En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de vous proposer des contenus adaptés à vos centres d'intérêt.     En savoir plus     Fermer

PSS
PSSImmeubles & VillesImmeuble : Palais Bulles

Palais Bulles1

Carte d'identité
Identifiant PSS#16662
NomPalais Bulles
Noms alternatifsMaison Cardin
PaysFrance
RégionProvence-Alpes-Côte d'Azur
DépartementAlpes-Maritimes
Aire urbaineNice
CommuneThéoule-sur-Mer (06590)
Adresse(s)Boulevard de l'Esterel
Coordonnées43° 29’ 20” N 6° 56’ 37” E
Année1975
Fonction(s)Logements
Statut Construit
Architecte(s) / Maître(s) d'œuvre
Maître(s) d'ouvrage
  • Pierre Bernard
  • Pierre Cardin
Données techniques
Hauteur totaleenv. 7.00 m
SHON1 200 m²
Liens associés
Site officielpalaisbulles.com

Creative Commons LicenseChéricutz

En rupture avec les formes géométriques de l'architecture classique, ainsi qu’avec l’architecture fonctionnaliste d'inspiration corbuséenne qui dominait alors dans les années 1960-1970, les néo-futuristes proposent comme alternative une architecture organique et cellulaire.

Sa particularité est son caractère évolutif et modulable, la possibilité d’adjoindre les cellules au gré du développement de la famille, offrant ainsi des similitudes avec un système biologique, effet conforté au plan esthétique par la structure sphérique des unités. L’usage du plastique comme matériau de choix permettant une industrialisation de la production d’une part, le système d’auto-construction d’Antti Lovag d’autre part, doivent permettre une démocratisation de l’accès au logement.

Ionel Schein est ainsi le premier à concevoir et à réaliser dès 1956 la première unité d'habitation autonome, la Maison Escargot, transportable par camion. Parmi ses homologues, citons le plus connu, Antti Lovag, mais également Jean-Louis Chanéac, Jean-Benjamin Maneval et sa Bulle Six Coques, Claude Costy, Guy Rottier, Joël Unal, Daniel Grataloup ou encore Pascal Haüsermann à l’origine d’une cinquantaine de réalisations, mais dont n’en subsiste aujourd’hui qu’une vingtaine, dont celle de Saint-Chamond.

Malheureusement, le carcan administratif étouffa vers la fin des années 1970 ce mouvement créatif et mis en veille « cette autre manière d’habiter ». Aujourd’hui, et suite à sa rencontre avec Antti Lovag en 1996, Jérôme Peyret poursuit le travail de ses prédécesseurs et réalise ainsi en 2007 une nouvelle maison-bulle*.

* Voir à ce propos le site de Jérôme Peyret qui expose avec une très grande précision les différentes étapes de sa construction.




Celle dont il est question ici est la seconde maison bulle réalisée par Antti Lovag. Sa construction a débuté en 1971 pour le compte de l'industriel Pierre Bernard, mais ne s'est achevée qu'en 1993 au fil des nombreuses extensions commandées par le couturier Pierre Cardin, grand amateur de créations contemporaines et nouvel acquéreur de l'ouvrage en 1991. Au final, l'ensemble ne compte pas moins de dix suites décorées par des artistes contemporains, une salle de réception ainsi qu'un salon panoramique, et évoque tant par ses formes que par sa couleur ocre les maisons troglodytes ancestrales.

Pour davantage de précisions, consulter le site d'Antti Lovag.

photo photo photo
Palais Bulles
Creative Commons LicenseChéricutz
Palais Bulles
Creative Commons LicenseChéricutz
Palais Bulles
Creative Commons LicenseChéricutz

Fiche ajoutée par Dernière Volonté (1860)  |  Voir l'historique

Pied de page du site

Copyright © 2006-2018 PSS
Mentions légalesÀ propos de PSSContact