En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêt.     En savoir plus     Fermer

PSS

Bordeaux - Requalification viaire

#1 17-02-2017 23:36:50

géogaga
Tour Montparnasse
Date d'inscription: 25-02-2016
Messages: 1300

Bordeaux - Requalification viaire

Voici un compte-rendu d'une  réunion publique qui a eu lieu lundi soir, où il est question de requalifier une seule rue, dans l'hypercentre historique, correspondant historiquement à la dernière des trois enceintes fortifiées, aujourd'hui toutes disparues.

Pour situer la rue un plan et quelques dimensions. La rue des Menuts fait un peu moins de 375m de long pour 8 de large, avec un alignement imparfait à certains endroits... Malgré cette géométrie modeste et biscornue l'élue présente à la réunion persistait à parler "d'axe structurant" du quartier, où  il ne fallait pas ôter la possiblité de circuler et de stationner pour les automobilistes...

http://www.hostingpics.net/viewer.php?id=621441PlangnralruedesMenuts.png
plan

Au nord ouest du plan on peut voir le parking en ouvrage "Victor Hugo" à une distance de 500 à 850 mètres parcourable à pied suivant l'emplacement du résident de la rue des Menuts.

http://img15.hostingpics.net/thumbs/mini_551233plancadastraldelaruedesMenutsentrenordaveclesparcelles250et249droite.png

Au-dessus le non alignement de deux parcelles met ici la largeur de la rue à 7m seulement...

Malgré cette configuration la requalification de la rue offrira toujours du stationnement, et la circulation est espérée à faible allure, dans le cadre d'une "zone de rencontre" limitée à 20km/H.

Quelques captures d'images, à hauteur du rétrécissement au nord, puis au sud à hauteur des écoles élémentaire et maternelle, où l'on a daigné supprimer tout stationnement...

http://img15.hostingpics.net/thumbs/mini_182399nordruedesMenutsvueverslenord7mdelargeaudroitdelavancedelimmeubledroite8mdelargesurlerestedelarue.png

http://img15.hostingpics.net/thumbs/mini_525924suddelaruedesMenutsvueverslenordcolematernelledroite.png

La visualisation complète de la rue par Google Street View - juillet 2016, donc avec une pression automobile théoriquement faible pour l'essentiel du tracé - donne un total de 45 véhicules en stationnement.

Le projet prévoit seulement 20 places de stationnement dont deux ou trois réservées en tout ou partie pour les livraisons et déménagements. A priori on pourrait être satisfait avec une division par deux de l'offre... De plus des potelets anti stationnement sont prévus pour prévenir le comportement habituel à Bordeaux du trottoir parking. On aura donc réussi à ménager la chèvre et le chou, en continuant à laisser libre accès à l'automobile, tout en pouvant communiquer sur l'existence d'une rue en zone de rencontre dans le quartier.

http://img11.hostingpics.net/thumbs/mini_547670projetdamnagementruedesMenutssoumislaconcertation.png

     Une quarantaine de personnes assistaient à la réunion, avec une forte proportion de seniors et une faible minorité de moins de 40 ans. C'est un bureau d'étude qui a instruit le projet et produit les plans : EGIS, habituellement sollicité pour du ferroviaire, du tram et son insertion en voirie. Il se trouve que le chargé de mission, rapporteur du projet ce soir-là, était en même temps riverain de la rue... Mais ça restera le seul élément pragmatique et humain du projet porté par la ville de Bordeaux et son intercommunalité:

l'élue n'a pas été capable de répondre à la question de savoir combien d'habitants résidaient dans la rue, alors que la semaine précédente on avait pris soin d'envoyer un questionnaire où la demande avait été formulée... Cette réponce embarrassée fut faite après qu'on a fait remarquer qu'il manquait un volet social au projet :

connaître le nombre d'habitants, le taux de vacance des logements, les pratiques de mobilité des résidents, leur taux de motorisation, les habitudes de gestion des boîtes à ordures...  pour une si petite rue ce n'est pourtant pas déployer des moyens aussi importants qu'un nouveau recensement ou une nouvelle enquête-ménages-déplacements... !

On est resté tout au long de la réunion dans le techno-centré, de la part de l'élue, soit en opposant l'existence des réseaux enterrés pour interdire toutes plantations, soit en parlant des prescritions de l'architecte des monuments de France, qui a priori aurait une haute idée de l'esthétique produite par une file ininterrompue de carrosseries de toutes les couleurs, entreposées en pied d'immeuble...

A propos de ces réseaux enterrés même technique de réponse de l'élue, embarrassée, agacée ou pressée d'en finir, à la question de savoir s'il existait en open data des ressources cartographiées pour leur localisation...
Ici il me plairait de savoir s'il existe déjà quelque chose de ce genre.
On a suggéré de réfléchir à Bordeaux sur cette possibilité, en rappelant qu'il faudrait le faire, le mettre à jour et le faire savoir :

d'autant mieux que de la bouche même de l'élue on apprenanit que tous les réseaux avaient successivement bénéficié de travaux récemment, avant donc ceux de la requalification viaire, prévus pour fin 2017...

Il serait toujours intéressant pour les riverains de savoir s'il y a possibilité de faire une plantation, plus ou moins modeste, a proximité de son domicile dans l''espace public :

outre l'ombrage pouvant mitiger la chaleur en été, changer l'ambiance de la rue... ça pourrait même apporter de la plus-value à la bicoque... ! En tout ca les piétons y trouveraient leur compte, eux privés de climatisation (en faisant cette suggestion quelqu'un dans la salle réagit bruyament ,en suggérant de prendre plutôt une ombrelle : sans doute un automobiliste, puisque cette question de marcher à l'ombre fut évoquée en proposant de déplacer les places de stationnement à l'est de la rue, pour bénéficier du cône d'ombre de l'après midi), au contraire de certains automobilistes, ou du courant d'air de la vitesse qui bénéficie au cycliste suffisament véloce... De façon plus modeste on peut imaginer des lianes, de la vignes ou d'autres plantes rampantes en pergolas :

du reste quelqu'un dans l'assistance a bien cité l'idée de canopée, reprise à l'expérience maintenant connue de la capitale... Et Bordeaux a toujours rêvé de devenir un petit Paris...

Là encore notre élue rabat-joie n'a pu qu'évoquer les contraintes budgétaires, d'un nombre limté de jardiniers municipaux, pour arroser et entretenir tout ça, because les impôts locaux ça se comprime pour assurer une réélection (Alain Juppé)...

