisme se marient autour d'éléments simples mais forts, en rupture avec la production classique de grands ensembles en cours à cette période.

Les bâtiments sont bas (de 2 à 4 étages), courbes voire cintrés, dessinant moult labyrinthes (une rue d'ailleurs porte ce nom) ménageant surprise, identité et intimité autour de places (3). On y découvre comme par hasard des sculptures, des mosaïques, des fresques (4) réalisées par Fabio Rieti, Eva Lukasiewicz, Laurence Rieti, Gille Aillaud ou François Lalanne. L'ensemble est coloré, ludique, sans voitures.



Mais le déracinement de populations fragiles transplantées à 25 km de Paris, l'enclavement de ce quartier isolé par d'importantes voies de circulation (notamment l'A 45 et l'A 6) et le manque d'équipements publics non prévus dès l'origine transforme vite ce quartier, malgré son urbanisme moderne et sensible et son architecture ludique et identifiable en laboratoire de la dégradation urbaine des années 80-90 (5).

De multiples projets (6)
- de la première réhabilitation (1983-1990) au Grand Projet de Ville (2000-2010) (7) - tentent depuis d'améliorer les défauts endogènes ou exogènes de ce quartier majeur dans l'histoire de l'architecture et du logement social en France.






____

(1) Article très complet et riche iconographie - en terme de planification urbaine notamment - à consulter sur Wikipédia

(2) L'histoire des quartiers de la Grande Borne et de Grigny II est retracée sur le site de la Mairie de Grigny.

(3) Une visite commentée et illustrée est également proposée par la mairie de Grigny.

(4) A découvrir sur Topic-Topos

(5) Un dossier très complet est disponible sur le site de la Banques des Savoirs de l'Essonne.

(6) Un projet de transformation radicale a par exemple été proposé en 2003 par l'agence T-Design architecte lors du concours Europan 7. Il est visible sur le site architectes-paris.com

(7) Carnets de croques-notes tels des cadavres exquis, oeuvre de la revue Inventaire/Invention autour de Emile Aillaud et de Marc Duval, auteur de l'intervention dans le cadre du GPV.


Pied de page du site

Copyright © 2006-2022 PSS
Mentions légalesÀ propos de PSSContact