Cependant elle a évoqué aussi la possibilité de s'organiser en association de riverains, avec l'exemple d'une autre rue - rue Tanesse - où les habitants sont autorisés à végétaliser... mais seulemnt en pots...! Une poubelle, une graine et hop vous pouvez avoir une belle plante verte dans l'espace public, si on vous accorde une place de stationnement en moins pour l'entreposer... Bref après l'élevage hors sol, massivement pratiqué en Bretagne par exemple, Bordeaux pourrait s'enorgueillir d'avoir inventé la "végétalisation hors sol"...


        Pour ce qui concerne la gouvernance locale en matière d'urbanisme "réparateur" du tout automobile qu'on me permette de déplorer une excessive prudence et de la sainte trouille chez les élus pour tout ce qui concerne l'impact des aménagements sur les résidents automobilistes, qui sont aussi des électeurs aux municipales...

La méthode de gestion des réunions me semble relever de la technique de l'étouffoir, pour calmer toute voix discordante qui pourrait, sinon faire capoter le projet, faire courir le risque d'aller trop vite en besogne pour une requalification radicale de la rue ou amorcer un changement dans les modes de vie. Dans une première phase on instaure au cours de la première réunion des petits groupes de travail, de sept à dix personnes autour d'une table dans la même salle, chaperonnés par un membre du personnel communal, avant que soit rendue une "synthèse" finale le jour même de la réunion, dont les résultats sont applaudis par l'assistance... Bien sûr ne peut surgir alors que le plus petit dénominateur commun aux groupes, l'une des meilleures méthodes pour s'assurer que rien de véritablement révolutionnaire/vélorutionnaire n'émerge du processus... De la sorte on a même la possibilité du choix du coloris d'un revêtement en dernier ressort,  à l'issue de la seconde réunion,tout à la fin,...

     On peut donc rester sur sa faim (!) quant aux conditions d'un transfert modal à partir d'un réaménagement viaire, en faveur d'un report au détriment de l'automobile...

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

     Pour conclure je tenais à citer Nicolas Soulier, architecte urbaniste, avec cette introduction pour son ouvrage  « Reconquérir les rues. Exemples à travers le monde et pistes d’actions », ULMER, 2012:


Quand nous sortons de chez nous, si les bébés dans les poussettes sont au ras des pneus et des pots d’échappement, si les enfants ne peuvent pas aller tout seul dans la rue ou à l’école, si nous passons beaucoup de temps dans des déplacements fatigants, si les personnes âgées ou désoeuvrées ne savent où se mettre, si les services et commerces de proximité disparaissent, on peut s’interroger sur notre habitat.

Dès lors que l’on considère les rues comme de simples voies de circulation, où l’on donne presque toute la place aux voitures pour rouler ou pour stationner, alors dehors, dans la rue, nous sommes chez elles, pas chez nous. Mais ce n’est pas qu’une question de voitures. C’est aussi une question de riverains. Pour être vivante, une rue résidentielle a besoin d’être habitée, et non simplement parcourue. Si nous tolérons que la rue devant chez nous ne soit qu’un tuyau pour circuler c’est que nous oublions que c’est un espace qui fait partie de notre habitat. Quand nos habitations se referment sur elles-mêmes et que nous tournons le dos à la rue, nous n’avons plus d’échange avec elle. La rue se retrouve morne. Les riverains la désertent. L’habitat reste figé.

J’ai été conduit à ce constat un peu sombre dans le cadre de ma pratique d’urbaniste et d’architecte, sur la base d’expériences que j’expose dans la première partie de ce livre. On pourrait en venir à penser que cette situation caractérisée par le dépérissement des rues est inévitable, et qu’il vaut mieux se résigner sans vaine nostalgie au fait que la plupart des rues banales de quartiers résidentiels sans commerces ni équipements soient moroses.

Mais d’autres expériences, en particulier à l’étranger, nous montrent que des rues résidentielles peuvent être vivantes et donner envie d’y habiter. Elles montrent que la situation peut être différente, notamment quand les habitants contribuent à la vie de leur rue et à sa prise en charge. La rue s’en trouve métamorphosée.

[...] Ces exemples nous montrent qu’il ne faut pas se décourager, et que notre habitat pourrait être beaucoup plus agréable à vivre. Nous pourrions reconquérir nos rues, sans devoir tout démolir ni tout reconstruire. Il faudrait pour cela que nous, les riverains de la rue, ne soyons plus amenés à lui tourner le dos et à nous enfermer derrière des écrans, des murs et des portes pleines. Si nous nous tournions vers la rue, nous pourrions engager des processus très différents, et considérer que la rue, c’est aussi notre affaire.

Il est difficile d’influer sur les vastes opérations d’urbanismes. Mais on peut agir concrètement au quotidien devant chez nous, à notre porte : c’est à notre échelle et dans le domaine du possible. Nous les habitants, nous pourrions améliorer les rues dans lesquelles nous habitons, et, pour une part essentielle, nous sommes les seuls à pouvoir le faire. Cela exige que nous trouvions collectivement le moyen de cesser de stériliser nos rues et de bloquer les initiatives.

Dernière modification par géogaga (18-02-2017 00:02:27)


Gwenael a aimé ce post.

Hors ligne

 

#2 19-02-2017 17:52:10

amart
Hermitage plaza
Date d'inscription: 19-02-2007
Messages: 14615

Re: Bordeaux - Requalification viaire

Merci pour l'analyse. Je connais bien la rue pour certains de ses cafés concerts et les statues magnifiques (massacrées) qui soutiennent certaines fenêtres.
La requalification de cette rue est une bonne nouvelle, après la rue des Faures (même si les dealers sont toujours là). Par expérience, réduire la place des autos et du stationnement dans ce secteur hyper centre, pour une fois je suis assez d'accord.
Après pour avoir fait justement l'enquête ménages porte à porte rue Kléber il y a 5 ans, je peux t'assurer que çà ne marche pas les projets entretenus par les riverains. La mairie n'a pas les moyens d'entretenir les espaces verts, et je me souviens d'un homme de 91 ans qui m'avait dit qu'il serait mort avant la fin du chantier, je lui avais dit (en y croyant sincèrement) que çà prendrait 2 ans maxi pour tout refaire.
Je ne sais pas ce qu'il est devenu mais la rue Kléber n'est toujours pas finie, le projet revu au rabais, notamment l'abandon des équipements du Garage des Halles et d'une partie des plantations. A côté l'une des rues voisines a été refaite en pavage Wilemotte en 1 an à peine... Hélas c'est le pb, soit on y met les moyens soit çà ne marche pas...
Que dire du projet re-centres aussi, certes assez beau, qui est si lent et qui est peu médiatisé suite aux réductions drastiques de budget (imputables aussi à notre calamiteux gouvernement et au précédent,...)...

am

Hors ligne

 

#3 19-02-2017 22:16:13

géogaga
Tour Montparnasse
Date d'inscription: 25-02-2016
Messages: 1300

Re: Bordeaux - Requalification viaire

amart a écrit:

Merci pour l'analyse. Je connais bien la rue pour certains de ses cafés concerts et les statues magnifiques (massacrées) qui soutiennent certaines fenêtres.
La requalification de cette rue est une bonne nouvelle, après la rue des Faures (même si les dealers sont toujours là). Par expérience, réduire la place des autos et du stationnement dans ce secteur hyper centre, pour une fois je suis assez d'accord.
Après pour avoir fait justement l'enquête ménages porte à porte rue Kléber il y a 5 ans, je peux t'assurer que çà ne marche pas les projets entretenus par les riverains. La mairie n'a pas les moyens d'entretenir les espaces verts, et je me souviens d'un homme de 91 ans qui m'avait dit qu'il serait mort avant la fin du chantier, je lui avais dit (en y croyant sincèrement) que çà prendrait 2 ans maxi pour tout refaire.
Je ne sais pas ce qu'il est devenu mais la rue Kléber n'est toujours pas finie, le projet revu au rabais, notamment l'abandon des équipements du Garage des Halles et d'une partie des plantations. A côté l'une des rues voisines a été refaite en pavage Wilemotte en 1 an à peine... Hélas c'est le pb, soit on y met les moyens soit çà ne marche pas...
Que dire du projet re-centres aussi, certes assez beau, qui est si lent et qui est peu médiatisé suite aux réductions drastiques de budget (imputables aussi à notre calamiteux gouvernement et au précédent,...)...

am

Je ne sais pas si une association de riverains pourrait naître à l'occasion de cette requalification de la rue des Menuts, comme celle déjà ancienne de la rue Tanesse (sud crs A Briand), mais il me plairait d'y faire un terrain, en recensant et en interrogeant les habitants sur leurs pratiques quotidiennes et leurs désirs éventuels...

As-tu conservé les données et les rendus de la rue Kléber de cette époque il y a cinq ans...? Aujourd'hui, côté rue Lajarte, les plantations et le revêtement sont réalisés. Sans doute la sociologie habitante n'a pas dû beaucoup changé, et n'a pas subi d'effet de gentrification.


amart a aimé ce post.

Hors ligne

 

#4 20-02-2017 13:15:33

amart
Hermitage plaza
Date d'inscription: 19-02-2007
Messages: 14615

Re: Bordeaux - Requalification viaire

Ayant quitté Bordeaux il y a un bail, non, mais je pense que parfois la gentrification est mieux que la paupérisarion de certains quartiers... Et le pb est que le premier arrivé est le premier servi, du coup les projets consensuels et simples passent en priorité. La rue Klébar a souffert de la baisse de budget de la mairie et d'un projet trop utopiste (pavés enherbés) et long, sans prendre en compte facteur culturel qui pose problème en France, la saleté des gens et le manque d'entretien des espaces partagés...
Du coup la puissance publique n'a plus les moyens de suppléer à ces demandes.
Si tu as le temps de prendre en photo la suite des aménagements, il y avait des maisons massacrées en micro-apparts par des marchands de sommeil mais aussi quelques jardins planqués et magnifiques :)
am

Hors ligne

 

#5 20-02-2017 13:57:55

amart
Hermitage plaza
Date d'inscription: 19-02-2007
Messages: 14615

Re: Bordeaux - Requalification viaire

@Geo, tes voeux deviennent réalité :)
http://www.bordeaux2030.fr/sites/www.bo … 017_vf.pdf
am


géogaga a aimé ce post.

Hors ligne

 

#6 20-02-2017 19:49:30

yaga
Tour Montparnasse
Lieu: Bordeaux
Date d'inscription: 15-03-2016
Messages: 1995
Photos: 8

Re: Bordeaux - Requalification viaire

amart a écrit:

...facteur culturel qui pose problème en France, la saleté des gens ...

C'est juste une question d'education.
http://www.fmb.com.au/images/products/7043-Bainbridge-Livestock-Prod-138cm-Overall-Non-Rechargeable.gif

Hors ligne

 

#7 20-02-2017 21:51:01

géogaga
Tour Montparnasse
Date d'inscription: 25-02-2016
Messages: 1300

Re: Bordeaux - Requalification viaire

amart a écrit:

Ayant quitté Bordeaux il y a un bail, non, mais je pense que parfois la gentrification est mieux que la paupérisarion de certains quartiers... Et le pb est que le premier arrivé est le premier servi, du coup les projets consensuels et simples passent en priorité. La rue Klébar a souffert de la baisse de budget de la mairie et d'un projet trop utopiste (pavés enherbés) et long, sans prendre en compte facteur culturel qui pose problème en France, la saleté des gens et le manque d'entretien des espaces partagés...
Du coup la puissance publique n'a plus les moyens de suppléer à ces demandes.
Si tu as le temps de prendre en photo la suite des aménagements, il y avait des maisons massacrées en micro-apparts par des marchands de sommeil mais aussi quelques jardins planqués et magnifiques :)
am

Oui je tâche de faire un petit reportage photo - idem pour les Menuts et Tanesse - pour rendre compte de l'avancée des aménagements rue Kléber...
Les micro-apparts ce n'est rien d'autre que le processus de taudification, que les Romains de l'Antiquité pratiquaient déjà, Crassus en particulier, contribuant à la fabrication de sa fortune, en rachetant les demeures patriciennes qu'il transformait de la sorte...

Hors ligne

 

#8 20-02-2017 22:05:45

géogaga
Tour Montparnasse
Date d'inscription: 25-02-2016
Messages: 1300

Re: Bordeaux - Requalification viaire

amart a écrit:

@Geo, tes voeux deviennent réalité :)
http://www.bordeaux2030.fr/sites/www.bo … 017_vf.pdf
am

Merci, j'avais déjà pompé le doc. En 2013 j'avais assisté à l'inauguration de l'opération Recentre, avec les fresques murales, rue du Hamel et consort. Je faisais remarquer déjà à l'une des chargées de projet que l'environnement demeurait très hostile aux piétons - et cyclistes - avec l'omniprésence automobile, ce qu'elle ne démentit pas...
Recentre, rue du Hamel, vers Ste-Croix
Là sans doute idem pour la "trame douce", à l'exception d'un tronçon possiblement piétonnisé - rue Permentade -, avec une requalification sans travaux lourds. Cependant si les mentalités arrivent à évoluer avec le temps la simple pose d'une borne amovible ne devrait pas engager des sommes folles...

Dernière modification par géogaga (20-02-2017 22:06:30)


amart a aimé ce post.

Hors ligne

 

#9 21-02-2017 22:47:55

géogaga
Tour Montparnasse
Date d'inscription: 25-02-2016
Messages: 1300

Re: Bordeaux - Requalification viaire

[img]http://img11.hostingpics.net/pics/660724DSC00988.jpg[/img]

[img]http://img11.hostingpics.net/pics/272503DSC00995.jpg[/img]

Quelques photos ce soir dans les rues Kleber et Tanesse. Pour la première les travaux sont terminés pour un bon tiers sud de la rue, entre Lajarte et Mazagran. Apparemment les réseaux enterrés n'ont pas créé de soucis pour les plantations, qui ne sont pas hors sol comme rue Tanesse (illustrations infra, de nuit). Pourtant elle est encore plus étroite que la rue des Menuts, moins de 7m80 : cadastre rue Kleber
Une légère différence de hauteur de la chaussée aux intersections est censée ralentir la vitesse des véhicules. Cependant, en repérage ce matin, j'ai pu observer que ça reste peu efficace... sans doute parce que insuffisamment accentuée.

[img]http://img11.hostingpics.net/pics/770049DSC00998.jpg[/img]

[img]http://img11.hostingpics.net/pics/459153DSC01021.jpg[/img]

Le tronçon de rue requalifié semble déjà sale, et le tri sélectif n'a pas l'air de faire des émules. Beaucoup de sonnettes aux immeubles trahissent une subdivision en nombreux appartements. C'est une rue de quartier populaire niveau de revenuset sans doute beaucoup d'étudiants y trouvent domicile. J'ai pu observer un habitant s'occuper de pots de fleurs sur une rebord de fenêtre en rez-de-chaussée : je n'ai pas vérifié s'il s'agissait d'un des rares résidents propriétaires... Beaucoup de piétons et cyclistes. Quelques bagnoles garées en drapeau devant une porte de garage aussi.
Ici la motorisation des ménages y est beaucoup plus faible que la moyenne : 31 à 41 points de moins que la moyenne nationale, suivant qu'on est au sud ou au nord de la rue Lafontaine motorisation faible des ménages.

Cette saleté pourrait peut être diminuée avec les familles les plus "écolofriendly" qui se spécialiseraient dans la fabrication d'un compost en silo dans l'espace public...? Les services de la ville pourraient fournir des résidus végétaux ou du compost mûr pour maîtriser la fermentation organique et limiter odeurs et bestioles volantes... Et il pourrait y avoir-là un fermenteur social dans la mesure où la communauté verrait le progrès de la transformation microbienne et serait tentée de participer aux travaux d'entretien d'arrosage et... de surveillance contre le vandalisme : donner ses déchets, démontrer qu'on a la main verte à ses heures perdues et contribuer à façonner l'environnement immédiat c'est déjà faire société...

Le parallèle avec la rue Tanesse risque de faire tomber dans l'incongru : les résidents sont souvent propriétaires, d'un bon niveau socio économiques et pourraient être accusés de pratiquer l'entre-soi en même temps que la culture en pot...:
revenu médian

La rue des Menuts pourrait davantage ressembler sociologiquement à la rue Kleber...

Hors ligne

 

#10 22-02-2017 09:29:57

amart
Hermitage plaza
Date d'inscription: 19-02-2007
Messages: 14615

Re: Bordeaux - Requalification viaire

Je pense qu'hélas çà reste utopique, l'écologie est une préoccupation de riches, le pauvre regardent la téléréalité et n'a aucun intérêt sur le sujet, surtout pas les moyens de se préoccuper de ces consiédrations vu qu'ils bossent souvent bcp d'heures et n'ont pas bcp de temps libre (je parodie un peu), il y a du boulot pour cganger les mentalités.
Rue Kélber, hormis quelques maisons remarquables, c'est un haut lieu de marchands de sommeil et aussi de la prostitution, j'ai fait du porte à porte et je peux t'assurer que certains n'avaient pas la conscience tranquille et n'ont pas ouvert... c'est bien connu de la mairie d'ailleurs. Pour la rue Kléber, ils voulaient créer un pavé unique et coûteux (Nicolas Michelin) enhrebé, mais faire des pavés plus classiques comme à Mériadeck ou rue Lucien Faure ou dans le centre (charte Wilemotte) aurait été plus rapide pour le même résultat. Le pb ici c'est que de sont bcp d'étudiants et de personnes peu éduquée sà l'hygiène et à la propreté, j'ai vu des choses édifiantes, par contre la vieille génération des espagnols et portugais que j'avais vu était particulièrement sympa. La mairie devrait préempter et réduire le nombre de logements par maison...
am

Dernière modification par amart (22-02-2017 09:32:06)

Hors ligne

 

#11 22-02-2017 11:51:22

yaga
Tour Montparnasse
Lieu: Bordeaux
Date d'inscription: 15-03-2016
Messages: 1995
Photos: 8

Re: Bordeaux - Requalification viaire

amart a écrit:

Je pense qu'hélas çà reste utopique, l'écologie est une préoccupation de riches, le pauvre regardent la téléréalité et n'a aucun intérêt sur le sujet, surtout pas les moyens de se préoccuper de ces consiédrations vu qu'ils bossent souvent bcp d'heures et n'ont pas bcp de temps libre (je parodie un peu), il y a du boulot pour cganger les mentalités.

Tu exagere un peu... C'est surtout que la priorité du pauvre est de mettre quelque chose sur la table, et generalement les produits les moins ecolos sont egalement les plus economiques financierement parlant.


Gwenael a aimé ce post.

Hors ligne

 

#12 22-02-2017 23:28:01

géogaga
Tour Montparnasse
Date d'inscription: 25-02-2016
Messages: 1300

Re: Bordeaux - Requalification viaire

amart a écrit:

Je pense qu'hélas çà reste utopique, l'écologie est une préoccupation de riches, le pauvre regardent la téléréalité et n'a aucun intérêt sur le sujet, surtout pas les moyens de se préoccuper de ces consiédrations vu qu'ils bossent souvent bcp d'heures et n'ont pas bcp de temps libre (je parodie un peu), il y a du boulot pour cganger les mentalités.
Rue Kélber, hormis quelques maisons remarquables, c'est un haut lieu de marchands de sommeil et aussi de la prostitution, j'ai fait du porte à porte et je peux t'assurer que certains n'avaient pas la conscience tranquille et n'ont pas ouvert... c'est bien connu de la mairie d'ailleurs. Pour la rue Kléber, ils voulaient créer un pavé unique et coûteux (Nicolas Michelin) enhrebé, mais faire des pavés plus classiques comme à Mériadeck ou rue Lucien Faure ou dans le centre (charte Wilemotte) aurait été plus rapide pour le même résultat. Le pb ici c'est que de sont bcp d'étudiants et de personnes peu éduquée sà l'hygiène et à la propreté, j'ai vu des choses édifiantes, par contre la vieille génération des espagnols et portugais que j'avais vu était particulièrement sympa. La mairie devrait préempter et réduire le nombre de logements par maison...
am

Je ne connais pas la sociologie des habitants de la rue Kleber, non plus celle de la rue des Menuts. Quand tu as réalisé ton terrain, il y a cinq ans, c'était au sein d'Incité ou dans un autre cadre... ?

Sinon il me semble qu'on peut essayer d'attiser l'empowerment habitant en lançant des coups de sonde, avec à la base de petits projets participatifs, que quelques réunions improvisées pourraient aider à faire éclore :

utopique peut être, mais il me semble que malgré le processus de consultation de la mairie ces aménagements ne déparent pas la technique de gouvernance top down jusque-là pratiquée...

Qu'est-ce donc qui pourrait faire bouger les gens... ? On tend de plus en plus vers l'économie résidentielle, malgré cette compétition territoriale de la métropolisation :

le bien-être, l'échange de la connaissance et la co-construction d'un avenir commun à l'échelle d'une rue ou d'un quartier pourraient peut être échapper au guévarisme, à l'enrichissement personnel du marchand de sommeil ou encore à la phyto-écolo-idolâtrie, si la pédagogie et l'altruisme arrivent à convaincre de l'intérêt de faire ensemble  :

l'âge du faire après le paléolithique de la politique à grand-papa... ?

Hors ligne

 

#13 22-02-2017 23:38:26

géogaga
Tour Montparnasse
Date d'inscription: 25-02-2016
Messages: 1300

Re: Bordeaux - Requalification viaire

Pour lutter contre la taudification je me demande par quel artifice du PLU intercommunal on pourrait agir. Quant au droit de préemption je ne sais pas où on en est pour ce qui concerne les commerces, pièces essentielles à la vie de quartier, à l'urbanité...

Je me souvient, fait récent, d'une fin de non recevoir d'une élue, pour ce qui concernait une pauvre proposition de fléchage et de panneautique - voire de marquage au sol - à mettre en place dans l'espace public, pour faire connaître au passant l'existence de tel et tel commerce de proximité, sa distance et ses horaires d'ouverture à l'endroit idoine, par exemple près d'un arrêt de transports en commun... L'idéologie on la sentait bien :

le commerce c'est la sphère privée marchande, ça ne concerne donc pas la mairie... Il est vrai que l'élue en question a une formation de juriste de droit public... ! Très triste après coup.


yaga a aimé ce post.

Hors ligne

 

#14 23-02-2017 09:32:33

MiKL-One
Tour Eiffel
Date d'inscription: 18-09-2006
Messages: 3647
Immeubles: 1
Photos: 3

Re: Bordeaux - Requalification viaire

le commerce c'est la sphère privée marchande, ça ne concerne donc pas la mairie... Il est vrai que l'élue en question a une formation de juriste de droit public... ! Très triste après coup.

Pire que ça, ce serait illégal... Elle n'y est donc pour rien, pas plus que sa formation d'ailleurs (nécessairement excellente  A5 ).


amart a aimé ce post.

Hors ligne

 

#15 23-02-2017 09:49:30

géogaga
Tour Montparnasse
Date d'inscription: 25-02-2016
Messages: 1300

Re: Bordeaux - Requalification viaire

MiKL-One a écrit:

le commerce c'est la sphère privée marchande, ça ne concerne donc pas la mairie... Il est vrai que l'élue en question a une formation de juriste de droit public... ! Très triste après coup.

Pire que ça, ce serait illégal... Elle n'y est donc pour rien, pas plus que sa formation d'ailleurs (nécessairement excellente  A5 ).

Milk si tu pouvais tracter un peu plus loin... et cesser de nous polluer !

Ici il n'y a pas de mini métro à vendre:
circulons, il n' y a rien à voir... !

Sinon, pour ta gouverne, tu peux aller te ressourcer avec les références suivantes, toutes accessibles sur Légifrance et les bonnes revues, genre AJDA... :

La loi Dutreil a introduit un droit de préemption pour les municipalités (article 58 de la loi du 2 août 2005 en faveur des PME ; décret d’application n° 2007-1827 du 26 décembre 2007). Elle permet de préempter les baux commerciaux, les fonds artisanaux et les fonds de commerce.

La loi relative à l’artisanat, au commerce et aux très petites entreprises, facilite le droit de préemption pour les communes (loi n° 2014-626 du 18 juin 2014 ; décret d’application n° 2015-815 du 3 juillet 2015 relatif aux contrats de revitalisation artisanale et commerciale (CRAC) ; décret d’application n° 2015-914 du 24 juillet 2015, qui permet aux communes de déléguer le droit de préemption à des établissements publics, sociétés d’économie mixte, concessionnaires ou titulaires d’un CRAC ; décret d’application n° 2016-384 du 30 mars 2016, qui fixe les conditions de délégation de l’exercice du droit de préemption urbain par les organes délibérants des organismes d’HLM). Ce texte donne la possibilité aux communes de déléguer le droit de préemption à un établissement public ou un concessionnaire, mais aussi d’étendre de deux à trois ans le délai pour identifier un repreneur du fonds de commerce en cas de mise en location-gérance ; il permet enfin d’expérimenter un contrat de revitalisation commerciale pour dynamiser l’activité locale.

Côté travaux pratiques maintenant, mais avec un cas particulier puisqu’il s’agit de la capitale, il faut savoir que deux aménageurs publics parisiens, l’un dans le XIIIe arrondissement, l’autre dans l’est de la capitale, se sont illustrés par un dispositif juridique mis en place au début des années 2000. Il consiste à conserver à moyen terme la propriété foncière des rez-de-chaussée commerciaux des constructions neuves pour pouvoir choisir les preneurs, fixer le montant des loyers et en régler la progressivité. Il permet également de lutter contre la déshérence commerciale ou la mono activité, en acquérant à l’amiable ou en usant du droit de préemption, ou en signant un bail emphytéotique de vingt-cinq ans avec les propriétaires immobiliers, souvent des bailleurs sociaux. Des baux commerciaux avec des preneurs dont l’activité correspond aux besoins et aux attentes des habitants peuvent alors être signés, le temps que s’installe une dynamique commerciale, sans toutefois que la réussite soit assurée à tous les coups…

Hors ligne

 

#16 23-02-2017 11:50:34

amart
Hermitage plaza
Date d'inscription: 19-02-2007
Messages: 14615

Re: Bordeaux - Requalification viaire

@ Geo, Mikl-1 est un des pionniers du forums, svp sois plus cool, même si,on a des déasccords parfois.
Pour la rue Kléber, il y avait le projet de la prolonger vers Leyteyre.
Pour les autres éléments du projet re-centres, je ne sais pas ce qui est terminé, mais Santé Navale, et l'ilot Carpenteyre semblent terminés... j'espère voir l'ERP près de la halle des Douves rénové un jour.
am


yaga a aimé ce post.

Hors ligne

 

#17 23-02-2017 11:57:43

géogaga
Tour Montparnasse
Date d'inscription: 25-02-2016
Messages: 1300

Re: Bordeaux - Requalification viaire

amart a écrit:

@ Geo, Mikl-1 est un des pionniers du forums, svp sois plus cool, même si,on a des déasccords parfois.
Pour la rue Kléber, il y avait le projet de la prolonger vers Leyteyre.
Pour les autres éléments du projet re-centres, je ne sais pas ce qui est terminé, mais Santé Navale, et l'ilot Carpenteyre semblent terminés... j'espère voir l'ERP près de la halle des Douves rénové un jour.
am

ok, mes plus plates excuses donc, si ne j'ai pas déjà commis l'irréversible...

La prolongation vers la rue Leyteyre serait en effet super, une piétonnistaion l'idéal.

Connaîs-tu l'asso InCité : as-tu déjà eu l'occasion d'y agir ou de bénéficier de leurs ressources... ?


amart a aimé ce post.

Hors ligne

 

#18 23-02-2017 12:02:51

yaga
Tour Montparnasse
Lieu: Bordeaux
Date d'inscription: 15-03-2016
Messages: 1995
Photos: 8

Re: Bordeaux - Requalification viaire

Je ne peux qu'appuyer Amart. Jusqu'a present, cette section fait preuve de courtoisie et de tolerance malgré des avis souvent tres divergents, et cela explique en grande partie son dynamisme.
Priere d'eviter les attaques... (A ce sujet Amart, tu etais quand meme limite l'autre fois concernant les habitudes de deplacement de Geo B5 )

Apres, je dis ca, j'suis pas modo hein.


amart a aimé ce post.

Hors ligne

 

#19 23-02-2017 12:03:28

amart
Hermitage plaza
Date d'inscription: 19-02-2007
Messages: 14615

Re: Bordeaux - Requalification viaire

Je la connais mais mon étude était avec la Mairie, et c'était il y a plus de 5 ans :)
depuis l'eau a coulé sous les ponts mais je réalise que le temps politique est plus long que celui du BTP qui peut constriure un TGV en 6 ans après 20 ans de blabla et débats, lors qd on voit la complexité pour requalifier une rue...
am

Hors ligne

 

#20 23-02-2017 12:10:10

géogaga
Tour Montparnasse
Date d'inscription: 25-02-2016
Messages: 1300

Re: Bordeaux - Requalification viaire

amart a écrit:

Je la connais mais mon étude était avec la Mairie, et c'était il y a plus de 5 ans :)
depuis l'eau a coulé sous les ponts mais je réalise que le temps politique est plus long que celui du BTP qui peut constriure un TGV en 6 ans après 20 ans de blabla et débats, lors qd on voit la complexité pour requalifier une rue...
am

Effectivement, les Chinois sont bien plus expéditifs, pour le meilleur et pour le pire :

bien rarement pour le premier, quand il s'agit de raser purement et simplement les quartiers traditionnels de leurs villes...

Hors ligne

 

#21 23-02-2017 14:14:01

MiKL-One
Tour Eiffel
Date d'inscription: 18-09-2006
Messages: 3647
Immeubles: 1
Photos: 3

Re: Bordeaux - Requalification viaire

géogaga a écrit:

Sinon, pour ta gouverne, tu peux aller te ressourcer avec les références suivantes, toutes accessibles sur Légifrance et les bonnes revues, genre AJDA... :

Sinon, pour ta gouverne, je répondais à ça :

Je me souvient, fait récent, d'une fin de non recevoir d'une élue, pour ce qui concernait une pauvre proposition de fléchage et de panneautique - voire de marquage au sol - à mettre en place dans l'espace public, pour faire connaître au passant l'existence de tel et tel commerce de proximité, sa distance et ses horaires d'ouverture à l'endroit idoine, par exemple près d'un arrêt de transports en commun... L'idéologie on la sentait bien :

Ce n'est donc pas un exercice du droit de préemption que tu lui proposais mais une utilisation privative (et a priori gratuite) du domaine public.
Puisque tu sembles amateur des meilleures revues juridiques, je ne peux que te renvoyer à l'étude d'un jeune chercheur :
M. Baubonne, "Les ressorts de la valorisation optimale des ressources du domaine public", Contrats et marchés publics, 2016, n° 10, étude 7, p. 7.

Autant te dire que j'ai quelques notions en matière d'utilisation privative du domaine public, acquises évidemment entre deux négociations pour MATRA, SIEMENS et la branche métro d'ALSTOM (étant entendu que je méprise la branche tramway).

Sur ce, j'ai un tunnel à forer (obligé de tout faire pour réduire les coûts et rendre le métro plus compétitif...).


amart et géogaga ont aimé ce post.

Hors ligne

 

#22 23-02-2017 18:01:23

géogaga
Tour Montparnasse
Date d'inscription: 25-02-2016
Messages: 1300

Re: Bordeaux - Requalification viaire

MiKL-One a écrit:

géogaga a écrit:

Sinon, pour ta gouverne, tu peux aller te ressourcer avec les références suivantes, toutes accessibles sur Légifrance et les bonnes revues, genre AJDA... :

Sinon, pour ta gouverne, je répondais à ça :

Je me souvient, fait récent, d'une fin de non recevoir d'une élue, pour ce qui concernait une pauvre proposition de fléchage et de panneautique - voire de marquage au sol - à mettre en place dans l'espace public, pour faire connaître au passant l'existence de tel et tel commerce de proximité, sa distance et ses horaires d'ouverture à l'endroit idoine, par exemple près d'un arrêt de transports en commun... L'idéologie on la sentait bien :

Ce n'est donc pas un exercice du droit de préemption que tu lui proposais mais une utilisation privative (et a priori gratuite) du domaine public.
Puisque tu sembles amateur des meilleures revues juridiques, je ne peux que te renvoyer à l'étude d'un jeune chercheur :
M. Baubonne, "Les ressorts de la valorisation optimale des ressources du domaine public", Contrats et marchés publics, 2016, n° 10, étude 7, p. 7.

Autant te dire que j'ai quelques notions en matière d'utilisation privative du domaine public, acquises évidemment entre deux négociations pour MATRA, SIEMENS et la branche métro d'ALSTOM (étant entendu que je méprise la branche tramway).

Sur ce, j'ai un tunnel à forer (obligé de tout faire pour réduire les coûts et rendre le métro plus compétitif...).

Oui, bon, je ne manquerai pas d'aller aux infos que tu m'indiques, sans doute précieuses. Cependant, de façon très novice, et pas du tout dans la provocation inutile, une question me turlupine :

comment diable donc une banque soit disant verte peut-elle encore laisser traîner des panneaux indiquant sa présence dans l'espace public... ? Idem pour la poste.

Sinon, sans m'auto-référencer bêtement

le commerce c'est la sphère privée marchande, ça ne concerne donc pas la mairie...

l'élue semblait réellement ignorante des possibilités d'intervention de la puissance publique dans ce domaine.

Dernière modification par géogaga (23-02-2017 18:05:56)

Hors ligne

 

#23 01-03-2017 22:27:19

géogaga
Tour Montparnasse
Date d'inscription: 25-02-2016
Messages: 1300

Re: Bordeaux - Requalification viaire

MiKL-One a écrit:

le commerce c'est la sphère privée marchande, ça ne concerne donc pas la mairie... Il est vrai que l'élue en question a une formation de juriste de droit public... ! Très triste après coup.

Pire que ça, ce serait illégal... Elle n'y est donc pour rien, pas plus que sa formation d'ailleurs (nécessairement excellente  A5 ).

Bonsoir Mikl.

Myriades d'excuses pour la bévue de l'autre jour : je n'aurais pas deviné que tu étais un publiciste d'envergure, et que ton commentaire était celui d'un spécialiste du domaine public, au vu de l'article cité... Ma réaction a postériori me fiche la honte, la seule excuse foireuse à ma portée concerne cette petite guerre civile sur nos ondes entre les tenants du VAL et ceux du tram, qui a semblé me chauffer un peu trop les méninges...

Plutôt que de détecter un juriste spécialisé dans l'espace public j'ai réagi de façon très crétine en voulant expulser de mon micro territoire celui que mes représentations ont amené à juger par méconnaissance comme un intrus : les Bandar-logs à ma place auraient eu plus de jugeote...

En rapportant des livres à la BU aujourd'hui j'ai pu appréhender dans la revue CMP la faisabilité de la taxe trottoir pour les activités commerciales plus ou moins branchées sur l'espace public, au vu de l'évolution récente de la jurisprudence, depuis la tentative du TA de Nîmes jusqu'à l'annulation de la CAA de Marseille confirmée par le CE...

Pour le sujet précis qui me préoccupait l'autre jour, d'un dispostif de panneautique et/ou de marquage au sol pour soutenir le commerce local, de proximité et à clientèle résidant dans le quartier, ne pourrait-on pas imaginer un EP ou une SEM qui dérogerait aux procédures de marchés publics, ou qui n'acquiterait une redevance seulement de niveau symbolique, s'il a pour objet d'assurer une mixité fonctionnelle, commerciale et servicielle, des sous-territoires de la collectivité, but renvoyant de façon assez évidente à l'intérêt général... ? Peut être qu'une société privée pourrait également bénéficier de cette dérogation... ?

Après lecture je n'ai pu également m'empêcher de songer au cas où une commune ou un groupement auraient l'idée de passer par une DSP pour le stationnement sur voirie. Je ne sais pas s'il exiiste déjà plusieurs exploitants en capacité de prendre en charge ce service, et si les collectivités ont l'obligation de passer par les procédures de marché public... Il me semble que c'est la voie choisie par la ville de Paris pour le stationnement... ?

Dernière modification par géogaga (01-03-2017 22:27:59)

Hors ligne

 

#24 02-03-2017 15:28:28

MiKL-One
Tour Eiffel
Date d'inscription: 18-09-2006
Messages: 3647
Immeubles: 1
Photos: 3

Re: Bordeaux - Requalification viaire

géogaga a écrit:

Myriades d'excuses pour la bévue de l'autre jour : je n'aurais pas deviné que tu étais un publiciste d'envergure, et que ton commentaire était celui d'un spécialiste du domaine public, au vu de l'article cité... Ma réaction a postériori me fiche la honte, la seule excuse foireuse à ma portée concerne cette petite guerre civile sur nos ondes entre les tenants du VAL et ceux du tram, qui a semblé me chauffer un peu trop les méninges...

Oh là... Je relativiserais deux choses : d'abord l'envergure du publiciste en question par humilité et ensuite sur l'obsession du VAL par conviction. Au-delà de ça, ces excuses sont bien évidemment acceptées.

Pour le sujet précis qui me préoccupait l'autre jour, d'un dispostif de panneautique et/ou de marquage au sol pour soutenir le commerce local, de proximité et à clientèle résidant dans le quartier, ne pourrait-on pas imaginer un EP ou une SEM qui dérogerait aux procédures de marchés publics, ou qui n'acquiterait une redevance seulement de niveau symbolique, s'il a pour objet d'assurer une mixité fonctionnelle, commerciale et servicielle, des sous-territoires de la collectivité, but renvoyant de façon assez évidente à l'intérêt général... ? Peut être qu'une société privée pourrait également bénéficier de cette dérogation... ?

A l'heure actuelle, rien ne s'opposerait à une telle utilisation du domaine public (à vérifier avec les dispositions en matière de police de l'affichage...). Mais cette utilisation, quelqu'en soit le bénéficiaire, devrait alors s'acquitter d'une redevance. Qui doit refléter les bénéfices retirés de l'utilisation privative du domaine, donc au-delà du symbole. Quant à l'intérêt général, ça me semble inopérant sauf à considérer que l'on rentre dans la sphère d'un service public... Mais ça me semble être une autre question (et je ne connais d'ailleurs pas exactement le régime de la signalétique par exemple aux quinconces pour indiquer les stations tram, arrêts de bus etc, est-ce que le service public exclut la caractérisation d'une utilisation "privative" ?... Je réfléchis à voix haute si je puis dire... Ca se plaide puisque ce serait plutôt le signe d'une affectation à un service public).
Par contre, à l'avenir et avec l'évolution du droit de la commande publique, il se pourrait bien que ce genre d'autorisation d'occupation du domaine public soit soumis à une procédure de mise en concurrence (l'intérêt général pourrait alors entrer en considération)... Ce qui alourdirait l'octroi d'une telle autorisation. Sauf évidemment à tout autoriser sur un domaine public qui n'est pas extensible, encore moins les lieux les plus stratégiques pour les opérateurs.

Après lecture je n'ai pu également m'empêcher de songer au cas où une commune ou un groupement auraient l'idée de passer par une DSP pour le stationnement sur voirie. Je ne sais pas s'il exiiste déjà plusieurs exploitants en capacité de prendre en charge ce service, et si les collectivités ont l'obligation de passer par les procédures de marché public... Il me semble que c'est la voie choisie par la ville de Paris pour le stationnement... ?

Ca me semble faisable dès lors que la mission est bien circonscrite, dans le cadre d'un marché ou d'une délégation. Mais qu'est-ce qui t'a fait pensé à ça ?

Dernière modification par MiKL-One (02-03-2017 17:17:01)

Hors ligne

 

#25 02-03-2017 20:00:49

géogaga
Tour Montparnasse
Date d'inscription: 25-02-2016
Messages: 1300

Re: Bordeaux - Requalification viaire

A l'heure actuelle, rien ne s'opposerait à une telle utilisation du domaine public (à vérifier avec les dispositions en matière de police de l'affichage...). Mais cette utilisation, quelqu'en soit le bénéficiaire, devrait alors s'acquitter d'une redevance. Qui doit refléter les bénéfices retirés de l'utilisation privative du domaine, donc au-delà du symbole. Quant à l'intérêt général, ça me semble inopérant sauf à considérer que l'on rentre dans la sphère d'un service public... Mais ça me semble être une autre question (et je ne connais d'ailleurs pas exactement le régime de la signalétique par exemple aux quinconces pour indiquer les stations tram, arrêts de bus etc, est-ce que le service public exclut la caractérisation d'une utilisation "privative" ?... Je réfléchis à voix haute si je puis dire... Ca se plaide puisque ce serait plutôt le signe d'une affectation à un service public).
Par contre, à l'avenir et avec l'évolution du droit de la commande publique, il se pourrait bien que ce genre d'autorisation d'occupation du domaine public soit soumis à une procédure de mise en concurrence (l'intérêt général pourrait alors entrer en considération)... Ce qui alourdirait l'octroi d'une telle autorisation. Sauf évidemment à tout autoriser sur un domaine public qui n'est pas extensible, encore moins les lieux les plus stratégiques pour les opérateurs.

Cette signalétique commerciale aurait pour but de faire connaître l'existence de l'offre comerciale de proximité dans le quartier et d'inciter à la marche. Ici au moins deux acteurs pourraient trouver un intérêt : les commerçants bien sûr, à augmenter leur chiffre d'affaire et à pérenniser leur situation, mais également les agences régionales de santé publique, avec un objectif clairement lié à l'intérêt général dès qu'il s'agit de lutter contre l'inactivité physique ; on pourrait encore invoquer les valeurs du développement durable en voulant favoriser "la ville des courtes distances", que des agences comme l'ADEME pourraient soutenir. Bref je verrais-là un partenariat possible entre le monde du petit commerce et des instances porteuses de prescriptions sanitaires et environnementales qu'il s'agirait d'encourager et non d'entraver avec la perspective d'une redevance à acquiter, en fonction du nombre de panneaux ou de messages au sol : à moins qu'il soit permis à la puissance publique de redonner d'une main ce qu'elle a pris de l'autre, en versant une subvention compensant la redevance... ?

Cette panneautique pourrait encourager de nouvelles pratiques quotidiennes, en recourant au plus sûr pragmatisme, avec ces affichages, panneaux et marquages au sol, et qui pourraient bénéficier d'une esthétique n'ayant rien à envier aux colonnes Moris de la seconde moitié du du XIXe s., en concurrence avec toutes les applications des smartphones, pour renseigner sur les boutiques, les services publics, mais aussi la distance et le temps de marche pour y accéder...

Après lecture je n'ai pu également m'empêcher de songer au cas où une commune ou un groupement auraient l'idée de passer par une DSP pour le stationnement sur voirie. Je ne sais pas s'il exiiste déjà plusieurs exploitants en capacité de prendre en charge ce service, et si les collectivités ont l'obligation de passer par les procédures de marché public... Il me semble que c'est la voie choisie par la ville de Paris pour le stationnement... ?

Ca me semble faisable dès lors que la mission est bien circonscrite, dans le cadre d'un marché ou d'une délégation. Mais qu'est-ce qui t'a fait pensé à ça ?

Sans doute la volonté des collectivités territoriales et leurs groupements de limiter au plus juste leur budget inciterait à externaliser le service du paiement du stationnement en zone réglementée : ce serait autant d'agents ASVP à ne plus rémunérer, mais sans doute y aurait-il aussi cette fameuse tendance à vouloir optimiser les ressources potentielles du DP, en sélectionnant et en motivant les délégataires... Surtout si ces ressources sont attendues pour boucler le budget ou financer des équipements. J'aurais pu étendre cette question du stationnement au-delà de la zone réglementée, et envisager la possibilté de trouver des ressources à partir des amendes perçues dans le cas du stationnement gênant voire dangereux, le plus souvent sur le trottoir, tellement entré dans les habitudes dans certaines villes ou certains quartiers, où deux autres acteurs pourraient trouver un intérêt : bien sûr la commune ou un groupement, avec une façon de faire fructifier le DP, pour le plus grand bénéfice de leur équilibre budgétaire si ça tombe dans leur escarcelle, et encore une fois les agences régionales de santé, dès lors qu'il s'agit d'éviter de décourager la pratique de la marche en ville...

Hors ligne

 


Pied de page du Forum

Powered by FluxBB

Copyright © 2006-2018 PSS
Mentions légalesQui sommes-nous ?Contact